Navigation – Plan du site

Les métiers d’art à Biot

Construction et usages politiques d’un patrimoine
Marie-Ange Lasmènes

Texte intégral

1Édifiée à une vingtaine de kilomètres de Nice, la petite ville de Biot (environ 10 000 habitants) est réputée mondialement pour le travail du verre, plus particulièrement pour la verrerie d’art. Du haut de son promontoire, la vieille ville, appelée “ le vieux village ” par ses habitants, domine le littoral azuréen de même qu’un ensemble d’habitations récemment construites. C’est ainsi qu’en arrivant sur les lieux, d’immenses panneaux invitent le visiteur à faire un détour par les ateliers des verriers biotois. « La Verrerie de Biot. Le souffle de la création », « Point chaud de l’Art verrier national et international », « Vous partirez de découvertes en découvertes sous la fascination de cet art millénaire », « à Biot, nos caddies sont en osier ! », slogan qui « exprime la volonté des commerçants et artisans biotois de garder leur âme et leur authenticité ».

2C’est en termes de « tradition » ou bien de « patrimoine » qu’à Biot on parle de la verrerie et des métiers d’art (activité conciliant à la fois des savoir-faire ancestraux et un effort de création correspondant aux préoccupations de l’art contemporain). Les politiques municipales ont axé leurs discours sur le développement de l’image patrimoniale de la ville de Biot, encouragées par un ensemble d’institutions et d’associations locales (l’Amicale des Traditions, le Musée d’Histoire et de Céramiques Biotoises, le Service Municipal du Patrimoine, le Groupe Patrimoine) qui participent à un même mouvement : la patrimonialisation des métiers d’art. En effet, afin de valoriser le territoire de Biot et de l’inscrire dans un contexte touristique lié à l’afflux permanent de visiteurs sur la Côte d’Azur, tout un ensemble de discours autour du passé a été socialement construit cherchant à donner de ce vieux village l’image d’un lieu où l’artisanat et les métiers d’art ont toujours fait partie de la spécificité locale et de le rendre ainsi plus attractif.

Du passé au présent, un temps en continuité.

3Lors d’une enquête sur la mise en place des processus de patrimonialisation des métiers d’art à Biot, il m’est apparu rapidement qu’un seul et même discours venait expliquer l’appartenance d’activités artisanales à un patrimoine local : on invoquait le passé chaque fois qu’on avait besoin de justifier comment la poterie et la verrerie ont pu prendre une telle ampleur sur le « sol biotois ».

4C’est ainsi que l’on m’expliquait qu’au Moyen-âge, Biot était le fief des Templiers. Après leur arrestation et suite à d’autres évènements tels que la guerre des bandes et une forte épidémie de peste, Biot a été déserté pendant près d’un siècle devenant alors un repaire idéal pour les brigands. En 1470, le roi René qui contrôlait alors la Provence a offert ces terres abandonnées à quelques dizaines de familles venant de Ligurie. La majorité des membres de ces familles s’est investie dans la production de jarres en terre cuite en profitant des ressources locales en argile, silice, pierre réfractaire et bois. Ces poteries possédaient des qualités nécessaires à la conservation de denrées alimentaires et à leur transport par voies fluviales ou maritimes. Jusqu’à la fin du XIXe siècle, la production de poteries n’a cessé d’augmenter faisant ainsi la renommée du village. Puis, la jarre concurrencée par les récipients métalliques, le marché de la poterie a peu à peu décliné jusqu’à la fermeture de chaque atelier. La concurrence de Vallauris a également joué un rôle dans ce déclin.

5Dans les années 1920, René Augé-Laribé1 vient de Paris pour créer « La Poterie Provençale ». Il détourne l’usage social initial de la jarre pour en faire un élément de décoration pour jardins et en fait ainsi un nouveau bien de consommation qui connaît un franc succès auprès de la clientèle azuréenne. Il invente ou adapte pour cela une nouvelle technique qui facilite la fabrication de grosses pièces, permettant ainsi un gain de productivité par réduction du temps de façonnage de l’ouvrier jarrier.

6Les objets se diversifient. Certains ustensiles en terre cuite gardent leurs destinations alimentaires initiales liées aux arts de la table ainsi que d’autres récipients tels ceux servant pour le jardinage. Il existe deux catalogues distincts de la production de « La Poterie Provençale » : celui des vases (incluant les cuviers, vasques, urnes, caches pots et jarres etc.) et celui des poteries rustiques d’appartement. Il ne reste alors plus que la terre et le nom du lieu où les objets ont été fabriqués : Biot.

7En 1956, Eloi Monod2, l’un des employés de « La Poterie Provençale », cherche à innover en perfectionnant la technique du verre à bulles et crée « La Verrerie de Biot » dont la renommée devient vite nationale puis internationale. C’est à partir de ce premier atelier qu’ont été formés différents verriers qui ont quitté cette matrice, de manière concomitante avec le changement de direction de l’entreprise à la suite du départ d’Eloi Monod, pour créer leurs propres enseignes. Le nombre de verreries s’est accru à Biot pour en compter huit à l’heure actuelle associant ainsi le nom de cette ville à la verrerie d’art.

8Par ailleurs, à partir des années 1950, Biot a attiré plusieurs artistes issus de divers horizons qui ont alors choisi ce village comme nouveau lieu de vie. Fernand Léger et quelques-uns de ses élèves peintres, des photographes, écrivains, poètes, musiciens, mosaïstes, orfèvres ont ainsi participé à toute une émulation artistique dans un décor provençal. Dès lors une cohabitation s’est établie entre les artisans locaux et ces artistes venus d’ailleurs apportant avec leurs palettes de couleurs une sorte de « philosophie de vie » choisissant Biot comme un cadre rural idéal pour pouvoir vivre avec peu d’argent, ce qui leur permettait de considérer « le travail comme un plaisir »3. Cette façon de penser se conjuguait en toute harmonie avec la politique de l’époque : en effet, les mandats des maires communistes M. Carpentier et M. Monod autorisaient un mode de vie qui s’articulait à une vision « populaire » de l’art et de la culture. En outre, pour ces artistes, l’investissement dans la vie locale allait de soi. Ils habitaient un nouvel univers social favorable à leur démarche et il paraissait alors évident de pouvoir le conserver. « C’était l’endroit idéal où tu pouvais vivre pas cher, dans la nature, à l’abri de choses mentalement nuisibles. C’était possible de vivre […] En plus d’être convivial, il y avait beaucoup de gens qui avaient la même vision des choses. Ce n’était pas simplement avoir de l’argent pour l’argent. C’était vivre pour être bien, être bien pour faire les choses. C’était dans la mentalité ! On était une joyeuse bande de copains quand même ! On était libre… […] Ce n’était pas mondain, et il y avait une époque où tout le monde était impliqué4. »

9Et pourtant, en 1971, Eloi Monod perd les élections municipales. Cet évènement est considéré comme une rupture par les artistes qui n’ont plus l’appui du nouveau maire. En effet, à partir de là, les préoccupations politiques sont autres : la technopole de Sophia-Antipolis est en train d’être construite sur une partie de la commune de Biot. La conception de ce nouveau complexe scientifique et technologique entraîne la hausse des prix immobiliers et par conséquent précipite l’intérêt des promoteurs pour les terrains biotois, intérêt déjà fort en raison du phénomène « Côte d’Azur ». Une large partie des terres est donc vendue à de « nouveaux arrivants », généralement des cadres venus du monde entier employés par les nouvelles firmes de Sophia-Antipolis et des « résidents secondaires » originaires de pays à monnaies fortes. Dans le même temps, l’afflux de touristes à la recherche du soleil de la Côte d’Azur se développe de plus en plus provoquant en contrepartie l’inflation des prix des terrains à construire, de plus en plus rares. Il en a résulté une transformation démographique et sociologique accompagnant celle du paysage urbain en quelques décennies, faisant de Biot une ville d’habitations récentes face auxquelles trône l’ancien village médiéval qui les surplombe.

10Or, un tel changement social a provoqué les réactions de ceux qui pensent perdre les valeurs « authentiques » d’un petit village rural de Provence. Trois artistes, avec la collaboration de l’ancien instituteur du village, décident alors de publier une revue locale Biot, le Village dont le premier numéro date de 1977. Conçue comme un espace d’échange, de discussion autour de la vie du village où chacun est invité à participer et à s’exprimer, il apparaît à la lecture de ses articles que cette revue est le support de contestations politiques concernant Biot. Frappés par les changements qu’implique une certaine forme de modernisation de la vie en société, les principaux rédacteurs souhaitent témoigner et affirmer par leur démarche d’un mode de vie en train de disparaître. « Pour eux, ce qui était important c’était garder les choses, que ça ne meure pas, que ce qu’ils considéraient comme l’âme du village, les choses importantes de ce village ne meurent pas, que ça reste toujours. Ils aimaient le village et ils voulaient que ça reste »5. Or, parmi les « choses importantes du village » représentées par ce mensuel figurent les rubriques « Traditions » et « Leur métier, c’est leur vie ». Cette dernière chronique apparaît sous forme d’entretiens réalisés avec un réel souci ethnographique auprès d’artisans locaux, sans que cela soit limité aux métiers d’art, mettant en exergue l’importance de leur activité comme pour laisser une trace teintée de nostalgie, premier pas vers une patrimonialisation des fameux savoir-faire biotois.

11Parler de métiers d’art en tant que tradition, c’est-à-dire en tant que pratique héritée et répétée à l’identique qui devient un référent en tant que témoignage du passé pour les contemporains et qui vient s’instituer comme une norme, considérée comme immuable par ceux qui la transmettent, permet alors d’assurer une continuité dans le temps malgré les changements constants et les différentes ruptures que cette pratique a pu connaître au cours des siècles. Cet argument fait pourtant partie des discours recueillis à Biot. Il légitime la valeur d’un savoir-faire par son caractère historique et par son ancienneté. Et pourtant les faits montrent bien qu’on ne peut pas parler de tradition fidèle au passé puisque celle-ci se retrouve modelée dans un souci de montrer du « traditionnel » grâce à son « coefficient de traditionnalité »6, du « typique » selon les préoccupations des acteurs et des politiques qui la reconstruisent ou la façonnent depuis le présent en effectuant une lecture sélective de ce qui peut « faire tradition » sans pour autant la remettre en question puisque l’on admet et que l’on accepte la tradition telle qu’elle est. Cette période de la vie de la commune est en effet caractérisée par un retour au passé alors que les mandats communistes de l’après guerre étaient associés à la modernité progressiste urbaine, celle d’un projet de société – L’éducation : construction d’école publique. L’hygiène : installation du tout à l’égout et de lavoirs publiques et gratuits. La santé : la consultation des nourrissons et la protection maternelle. Le logement : la construction des premiers HLM. La culture et les loisirs pour les jeunes : création d’un foyer rural pour les jeunes. Plus généralement, les artistes se disaient d’avant-garde et non tournés vers un passé rural.

Un patrimoine à conserver et à construire

12Conserver des objets témoins d’un temps et d’une culture, traces à qui l’on donne une représentation sociale, véritables sémiophores7 porteurs de sens pour une société comme référents identitaires transmis dans une perspective symbolique, est l’une des préoccupations actuelles d’acteurs « fabricants du patrimoine ». C’est dans cet objectif qu’a été créé le Musée d’Histoire Locale de Biot inauguré en 1981. Elaboré à partir de collaboration érudite de l’instituteur du village, de l’historien « enfant du pays », J.-A. Durbec, et d’une parisienne passionnée par l’histoire de Biot, le Musée représente alors le miroir des restes du passé que l’on veut conserver. À l’origine, le Musée a le souci de faire connaître le caractère « authentique » de Biot par les travaux de J.-A. Durbec qui réalisa une monographie conséquente du village illustrée de photographies et d’objets de la vie quotidienne : « Nous voulions donner une image de Biot à travers le temps et la vie quotidienne : c’était le Musée d’Histoire Locale ! C’est tout, sans prétentions…8 » Pour alimenter ce projet, des Biotois ont donné des objets qu’ils considéraient comme devant être des témoins d’une époque. C’est ainsi que les premières collections contenaient des objets de la vie courante, datant parfois du XIXe siècle, exposés sous le titre de « Traditions maintenues » dans des vitrines où l’on avait simple-ment reconstitué des lieux de vie quotidiens : la chambre, la cuisine. Or, parmi les objets du quotidien figuraient bien entendu de nombreuses jarres, témoins matériels d’une société en voie de disparition. Le musée montre ainsi une représentation de l’artisanat au cours des siècles, soutenant le caractère authentique et ancestral d’une telle activité. Il permet de légitimer à Biot la poterie comme étant « traditionnelle » et participe à la patrimonialisation de cette « spécialité locale », présentée en tant que telle par une institution basée sur le principe de conservation.

13Peu à peu, les fonds du musée se sont enrichis. Préférant la conservation à l’oubli, les donateurs ont jugé bon de laisser les traces d’un temps passé à l’abri de la dégradation matérielle en les exposant. À travers les objets, le musée devient l’espace où sont valorisées, présentées et diffusées les valeurs d’une culture tout en assurant un lien dans le temps. Il s’opère alors une relation espace-temps idéalisée par un tri des objets mis en exposition selon des préoccupations contemporaines et par un discours connoté d’une illusoire authenticité. La collecte de ces objets consiste en la première démarche de mise en patrimoine : ils deviennent la preuve matérielle de la culture à laquelle ils ont appartenus. Cette opération sélective consiste alors en une mise en « présentation » au public et donne au Musée la capacité de concevoir le patrimoine en tant que ressource d’une représentation collective du passé dont il devient le faire-valoir.

14Il semblerait qu’aujourd’hui d’autres préoccupations régissent l’exposition. Le musée ayant changé de direction et de nom (il s’agit maintenant du Musée d’Histoire et de Céramiques Biotoises présidé par une passionnée d’histoire locale), il apparaît que sa politique de conservation et d’exposition diverge de l’objectif initial de sauvegarde d’un passé en train de disparaître. Effectivement, en 2005 le musée a inauguré son extension (chapelle rénovée à cet effet) dont la façade extérieure se présente sous la forme de vitrine laissant apparaître depuis la rue principale du village l’intérieur du musée pour attirer les visiteurs (cela annoncerait-il un aspect commercial du patrimoine ?).

15Dans cette nouvelle salle appelée « la galerie » sont exposées des collections temporaires d’artistes locaux contemporains. Ainsi, la passion muséale pour les objets de simple valeur se transforme en passion de galeriste. Les « artistes » cohabitent avec le passé : art contemporain et histoire sont placés sous la même enseigne de la conservation donnant alors à voir un mélange d’œuvres contemporaines et de fabrications artisanales d’autrefois. De ce fait, le statut de l’expôt subit également un glissement puisqu’il n’est plus exposé dans un musée d’histoire mais dans une galerie d’art : on ne parle plus d’artisans mais d’artistes et de leurs œuvres. De cette mise en parallèle entre passé et présent ressort également une assimilation de l’ancien au contemporain, processus légitimant alors la patrimonialisation des métiers d’art à Biot et assurant une continuité temporelle entre les poteries du Moyen-âge, l’art de Fernand Léger (représenté par le Musée National du même nom) et les métiers d’art d’aujourd’hui. Par cette démarche, on essaye de montrer le talent des artistes comme un élément résultant d’une tradition des savoir-faire qui existe à Biot depuis le « Repeuple-ment de 1470 », point de départ d’une période historique floue rappelant le Mythe des Origines. Les artistes venus d’ailleurs sont alors inscrits dans le patrimoine local par un processus de longue durée afin de valoriser un lieu par un glissement de l’artisanat à l’art et de faire de son nom une marque de fabrique accréditée par l’ancienneté illusoire d’une pratique et par la délivrance du label national de « Villes et Métiers d’Art ».

Patrimoine et promotion : valorisation d’un lieu par son histoire

16La patrimonialisation des métiers d’art à Biot, suivant un argument « traditionnant » et par conséquent authentique, permet une valorisation du territoire par sa réputation acquise qui engendre une distinction avec les villes du littoral (notamment la rivale Antibes). Les politiques patrimoniales et les politiques touristiques se rejoignent puisque la tradition est ici utilisée en tant que faire-valoir à des fins commerciales.

17On observe toute une mise en scène du patrimoine par les services récemment créés par la mairie de Biot et des associations dépendant de subventions municipales qui prend la forme d’une véritable propagande sur le passé au service de l’artisanat et des métiers d’art avec comme cible un public de passage : les touristes. En reprenant l’argument historique, ces institutions détournent les ressources culturelles de la commune afin de les rendre exploitables et commercialisables.

18Le patrimoine devient alors une image reflétant les intérêts politiques de la municipalité par un jeu de miroir entre conservation et développement touristique. Il se révèle être un réel enjeu faisant l’objet de diverses contorsions pour qu’il puisse correspondre aux catégories d’un public visé par le changement de fonction et d’usage et l’attribution d’une valeur particulière de ce qui peut « faire patrimoine ». Cette mise en perspective du passé par l’acte même de patrimonialisation se voit être doublement légitimée : d’une part par les institutions qui construisent le patrimoine, le défendent, le mettent en valeur à travers les actions des « patrimonialisateurs9 », d’autre part par l’idée de durabilité, de constance et de stabilité qui surgit de la notion de patrimoine.

19Longtemps pensé par les anthropologues comme le résultat d’une certaine nostalgie éprouvée par la perte de repères identitaires liée aux changements qu’induit la modernité, le patrimoine est également utilisé pour reconstruire le territoire. Il devient l’objet d’un discours politique permettant de repenser un groupe, de redynamiser les liens sociaux. De cette nostalgie du temps disparu et de cette volonté de conserver traces et témoignages d’un passé obsolète, les politiques ont su tirer profit de cette quête pour détourner l’image du patrimoine en valorisation du territoire. Derrière une logique de muséification, se cache une réutilisation du passé à d’autres fins que commémoratives. Caché par une frénésie mémorielle, s’ouvre ainsi un nouveau cadre patrimonial : ce n’est plus qu’un moyen de conserver, cela devient un mode de faire du politique et du social.

20Si le patrimoine implique un rapport au temps, il induit aussi nécessairement un rapport au lieu. Or, pour devenir un lieu, un territoire doit se doter d’un emblème, d’une « marque de fabrique » qui en fait sa singularité. Dans le cas de Biot, c’est à travers le patrimoine que l’on développe l’image d’un village unique dont la spécialité reste les métiers d’art. Donner une image à un territoire, parce que sa construction résulte de l’identité de ses habitants qui l’érige en tant que tel, est une problématique qui renvoie aux observations effectuées au sein de cette commune. Parler de « patrimoine » est synonyme de mise en valeur et par extension, de mise en spectacle du territoire en tant que marque d’une identité. En effet, les processus de patrimonialisation permettent de constituer l’espace social en tant que territoire puisqu’il s’agit de délimiter une frontière entre le soi et l’autre, entre un ici et un ailleurs. Histoire et territoire sont donc deux modalités sur lesquelles un groupe peut s’appuyer pour élaborer son identité et la penser en terme d’unicité. Il se charge alors d’un sens qui s’exprime par un sentiment d’appartenance locale qui favorise la démarcation d’un « chez soi » dont l’originalité permet de parler en terme de lieu.

21À travers les processus de patrimonialisation, on observe une réelle volonté du « retour au local ». Dans le cas de Biot, à travers la promotion historique et patrimoniale, par l’exaltation d’un territoire spécifique, d’un lieu unique on donne à voir l’identité d’un groupe et une mise en scène de son caractère traditionnel à un public largement touristique. On entre alors dans cette logique de valorisation d’un cadre de vie, d’activités faisant partie du patrimoine et desdites traditions biotoises (l’artisanat) car pensant tenir l’exclusivité d’un savoir-faire (le verre à bulle), répondant à la fois à un désir de recréer une communauté autour de valeurs culturelles perdues face à une modernisation sociale, d’une évolution de la composition de la population, et d’une volonté politique de faire du patrimoine un produit à consommer pour les touristes à la recherche d’une authenticité provençale correspondant à une image stéréotypique qu’ils en ont. Le patrimoine en tant que « produit culturel » concorderait ainsi avec la préoccupation des décideurs politiques à faire du passé un marché économique et de l’histoire une marchandise, à les considérer non plus comme ressource d’un savoir, mais bien comme arguments lucratifs et rendre le territoire un lieu attractif. C’est en ce sens que nous pouvons appréhender le patrimoine comme une réelle dynamique puisqu’il est le fruit d’une constante construction sociale réinterprétant le passé en fonction d’intérêts variés afin de donner à voir un « patrimoine commun » dans la perpétuation des restes fixés dans le temps et de les exposer hors d’atteinte de l’oubli. Le patrimoine se charge alors d’une fonction médiatrice capable de « montrer les qualités labellisables du lieu »10 dont le discours s’officialise à travers le rôle légitimant des institutions et des « acteurs de l’histoire » situés alors au rang d’« experts »11 du passé, la multiplicité de leurs actions consolidant la crédibilité apportée à la fabrication du patrimoine. Selon André Micoud, leur rôle tiendrait ainsi à ouvrir le champ des possibles dans la conceptualisation du territoire afin de donner à voir la singularité de leur « pays » par le passage du pluriel au singulier en donnant une identité commune à un collectif qui induit forcément des diversités, en transformant les « choses publiques » en « biens communs »12. Étudier les façons dont on constitue un patrimoine local, à travers des politiques comme à travers un ensemble de pratiques où le passé est consulté pour donner une réponse à une problématique contemporaine, se révèle être un moyen par lequel l’ethnologue peut entrevoir un ensemble d’informations dissimulées derrière l’expérience que des acteurs font du passé. Il ne s’agit pas d’observer le patrimoine en tant que tel, ce qui entraînerait bien souvent à en faire un inventaire, mais au contraire de questionner l’usage que l’on en fait, d’interroger une réalité sociale afin d’en faire émerger les processus de construction d’une identité, les enjeux que cela soulève et également les préoccupations politiques qui y sont liées. L’analyse des processus de patrimonialisation des métiers d’art à Biot, en quoi des acteurs cherchent à faire exister un patrimoine par rapport à des intérêts souvent liés à la valorisation du territoire, que ce soit dans un but économique ou bien identitaire à travers la promotion des caractéristiques d’un lieu et d’en assurer sa mise en spectacle.

Haut de page

Notes

1 Formé aux Arts Décoratifs de Paris.
2 Ingénieur céramiste de la Manufacture Nationale de Sèvres, recruté par R. Augé Laribé en 1941, devenu son gendre en 1943.
3 Extrait d’entretien.
4 Extrait d’entretien.
5 Extrait d’entretien.
6 G. Lenclud, « Qu’est-ce que la tradition ? » in M. Détienne (dir.), Transcrire les mythologies. Tradition, écriture, historicité, Paris, Albin Michel, 1994.
7 K. Pomian, Sur l’Histoire, Paris, Folio Histoire, 1999.
8 Extrait d’entretien.
9 A. Micoud, « Des patrimoines aux territoires durables. Ethnologie et écologie dans les campagnes françaises », Ethnologie Française, « Territoires en question », n. 2004-1.
10 A. Bensa, « Fièvre d’histoire dans la France contemporaine », in A. Bensa et D. Fabre, Une Histoire à Soi, Mission du Patrimoine Ethnologique, collection Ethnologie de la France, Cahier n°18, MSH, Paris, 2001.
11 D. Fabre, « L’Histoire a changé de lieu », in A. Bensa et D. Fabre, op. cit.
12 A. Micoud, op. cit.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Ange Lasmènes, « Les métiers d’art à Biot », Socio-anthropologie [En ligne], 19 | 2006, mis en ligne le 31 octobre 2007, consulté le 23 mai 2017. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/643

Haut de page

Auteur

Marie-Ange Lasmènes

Université de Nice-Sophia Antipolis

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Publications de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Revues.org