Navigation – Plan du site

De la clôture patrimoniale des territoires périurbains dans l’ouest francilien

Monique Poulot

Texte intégral

1Les espaces ruraux qui entourent la capitale française ont connu, ces cinquante dernières années, des transformations extraordinaires marquées par un étalement sans précédent des constructions1 pour accueillir de nouveaux habitants. Ces campagnes périurbaines selon la terminologie adoptée par l’INSEE en 1996 occupent encore près de 80% de la Région2 – 53% en cultures, 23% en forêts et le reste en parcs et jardins – et sont tenues par une agriculture à dominante céréalière performante et dynamique3. Considérées jusque dans les années 1980 comme de simples réserves pour l’urbanisation, elles sont devenues des éléments essentiels du cadre de vie des habitants de la ville élargie, éléments à conserver, voire à recréer puisqu’ils participent de l’émergence de « nouvelles territorialités à l’écart des métropoles »4.

2L’ouest francilien – les départements des Yvelines, du Val d’Oise et une partie de l’Essonne –, entré très précocement et très fortement en périurbanisation résidentielle et de loisirs, quasiment sans solution de continuité avec les banlieues résidentielles riches, témoigne de cette invention-appropriation d’une identité péri-urbaine. Les néoruraux s’y recrutent principalement dans les ménages de cadres et de professions intermédiaires ; a contrario, ouvriers, retraités et inactifs y sont moins présents, arrivés plus tardivement et rejetés en périphérie ou hors des limites régionales. Ces accourus, en quête d’un « antidote fantasmatique à la jungle des villes »5 et volontiers convertis à l’esprit Nimby6, militent pour la préservation d’un cadre de vie agreste et d’un environnement de qualité, tant au niveau social avec le refus de la mixité que paysager, si bien que ce territoire, extraordinairement valorisé, rassemble toutes les procédures de conservation des espaces ouverts expérimentées depuis près de trente ans en Ile-de-France7. Écrin des deux villes nouvelles de Saint-Quentin-en-Yvelines et Cergy, il évolue vers un « sanctuaire » de « campagne paysage »8 où l’agriculture, à vocation de décor et de points de vue pour la promenade, figure le seul, à tout le moins le meilleur rempart contre l’urbanisation. Dans ce périurbain, « se ranger derrière la ruralité et son patrimoine, s’abriter derrière l’agriculture et ses paysages, revient à tenir à distance les citadins et les nuisances urbaines dont on ne veut pas »9, bref à clôturer des territoires.

3Ces tensions se lisent d’abord dans les discours des nouveaux venus sur leurs espaces de vie d’hier et d’aujourd’hui : quand leurs représentations tissent une identité qui désigne comme référent des symboles (anciens ?) paysagers et agricoles, les formes d’appropriation territoriale se déclinent autour de programmes agri-urbains10 qui placent une agriculture protégée et rénovée au cœur des territoires en projet. Les réalisations en cours, de la Charte de développement agricole à Vernouillet à la Charte pour la gestion patrimoniale de la qualité de la Plaine de Versailles et du Plateau des Alluets, illustrent la difficile articulation des partenaires et les risques de verser dans une agriculture-alibi au service de l’effet Nimby.

L’identité périurbaine en représentations

4Les habitants du périurbain, loin de ressentir leur espace de vie comme un espace flou, mi-campagne mi-ville mais ni campagne ni ville, n’en retiennent que les marqueurs de ruralité et de nature11. Le discours des Franciliens n’échappe pas à la règle, construit autour d’images stéréotypées, bucoliques et pittoresques, sans référence réelle à des lieux précis ; nature, campagne, agriculture, patrimoine forment la trame lâche d’un récit opposant terme à terme ville et périurbain12.

La nature apprivoisée

5Appelés à caractériser leur espace de vie, les périurbains de l’Ouest francilien convoquent d’emblée l’espace rural puisque les 3/4 des enquêtés considèrent ne pas appartenir à l’agglomération parisienne et à près de 85% habiter en zone rurale : « Il suffit de regarder autour de soi, c’est rural ; partout la campagne l’emporte sur le bâti » (St-Rémy-L’Honoré). La ruralité ainsi retenue renvoie à deux figures majeures : une image de campagne faite « d’arbres, de verdure, de champs et de bois », et des unités villageoises de petite taille où il fait bon vivre dans la « tranquillité » (terme repris dans plus de 50% des réponses). Ce vivre à la campagne signifie, pour près de 70% des enquêtés, vivre dans un paysage, un décor susceptible d’offrir des points de vue et des opportunités de contact avec la nature, une nature multiforme qui s’incarne dans tous les éléments de l’environnement périurbain, de la « nature sauvage » au jardin attenant à son pavillon.

6Les habitants classent volontiers les paysages de campagnes selon leur degré de naturel. Du côté de la « vraie nature », viennent les forêts, les marais ou les fonds de vallées hydromorphes : si les premières, clairement identifiées et nommées à l’inverse des autres lieux, sont plébiscitées, notamment pour des activités de loisirs, les autres sont tout simplement tolérés, surtout lorsqu’ils sont inscrits ou institutionnalisés par des procédures officielles, à l’image des Zones naturelles d’intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF). Rares sont nos interlocuteurs qui souhaitent une extension de cette nature sauvage – même la forêt ; elle ne semble appréciée que circonscrite et bien disjointe des espaces habités ou cultivés. Ces derniers ressortissent plutôt à une nature ordinaire, organisée et mise en forme, souvent célébrée pour sa fonction nourricière. Les appréciations varient là encore selon un certain ressenti du naturel : quand les prairies et les vergers évoquent des images d’exploitation en adéquation avec la nature, la grande culture et le maraîchage sont réputés plus artificiels et trop modernes. La nature, ce sont enfin les parcs et jardins, individuels ou collectifs : dans ce dernier cas, la discussion sur le naturel est totalement évacuée au profit d’une réflexion sur l’harmonie des lieux qui prodigue bienfaits et richesses dans un espace du quant à soi qui peut à l’occasion devenir espace d’accueil et de partage.

7Toutes ces représentations allient de manière floue campagne et nature : tantôt elles privilégient le pittoresque avec le jeu des couleurs des cultures en fonction des saisons, tantôt elles en appellent au bucolique dans une promenade qui fait ressurgir le passé par quelques témoins d’un temps révolu (le lavoir, la croix, le moulin …). L’image récurrente retient des formes vallonnées, la présence d’un cours d’eau, les prairies où paissent vaches et moutons, l’arbre enfin pour donner des fruits ou comme élément de construction des haies. Volontiers empreints de nostalgie, ces tableaux, intemporels et non localisés, suscitent une émotion quasi romantique, lié au bien-être reconnu ou espéré de leur jouissance.

Une agriculture du passé

8Dans l’évocation de leur territoire de vie, les périurbains n’ont garde d’oublier l’activité agricole et ceux qui la pratiquent – en dépit de leur faible nombre : un ou deux actifs par commune auxquels s’ajoutent quelques retraités. Ignorants des réalités agricoles et du fonctionnement d’une exploitation, ils s’accordent sur le rôle essentiel de l’agriculture dans la gestion de leur espace de vie. Elle contribue d’abord à façonner leur cadre de vie, bref le paysage et ses agencements : créditée par exemple des motifs pittoresques appréciés dans les paysages Vexinois, elle est présentée « comme un activité fortement ancrée dans le territoire, constitutive de l’image du pays du Vexin français »13. La dimension nourricière vient en second lieu. Elle est réduite à quelques proclamations générales (l’importance de l’Ile-de-France dans la production céréalière nationale) sauf pour des produits typés associés à des terroirs (miel du Vexin, poires de Chambourcy…). Surtout, l’agriculture est convoquée pour légitimer ou assurer la préservation des espaces de nature ; pertinente, rentable, économique, elle est désignée comme un rempart contre l’urbanisation : « s’il n’y a plus d’agriculture, ce sera le retour à la friche, et puis après ce seront les pavillons, les routes, les supermarchés et la pollution… » (Vernouillet).

9L’agriculture, survalorisée dans les discours des accourus, participe pleinement de l’identité périurbaine en constitution ; elle fournit un ensemble de références, explicites ou implicites, au caractère naturel des espaces de vie, à une certaine connivence avec le milieu, voire à un mode de vie ancré dans le local et le terroir. Mais cette agriculture est idéalisée plus que réelle, passée plus que présente ; les résidents peignent en effet un monde de petites exploitations de polyculture-élevage et une société de proximité et de convivialité ; ils ponctuent leurs récits de marqueurs temporels passés, « c’était avant, autrefois…. ». Certes, les remembrements et les grandes parcelles qui gomment les nuances des paysages, l’utilisation massive des intrants et des pesticides, la domestication excessive de la nature et la course aux rendements sont parfois dénoncés… Mais le ressort de l’identification demeure : quand une certaine modernité suscite méfiance et réprobation, l’agriculture idéalisée du passé devient un recours, la valeur-refuge par excellence14.

La peur de la ville

10Quel que soit l’écart entre la campagne rêvée des habitants du périurbain et la campagne réelle née de la mise en place de l’agriculture productiviste depuis près de quarante ans15, la plupart des résidents interrogés sont satisfaits de leur lieu d’habitation et déclarent vouloir limiter l’urbanisation pour préserver leur cam-pagne et ses aménités. La valorisation de l’occupation agricole de l’espace périurbain, l’appartenance fantasmée à un monde révolu authentique et naturel expriment surtout un refus de la ville, des nuisances multiples (sonores et de pollution) qui lui sont associées comme de la promiscuité et des rencontres qu’elle impose.

11L’image dominante associée à la ville est celle de l’insécurité liée à la concentration de certaines populations dans des « cités » ou les Zones Urbaines Sensibles ; les habitants du Vexin Français ou de la Plaine de Versailles désignent ainsi les vallées de la Seine et de l’Oise autour de Mantes-la-Jolie, Chanteloup-Les-Vignes ou Les Mureaux comme des espaces du danger ; ceux de Cergy-Pontoise regrettent la proximité du département de Seine-Saint-Denis. Cette peur se retrouve aussi dans les scores réalisés par l’extrême droite aux dernières élections présidentielles : presque 28% dans une commune comme St-Rémy-L’Honoré en bordure de Maurepas-Trappes mais encore 24% dans les communes du plateau de Lommoye à la frontière de l’Eure.

12Surtout, le refus de la ville s’exprime dans la multiplication des associations de défense environnementale : sur les 300 associations regroupées dans « Ile-de-France Environnement », près des trois-quarts sont attachés à des territoires de l’Ouest francilien, ainsi le puissant collectif des Associations d’Environnement de la Seine-Aval, les Amis du Parc de Chevreuse ou ceux du Parc du Vexin… Cette nébuleuse associative, difficile à saisir, exerce une intense activité d’information auprès des populations (tracts, sites internet, petits journaux), pratique volontiers le lobbying auprès des élus et multiplie les recours qui contre un lotissement ou un permis de construire, qui contre un aménagement routier…16. Elle offre toutes les figures recensées de mobilisations de riverains opposées à des projets d’urbanisation ou d’infrastructures susceptibles d’amputer les terres agricoles et de densifier le bâti : du simple Nimby aux formes plus radicales comme les Banana (Built Absolutely Nothing Anywhere Near Anyone) ou les Niaby (Not In Anyone Backyard)17.

13Le collectif des associations de défense du Plateau de Saclay est particulièrement emblématique. Regroupant des cadres et des scientifiques travaillant dans « La Mecque de la Science » (Polytechnique, CEN, HEC, Supelec...), il prône une urbanisation contenue, limitée au remplissage des espaces encore vacants dans les centres existants et l’arrêt des grandes infrastructures déstabilisant le territoire. Dans cette logique, il revendique le maintien de l’agriculture pour son rôle de gestionnaire de l’espace et de créateur de paysage plus que son intérêt productif. Il a contribué en 1997 à la rédaction d’un « Plan d’actions paysagères » préconisant le façonnement d’un nouveau paysage agricole entrecoupé de cheminements destinés aux circulations douces et rythmé par l’arbre et l’eau du fait de la présence d’un réseau d’étangs tricentenaires18.

14L’exaltation d’une ruralité rêvée devient ainsi l’élément fondateur des nouveaux territoires en périurbain leur conférant une autonomie par rapport à la ville et à la campagne. Elle réintègre l’agriculture dans la ville élargie, une agriculture revisitée dans le sillage du développement durable afin de répondre à certaines demandes sociales. Mais elle vient aussi légitimer et relancer des pratiques de mise en protection des espaces ouverts, bref de différenciation des lieux, amalgamant arguments paysagers et motivations sociales

De la mise en défense des territoires périurbains

15Si les constructions rurales imaginaires des périurbains de l’ouest francilien ne sont pas fondamentalement originales, elles débouchent plus qu’ailleurs sur des actions concrètes sur les territoires. Le poids économique des acteurs, la présence de deux villes nouvelles plutôt réussies, et l’ampleur de « la crise urbaine » dans les banlieues parisiennes expliquent la multiplication des procédures mises en œuvre aux différents échelons de la trame administrative francilienne : dans tous les cas, il s’agit de proclamer l’originalité de ce territoire, d’affirmer sa valeur, et partant de le défendre contre toutes altérations possibles.

Les espaces ouverts mis en parcs

16L’Ouest francilien cumule la quasi-totalité des procédures de préservation des espaces ouverts expérimentées en Ile-de-France : plus de la moitié des superficies bénéficient de protection à des titres divers et le contraste est grand avec la flanc est de la Région, entré plus tardivement en périurbanisation avec des acteurs moins fortunés et moins actifs (fig. n°1). Volontiers précurseur dans le passé, il reste un territoire d’expérimentation pour le dernier né des dispositifs, les programmes agri-urbains pilotés par la Région puisque six des dix programmes franciliens y sont localisés, pour l’essentiel sur la limite externe de la Ceinture verte19.

17Le territoire compris entre Saint-Germain-en-Laye et Rambouillet en figure la meilleure illustration, à la croisée d’enjeux paysagers et patrimoniaux, culturels et sociaux (fig. n°2). La présence de l’ensemble monumental de Versailles a permis un classement ancien au titre des sites (loi de 1930) d’une bande d’espace rural dans l’axe de la Terrasse et de la Chambre du Roi. Un tel classement qui induit des contraintes architecturales et paysagères fortes a été élargi à la partie orientale de la plaine de Versailles à la fin des années 90 et s’applique aussi aux étangs de St-Hubert (reliés au parc de Versailles) et pour une large part au massif forestier de Rambouillet. Un projet similaire est en cours d’instruction pour la plaine de Pontchartrain dans le prolongement du château, ainsi que pour la plaine de Versailles jusqu’à la vallée de la Mauldre afin de préserver l’ensemble de l’unité paysagère.

18À ces classements qui dépendent du Ministère de la Culture s’ajoutent des procédures gérées par le Ministère de l’Environnement au nom du patrimoine naturel : c’est la création en 1985 du premier parc naturel régional francilien, celui de la Haute Vallée de Chevreuse dont les limites épousent en partie celles de la Zone Naturelle d’Equilibre définie en 1972 en contrepoint de la ville nouvelle de St-Quentin-en-Yvelines. Cette dernière apparaît quasi-ment cernée d’espaces protégés qui lui font un écrin tout en contenant son extension. Quant au dernier espace ouvert, « vide » de protection, la plaine céréalière de St-Rémy-l’Honoré - Les Essarts-le-Roi, entre la N.10 et des bois privés, les habitants réunis dans des associations de sauvegarde depuis 2002 y ont proposé la création d’une Zone d’Agriculture Protégée (ZAP) dont les servitudes figurent dans les Plans locaux d’urbanisme.

19Les procédures mises en place depuis trente ans, des Zones naturelles d’Equilibre de Versailles du Hurepoix à la ZAP aujourd’hui, couvrent la quasi-totalité des espaces ouverts sur plus de 40 km et les zones concernées se chevauchent fréquemment au point de transformer ce territoire en un sanctuaire paré de toutes les vertus du naturel où l’agriculture est de plus en plus instrumentalisée. Deux programmes agri-urbains y ont enfin vu le jour : celui de la Plaine de Versailles et des Alluets qui correspond peu ou prou aux espaces patrimoniaux liés au domaine royal et celui de Rambouillet centré sur le Développement Durable de l’agriculture, en accord avec la Nouvelle Politique Agricole Commune adoptée en 1992 et l’Agenda 2000.

L’agriculture érigée en bien public

20Dépassant les seules pratiques de zonages décrétés dans les premiers Schémas d’aménagement et d’urbanisme de l’Ile-de-France20 avec un strict partage spatial des activités et des usages, les ZAP et les programmes agri-urbains s’apparentent à des démarches souples autour d’un projet de territoire qui prône le maintien et la promotion de l’agriculture. Cette activité apparaît en effet comme la seule susceptible de gérer à moindre coût de vastes espaces pour le bien de tous, ce qui rend légitimes les interventions de conservation de la puissance publique. Ces projets qui concilient autour de l’agriculture des logiques économiques et territoriales, économiques et paysagères, appellent la mise en œuvre de stratégies de diversification et de nouvelles dynamiques agricoles s’ouvrant aux souhaits et aux besoins des nouveaux résidents dans un souci de respect des grands équilibres naturels et de garantie de la santé et de la sécurité publiques. Ils sont une application de la multi-fonctionnalité de l’activité agricole telle qu’elle a été définie par la nouvelle PAC, notamment les accords de Luxembourg qui instituent une écoconditionnalité des aides ou la Loi d’Orientation Agricole française de 1999 avec la création des contrats territoriaux d’exploitations devenus en 2002 contrats d’agriculture durable.

21Le programme le plus abouti est celui de Vernouillet dans les Yvelines avec la signature en 2000 d’une charte de développement agricole renouvelée pour trois ans en 2005. Il s’est agi tout d’abord de restructurer l’espace agricole que l’on souhaitait protéger et promouvoir, environ 250 ha de friches et vergers abandonnés : le défrichage (enlèvement d’une végétation spontanée après abandon de la culture) et la clarification des limites parcellaires entre les bois et l’espace agricole ont constitué une première étape. Le réaménagement a privilégié des itinéraires de cheminement réservés aux différentes circulations (agriculteurs, promeneurs, cavaliers, cyclistes...) et ménageant des points de vue sur la campagne et les boucles de la Seine en contrebas. Tout un réseau de haies basses ne limitant pas la vue et de fossés le long des chemins est en voie de (re)constitution pour protéger les parcelles cultivées des intrusions indésirables et limiter les effets du ruissellement dans cette zone pentue. Enfin, le projet envisage l’installation de jardins familiaux équipés de points d’eau destinés aux habitants de la commune et la création d’un verger pédagogique ouvert aux enfants des écoles et animé par des agriculteurs retraités du village. La localisation de ces outils de dialogue est prévue à la limite de la zone bâtie, créant un espace de transition vers les vergers érigés en vitrine de l’agriculture.

22L’agriculture dans les programmes agri-urbains s’affirme donc véritablement multifonctionnelle, reconnue à la fois comme activité économique, composante de l’armature spatiale et paysagère du territoire et support identitaire. Cette nouvelle légitimation lui permet d’accéder au rang de bien commun et de donner sens au territoire qu’elle occupe. Cette campagne reconstruite sur un nouveau lien entre la société et le territoire réalise une synthèse entre les campagnes ressource, paysage et nature ; elle affiche comme projet le bien commun des habitants actuels en renouant avec le passé tout en réservant l’avenir ; elle dévoile un projet citoyen pour ranimer l’identité territoriale.

Vers le tout patrimoine

23Ces projets participent ainsi de la vague générale de patrimonialisation qui touche actuellement toute la société française. Le patrimoine rural – terme apparu au début des années 80 – ne cesse de gagner de nouveaux objets de plus en plus immatériels et à forte portée symbolique : longtemps limité dans son acception classique à « l’architecture rurale », il recouvre désormais le paysage et les savoir-faire qui l’ont façonné, étendu aussi aux spécialités agricoles et aux produits de terroir21. Le tout patrimoine qui envahit le périurbain symbolise la volonté d’attache territoriale des populations périurbaines à la recherche de stabilité, tant sociale que spatiale.

24Le bâti rural et agricole figure en bonne place, depuis les bricoles à un étage jusqu’aux grandes fermes à cour fermée, situées en bout de village ou isolées sur les plateaux, qui donnent à voir les systèmes de cultures d’avant la 2° révolution agricole. De surcroît, ces grandes fermes sont souvent les dernières à conserver des éléments de type vernaculaire facilement appropriés par les habitants : puits à treuil, abreuvoirs et mares, moulins, pigeonniers ou fours à pain… forment les témoins patrimoniaux les plus cités dans les interviews. Ce patrimoine, resté à l’écart de la première vague des règlements de protection, est désormais jalousement identifié et donné à voir tant par les collectivités territoriales que les parcs naturels régionaux comme celui de la Haute-Vallée de Chevreuse qui intervient systématiquement à l’occasion de la mise en place des plans locaux d’urbanisme.

25Emportées par l’urbanisation et l’uniformisation des systèmes de culture depuis la seconde guerre mondiale, la plupart des spécialités agricoles franciliennes d’antan, surtout celles cultivées dans les vallées, ont disparu mais la vogue des variétés traditionnelles et/ou attachées à un territoire amène un certain renouveau. En plus des réalisations strictement patrimoniales comme le verger conservatoire de variétés franciliennes installé à Chambourcy par l’association des Croqueurs de Pommes, on assiste à de véritables renaissances de terroirs soutenus par l’octroi de marques ou labels locaux (poule du Houdannais, laitue de Montesson, champignons de Paris des anciennes carrières de Méry ou de Poissy dans les vallées de l’Oise et de la Seine). Le mouvement touche même les produits de masse et de grande culture avec la création des marques « pain d’Yveline » à partir de blés cultivés autour de Rambouillet ou « bière du Vexin » avec de l’orge brassicole locale. Toutes ces initiatives à visée patrimoniale et commerciale, sont un moyen de donner à voir et à apprécier l’agriculture francilienne : elles participent de la reconstitution-invention d’une mémoire locale autour de l’agriculture ; elles aboutissent à une véritable mise en scène des espaces de culture devenus multifonctionnels et écrin des lotissements périurbains.

26En privilégiant l’agriculture et la nature, les différentes démarches à l’œuvre dans l’Ouest francilien, notamment dans les programmes agri-urbains, participent de l’affirmation de l’originalité périurbaine tant par rapport à la ville qu’à la campagne car il s’agit clairement d’une nature et d’une agriculture urbaines, à tout le moins au service de la ville éclatée qui est aussi une ville-nature22. Cette mise en distinction est aussi mise en défense car la valeur patrimoniale conférée aboutit à figer et à fermer ces territoires. Les prix immobiliers sont à peine inférieurs à ceux des beaux arrondissements de la capitale et les parcelles constructibles, jamais inférieures à 5000 m2 pour des critères paysagers, se font rares, tant les Plans locaux d’urbanisme sont devenus restrictifs – notamment avec l’arrivée en 1996 et 2001 de nouvelles équipes municipales dominées par les accourus. Dans certaines communes, les courbes de population tendent même à s’inverser, les prix pratiqués ne permettant plus ni aux enfants des accourus ni à de nouveaux ménages de s’installer. La culture de l’entre soi est devenue la norme et la loi SRU n’a guère changé la donne.

27L’agriculture elle-même peine à se maintenir en dépit de la survalorisation sentimentale dont elle jouit. Nombre d’agriculteurs se sentent exclus des projets en cours portés en priorité par les nouveaux résidents : ainsi le dossier de demande de ZAP à Saint-Rémy-L’Honoré a été monté sans concertation avec les agriculteurs de la plaine. De surcroît les surcoûts inhérents à l’agriculture périurbaine sont ignorés d’où les réticences à opter pour des logiques entrepreneuriales innovantes (accueil, vente à la ferme…). Enfin, certains fermiers se voient évincés lors des reconductions de baux : les nouvelles règles européennes qui conditionnent le verse-ment des aides directes non plus à la production mais au respect de normes environnementales amènent certains propriétaires à envisager une installation, ou celle d’un fils, pour valoriser leur bien patrimonial en privilégiant des formes proches du hobby farming de certaines campagnes anglaises, qui l’agriculture de loisir qui l’activité cynégétique. Les risques de clôture patrimoniale au nom de la nécessaire préservation des espaces ouverts sont bien réels.

Figure 1

Figure 1

L’ouest parisien : vers une fermeture patrimoniale

Figure 2

Figure 2

Interventions de protection en Île-de-France

Haut de page

Notes

1 M. Berger, Les périurbains de Paris. De la ville dense à la métropole éclatée ?, Ed. CNRS, Paris, 2004, 317p.
2 Calculs à partir du Mode d’occupation du Sol (interprétation de photographies aériennes à grande échelle),établi par l’Institut d’Aménagement et d’Urbanisme de le Région Ile-de-France (mise à jour 1999).
3 J-P. Charvet, M. Poulot, « Conserver des espaces ouverts dans la métropole éclatée, le cas de l’Ile-de-France », in E. Dorier-Apprill (dir.), Ville et environnement, SEDES-DIEM, Paris, 2006, pp. 215-248.
4 G. Di Méo « À l’écart des métropoles : l’émergence de nouvelles terri-torialités », in Sud-Ouest Européen, n°19, 2005, p.1-6.
5 B. Hervieu, J. Viard, Au bonheur des campagnes, L’Aube, La tour d’Aigues, 2001, 158 p.
6 L’effet NiMBY (Not in My Back Yard) qualifie les discours et les pratiques d’opposition de populations à l’implantation de nouveaux logements et infrastructures, surtout s’ils sont porteurs de mixité sociale et de nuisances environnementales.
7 M. Poulot, T. Rouyres, Les espaces ouverts en Ile-de-France : quels enjeux pour quels acteurs ?, Canadian Journal of Science/Revue canadienne des Sciences Régionales, n° spécial : Structures et dynamiques au-delà des ban-lieues, vol XXVI, 2 & 3, 2003, pp. 431-446.
8 La DATAR retient trois figures de la campagne : la « campagne-ressource » des agriculteurs, « la campagne-paysage et cadre de vie » des périurbains, et la « campagne-nature » fondée sur une agriculture respectueuse de la biodiversité et des équilibres naturels, soucieuse de la santé et de la sécurité publiques , in P. Perrier-Cornet, Repenser les campagnes, l’Aube-DATAR, La tour d’Aigues, 2002, 280 p.
9 G. Di Méo, « Aux portes de Pau, le SIVU du Piémont Béarnais : identités rurales et réalités urbaines », in S. Arlaud, Y. Jean, D. Royoux (coord.), Rural-urbain : nouveaux liens, nouvelles frontières, Presses Universitaires de Rennes, Rennes, 2005, pp. 157-169.
10 L. De Biasi, D. Pujol, Les programmes agriurbains : un partenariat entre agriculteurs et collectivités, un nouveau mode de gouvernance, IAURIF-DRIAF, 2005, 52 p + 10 exemples franciliens en fiche.
11 B. Hervieu, J. Viard, op. cit. Enquêtes au niveau national.
12 Le corpus utilisé comprend près de 150 enquêtes. A. Houot, Perception de l’espace rural par les périurbains de l’ouest francilien, Mémoire de maîtrise Paris 10, 2003, 178 p. M. Raoult, Vivre en périurbain : perceptions et formes d’aménagement sur le plateau de Lommoye, Mémoire de maîtrise Paris X, 2006, 145 p. Et R. Raymond, La nature à la campagne : identification sociale et argument pour la gestion d’un territoire partagé. L’exemple du Vexin français, Thèse de doctorat, Paris I, 2003, 593 p.
13 R. Raymond, op. cit.
14 M. Poulot, T. Rouyres, « Du rôle patrimonial de l’espace agricole en Ile-de-France », in A. Berger (dir.), Dynamique rurale, environnement et stratégies spatiales, Montpellier, CNRS-Université Paul Valéry, 2001, pp. 189-198.
15 M. Poulot, T. Rouyres, « Refaire campagne en Ile-de-France », in O. David, V. Jousseaume (dir.), Faire campagne : pratiques et projets des espaces ruraux aujourd’hui, Presses Universitaires de Rennes, à paraître, 2006.
16 Le débat sur le tracé de l’A12 dans les Yvelines en cette année 2006 est exemplaire de la puissance de ces associations.
17 C. Zwetkoff « Sentiments de justice et conflits d’implantation », Environ-nement et Société, Fondation Universitaire Luxembourgeoise, n° spécial « Nimby, comment gérer les conflits d’implantation ? », n°18, 1997, pp. 5-19. Et V. Mandinaud, P. Viot, « “Nimby”, des bouts de jardins aux bords du politique ? petite réflexion sur une journée de débat », Ethnographiques.org, n°9, février 2006, 23p.
18 M. Bouraoui, « Nouvelles approches des stratégies de développement agri-urbain dans les systèmes de production des territoires périurbains : le plan d’actions paysagères du plateau de Saclay », in A. Berger (dir.), op. cit., pp. 171-178.
19 M. Poulot, « Les programmes agri-urbains en Ile-de-France : de la « fabri-que » de territoires périurbains », in vrm.ca/périurbain.asp, juillet 2006, 17p.
20 Notamment le Schéma d’Aménagement et d’urbanisme de la Région Ile-de-France (SDAURIF) de 1976, remplacé par le Schéma Directeur de la région Ile-de-France (SDRIF) de 1994, actuellement en cours de révision.
21 D. Chevallier (dir.), « Vives campagnes, le patrimoine rural, projet de société », Autrement, n°194, 2000, 223p.
22 P. Donnadieu, A. Fleury, « La construction contemporaine de la ville-campagne en Europe », Revue de géographie alpine, n°spécial « Les agriculteurs dans la cité », T. 91, n°4, pp. 19-29.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende L’ouest parisien : vers une fermeture patrimoniale
URL http://socio-anthropologie.revues.org/docannexe/image/663/img-1.png
Fichier image/png, 305k
Titre Figure 2
Légende Interventions de protection en Île-de-France
URL http://socio-anthropologie.revues.org/docannexe/image/663/img-2.png
Fichier image/png, 122k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Monique Poulot, « De la clôture patrimoniale des territoires périurbains dans l’ouest francilien », Socio-anthropologie [En ligne], 19 | 2006, mis en ligne le 05 novembre 2007, consulté le 27 mars 2017. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/663

Haut de page

Auteur

Monique Poulot

Géographe, Université Paris X-Nanterre, Laboratoire GECKO

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Publications de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Revues.org