Navigation – Plan du site

Le processus commémoratif post-accidentel

Une mémoire fondée sur l’oubli du drame
Gaëlle Clavandier

Texte intégral

1Les cérémonies commémoratives liées à des grands anniversaires de personnalités ou d’événements ou celles, régulières, qui viennent commémorer un conflit armé tels qu’en particulier le 11 novembre et le 8 mai sont des terrains largement investis par des chercheurs. Dans ce contexte, il apparaît surprenant que les commémorations post-catastrophiques n’aient guère été étudiées. Il en existe plusieurs dizaines en France, et même si elles drainent un public moins large que les grands anniversaires, elles appartiennent pourtant au registre des rituels de mise en souvenir1.

2Cette catégorie de mémoire résulte d’un travail d’intellectualisation portée par une légitimation, celle des pouvoirs publics. Gérard Namer a montré que les commémorations françaises contem­poraines sont entraînées vers une institutionnalisation croissante qui a pour conséquence un éloignement de la mémoire collective de la population dans ses formes les plus diverses2.

3Les rituels qui viennent commémorer les grandes catastrophes s’élaborent en plusieurs temps. La cérémonie funèbre est le premier acte de la ritualisation, celui qui entérine la séparation. Elle marque le départ des corps vers d’autres lieux, parfois leur dispersion, l’objectif de cette cérémonie étant de préparer au mieux la transition vers un « deuil bien géré ». Le processus de ritualisation se poursuit par des séquences de type intégratives qui permettent, une fois le deuil achevé, de réintégrer une situation dite normale. Les publics touchés par la catastrophe étant variés, ces rites devraient avoir une action spécifique pour chacun d’entre eux, notamment envers les familles des victimes et la population locale touchée par le drame. Après une phase de deuil suivrait donc une phase commémorative axée sur le souvenir.

Un rituel en trois temps

4Ces cérémonies peuvent être appréhendées comme des anniversaires. Elles ont lieu tous les ans à la date du drame. Certaines, comme les anniversaires décennaux, prennent une forme symbolique plus soutenue. Elles se déroulent sur les lieux de l’accident, où, le plus souvent, un mémorial a été élevé. Leur organisation a une coloration officielle et réglée. Cependant, lorsque les accidents sont survenus dans des stations touristiques, bien souvent aucun rassemblement officiel n’est planifié3. La justification de ne pas perturber la vie touristique de la commune est fréquemment invoquée4.

5La description qui suit repose essentiellement sur deux exemples auxquels nous avons été confrontés en tant qu’observateur5 :

6- celui de la cérémonie du vingt-sixième anniversaire de l’incendie du dancing le « 5/7 » à Saint-Laurent-du-Pont, le 1er novembre 1996 à 15h00. Une soixantaine de personnes est présente, pour la plupart des familles des victimes ;

7- celui du onzième anniversaire de la catastrophe ferroviaire d’Argenton-sur-Creuse qui réunit environ cinquante personnes le 31  août 1996, à 12h00.

8Compte tenu d’une relative homogénéité des renseignements, nous ne proposerons pas d’études monographiques préalables pour dès à présent envisager le caractère idéal-typique de ces cérémonies. Elles se construisent pour la plupart sur un modèle identique, même si la durée est un paramètre à prendre en compte. Selon des critères relatifs à l’ampleur de la catastrophe (nombre de morts, média­tisations diverses, implication au niveau local, pouvoir évocatif et symbolique du drame), ces commémorations résistent plus ou moins bien dans le temps. A Saint-Laurent-du-Pont6, trente ans après le drame, une cérémonie a encore lieu. Dans d’autres cas, elles se sont arrêtées, plus personne ne trouvant la nécessité de les convoquer. Avec le temps, on peut considérer qu’un épuisement de leurs motifs – grâce à un ressassement – les rend désormais inutiles. Nous reprenons ici une idée défendue par C. Lévi-Strauss à propos du mythe, celle de spirale7. Lorsque la période de deuil semble définitivement close, quand le drame évoque un lointain souvenir et n’est plus associé à un vécu direct, les cérémonies perdent peu à peu de leur ampleur et finissent par disparaître.

9Outre cette variation, les redondances que l’on observe d’un rassemblement à l’autre sont d’ordre formel : date, lieu, mode de réalisation, composition de l’assistance.

10Organisées par les représentants des familles et des munici­palités, elles ont pour public cible les proches des victimes, le conseil municipal, les représentants des secours et les habitants de la commune. Des correspondants de la presse locale sont également présents. Ce public est identique d’une année sur l’autre et de même nature pour toutes les catastrophes étudiées.

11Ces anniversaires se déroulent en trois temps : l’arrivée des participants ; la cérémonie proprement dite ; le départ. Dans cette optique, la cérémonie « officielle8 » ne peut être considérée comme le seul acte commémoratif post-accidentel. Il est précédé et suivi d’un temps moins codifié qui nous informe, lui aussi, des enjeux et du sens de telles cérémonies. En conséquence, ce temps formel que l’on nomme habituellement « cérémonie » ne constitue qu’une séquence spécifique de l’acte commémoratif. Il est nécessaire d’étudier ces trois étapes qui, à l’analyse, peuvent se regrouper en un temps formel et organisé, et un autre temps plus informel qui se traduit par des discussions.

12La cérémonie principale débute par un dépôt de gerbe. Il rappelle un geste funéraire effectué de façon régulière par de nombreux Français tous les 1er novembre. Le dépôt de gerbe est la transposition d’un geste coutumier individuel à un plan collectif. C’est l’interprétation que propose A. Prost à propos des cérémonies commémoratives du 11 novembre9. Ce geste serait devenu un invariant de ce type de cérémonie tout comme la minute de silence, ces deux actions ayant une symbolique consensuelle. C’est la personne qui effectue ce geste qui donne au dépôt sa signification. Elle a la charge de l’effectuer au nom de tous et, pendant cet instant, elle représente la communauté qui commémore. Pour les cérémonies étudiées, la gerbe est disposée devant le monument par un membre de l’association des familles de victimes auquel peuvent se joindre un ou plusieurs représentants de la commune, du département ou de la préfecture. La coordination du geste et l’atmosphère de recueillement en font une étape charnière du rituel.

13Celle-ci est suivie par une minute de silence. Cette dernière est annoncée par un officiel : « Nous allons maintenant effectuer une minute de silence en souvenir des victimes. » A cet instant, les attitudes se transforment. Par son caractère symbolique, reposant sur l’idée d’un recueillement, elle nécessite une mise en scène spécifique. Les gendarmes et pompiers se mettent au garde-à-vous. Les représentants politiques adoptent une tenue que l’on pourrait qualifier de digne ; c’est le message qu’ils font passer au travers d’une posture droite, les bras le long du corps. Les spectateurs, non investis d’un devoir de représentation (familles, habitants, journalistes...), conservent une posture « normale », même si à ce moment la sobriété est de rigueur. La minute de silence est un moment de vie sociale intense qui est fondé sur une absence de mouvements et de paroles. C’est à la personne qui a donné le signal qu’il revient d’indiquer aux participants à quel moment seront levés les interdits posturaux et verbaux. La durée, d’une minute, n’est pas l’indicateur qui permet de définir l’arrêt de cette séquence10. Elle se termine quand celui qui l’a engagé effectue un mouvement, signal qui indique à l’assistance que « l’on peut passer à autre chose ».

14Les discours sont brefs ; ils ne durent que quelques minutes. Ils sont prononcés la plupart du temps par un représentant des familles et d’une autorité locale, le maire dans la majorité des cas. Ils portent essentiellement sur le souvenir – souvenir de l’élan de solidarité que l’accident avait suscité à l’époque des faits, une solidarité qui doit perdurer aujourd’hui – et sur la capacité des autorités et des sauveteurs à assumer de tels drames. On remercie ensuite l’assistance d’être venue comme tous les ans. A son terme le contenu du discours relève ce qui s’est passé durant l’année écoulée et évoque les projets pour l’avenir. Cette séquence peut faire penser à l’assemblée générale d’une association. On parle de l’entretien du mémorial, des aménagements futurs, des financements pour rénover ou entretenir le terrain. Si le procès n’a pas eu lieu, les familles peuvent évoquer les démarches à entreprendre, la défense à adopter et le paiement des assurances.

15Le temps que nous nommons informel, parce qu’habituel­lement considéré comme ne faisant pas partie de la cérémonie commémorative, est, quant à lui, plus étendu. La durée de la cérémonie officielle est courte : d’un quart d’heure à une demi-heure. En revanche, il s’écoule au moins une heure entre l’arrivée de l’assistance et son départ, laissant ainsi une place aux discussions improvisées. Les observations de terrain nous conduisent à formuler plusieurs remarques. Concernant l’assistance, des groupes se forment avant la cérémonie et se recomposent dès la fin des discours. Les familles des victimes ont tendance à se rassembler pour évoquer des souvenirs communs mais surtout pour parler de « choses et d’autres » qui n’ont pas de lien direct avec le drame. Les habitants forment un second ensemble plus ou moins homogène, où les personnes dialoguent également. Les représentants politiques, voire religieux, vont de groupes en groupes saluer l’assistance. Un dernier groupement composé « d’électrons libres », peut s’agencer. Il intègre dans un espace commun les personnes qui ont un statut particulier : les journalistes et correspondants de presse, l’artiste qui a élaboré le mémorial… Quant aux sauveteurs, ils se fondent dans le groupe des habitants lorsque le drame est ancien. Nous repérons donc quatre groupes de participants qui n’occupent pas tous la même place ni le même rôle.

16Outre la composition de l’assistance, la seconde remarque repose sur une absence de coupure nette entre les trois séquences de la cérémonie. Il n’existe aucune rupture marquée entre le temps de l’arrivée, celui de la cérémonie et enfin celui des discussions informelles. Pour comprendre cette relative continuité, nous pouvons étudier les « nœuds », les moments où devrait s’opérer un passage. A titre d’illustration, la séquence du dépôt de gerbe n’est pas annoncée verbalement. La cérémonie officielle débute par la mise en mouvement des acteurs. Ses contours sont flous. Une partie de l’assistance est en train de converser, d’autres tournent le dos au mémorial. On remarque une certaine surprise du fait d’une absence d’interruption par rapport aux rythmes précédents. Nous avons observé que le temps nécessaire à l’assistance pour ajuster ses attitudes – conformément au caractère solennel de cette séquence – correspond à celui qu’il faut aux acteurs pour déposer la gerbe au pied du mémorial. Il s’agit donc d’un processus, non d’une rupture univoque.

17Le second nœud se manifeste au terme du discours du représentant des familles qui marque la fin des cérémonies dans les deux exemples étudiés. Ces discours prennent petit à petit une tournure informelle et engagent un échange avec l’auditoire. Dans les faits, ce passage peut s’effectuer de différentes manières. A Saint-Laurent-du-Pont, le président des familles des victimes relate les différentes actions menées par l’association durant l’année écoulée, invitant les personnes présentes à échanger sur ce sujet. Lors de la cérémonie du onzième anniversaire de la catastrophe d’Argenton-sur-Creuse, le porte-parole des familles terminera son intervention en remerciant l’assistance auquel il exprimera sa gratitude en serrant la main de chacun. Ainsi, il établi un contact direct avec l’auditoire.

18Si la transition d’un temps à l’autre n’est ni formalisée ni abrupte et a plutôt tendance à prendre la forme d’un processus, il n’en reste pas moins que le ton, la gestuelle et le vocabulaire employés entérinent le passage à un autre registre. Celui de la cérémonie proprement dite revêt un aspect officiel, plus contraint, reposant sur un message consensuel. Celui des discussions qui précèdent et suivent la séquence cérémonielle est plus informel ; il permet la formation de groupes et implique moins d’interdits, notamment en terme de postures corporelles et verbales.

Une cérémonie qui s’inscrit dans un processus de ritualisation ?

19La description de cet objet tend à montrer qu’il s’agit de cérémonies plutôt pauvres dans leur contenu, ne sollicitant guère la participation des spectateurs. La mise en scène des actions, des décors ainsi que les aspects symboliques est peu élaboré. En ce sens, ces cérémonies semblent loin des grandes célébrations et des anniversaires analysées par W.-B. Johnston, P. Ory, G. Namer, M. sOzouf ou encore P. Nora. Compte tenu de ces caractéristiques, que nous qualifierons de « minimales », peut-on encore utiliser les termes de « ritualisation » et de « processus commémoratif » ? Nous le pensons, tout au moins à un niveau formel, dans le sens où nous étudions visiblement un processus plutôt que des actions spécifiques. Cela signifie que ces cérémonies et pratiques participent à une ritualisation, même si, prises individuellement, elles paraissent ne pas satisfaire à une définition rigoureuse du mot « rite ».

20Cependant, la quasi-absence de motifs tels que la mise en scène, la participation, le contenu symbolique et cognitif des messages répond directement à une fin, voire à une nécessité émanant de la caractéristique de l’objet à commémorer, à savoir les accidents collectifs. Seule une analyse de la finalité de ces cérémonies permet de comprendre en quoi elles participent à un processus qui tend à ritualiser l’accident collectif avec pour enjeu de le traiter socialement à long terme. Le caractère répétitif, régulier et codifié de ces anniversaires contribue à un mouvement plus large de stabilisation d’une situation marquée par une rupture post-catastrophique.

21Cette formalisation, qui donne un aspect mécanique aux cérémonies, permet, nous en faisons l’hypothèse, d’envisager un passage concret succédant aux périodes de séparation et de marge amorcées par la cérémonie funèbre. Dans l’idéal – c’est-à-dire l’objectif que l’on se fixe implicitement ou explicitement – la cérémonie commémorative devrait être à terme (après une période de deux à cinq ans environ) un rite de type agrégatif, au sens de A. Van Gennep. Le rite permettrait ainsi la transition entre une période de deuil et une période commémorative dont la durée est variable.

22Une analyse portant sur le premier niveau de lecture de ces cérémonies, celui relatif à la description de terrain, conduit à relever leur caractère stéréotypé, codifié, normatif et peu évolutif dans le temps11. Ainsi, dans un premier temps, nous pouvons indiquer que la forme (le seul fait que la cérémonie existe) semble primer sur le fond (contenus symboliques et cognitifs, investissement dans une mise en scène…).

23Le code et l’uniformité s’observent à deux niveaux. Le premier concerne la relative absence de signes distinctifs et d’originalité de ces cérémonies qui empruntent un modèle général peu en lien avec l’événement à commémorer. Le second a trait à un aspect plus théorique : les séquences du rituel, les actions et les mises en scène relèvent d’un code univoque plus que d’une symbolique par nature polysémique.

24Le caractère normatif de ces cérémonies est surtout perceptible lors de la séquence centrale, qui se construit autour de trois micro-rituels repérables dans bien d’autres types de cérémonies : le dépôt de gerbe, la minute de silence, les discours officiels. Cette séquence ne donne guère d’indications sur ce que l’on commémore : l’accident. Quant aux acteurs, rien ne permet à première vue de savoir ce qu’ils sont venus commémorer. La présence de corps de métiers institués, comme les gendarmes ou les pompiers, ainsi que celle des conseillers municipaux ou du préfet, n’informe pas sur la nature de la cérémonie. L’absence de signes distinctifs, notamment des vêtements, des attributs, rend difficile la différenciation des familles et des habitants. Seul le contexte spatial, celui du mémorial, donne lieu à une coloration de la commé­moration. Sans ce cadre territorial, qui se double d’un cadre temporel (date anniversaire de l’accident), ces célébrations pour­raient sembler commémorer n’importe quel type d’événement qui implique un décès.

25Dans un second axe de réflexion, les différentes phases de la cérémonie sont codifiées dans le sens où elles relèvent d’un ensemble symbolique de l’ordre du « code ». La minute de silence, bien qu’ayant une forte teneur symbolique, dans la mesure où elle renvoie à l’idée d’un hommage unanime, est porteuse d’un sens limité non contradictoire. Elle n’est ni équivoque ou ambiguë, ni plurivoque12. Par expérience, et ce relativement à un code – valeurs républicaines notamment – elle est pour tous synonyme d’un hommage à ceux qui sont morts. De même, le dépôt de gerbe ou le garde-à-vous sont emprunts d’un respect et sont chargés de valeurs dans l’ensemble consensuelles. Le contenu des discours repose sur un vocabulaire simple, où l’emphase et la rhétorique sont peu présents. Les mises en scènes des discours, des objets et des corps sont quasi-inexistantes ou répondent à des séquences rituelles très codifiées.

26Le sens de ces cérémonies semble limité au contenu même de l’objet de la pratique, et paraît ne pas devoir être reporté sur d’autres contenus ou systèmes symboliques plus larges. Cette mémoire commémorative gérée par les pouvoirs publics emprunte des voies normalisées. Elle appartient au même registre que les traitements post-catastrophiques tels que les plans de secours ou les discours des représentants politiques juste après le drame. Elle vise à rétablir l’ordre qui prend ici la forme d’une ritualisation.

27Ces anniversaires annuels ont la particularité de reproduire d’une année sur l’autre les mêmes séquences rituelles et de réunir les mêmes personnes. On observe un grand décalage entre la violence du drame, le choc provoqué par l’accident et la « pénurie » de symboles, de contenus cognitifs de ces cérémonies. Cette valorisation de la forme pour oublier le drame a un effet immédiat : l’on commémore une fois par an l’événement, et le reste du temps peut être consacré à autre chose. On retrouve un motif fort présent dans les discours officiels des lendemains de catastrophe : « Il faut continuer à vivre ».

28La signification de ces rassemblements est donc à rechercher dans l’opposition trait pour trait entre la cérémonie commémorative et la représentation de l’accident. La catastrophe produit un choc, une surcharge émotionnelle difficile à canaliser. Il serait vain de vouloir contrebalancer la rupture provoquée par le drame et les émotions qui en résultent par un surinvestissement affectif et symbolique. La cérémonie organisée par les pouvoirs publics, sur la demande des familles, propose de simplifier la lecture du drame jusqu’à l’extrême. Ici, l’on traite la catastrophe en l’éludant, en procédant par une logique curative de l’oubli.

29Chose étonnante à première vue, lors de la cérémonie du onzième anniversaire de l’accident ferroviaire d’Argenton-sur-Creuse, le maire exprima le souhait que la cérémonie revienne à une conception plus simple après la parenthèse du dixième anniversaire. Cette dernière n’était pourtant guère plus conséquente que les autres, outre la présence d’une fanfare et d’un discours du sous-préfet. Cette nécessité (elle est présentée comme telle par le maire) d’appeler à une plus grande simplicité est le signe d’une volonté de tout mettre en œuvre pour que l’événement ne remonte pas à la surface durant le rassemblement selon des formes détournées. Proposer une lecture symbolique de la cérémonie, travailler sur des mises en scène, sur des contenus cognitifs, reviendrait à multiplier les interprétations possibles et, par conséquent, à proposer une lecture plus riche pouvant entraîner un retour sur l’accident13.

30D’un point de vue politique, ces cérémonies sont consen­suelles dans le sens où les pouvoirs publics et les familles, voire la population, doivent s’entendre sur un minimum de référents communs. La cérémonie, plus que tout autre jour de l’année, doit éviter les conflits ou tentatives de négociation (ou de renégociation). Or, au vu de la gravité des événements à commémorer – et qui, dans certains cas n’ont pas encore étés jugés – et de l’engagement de responsabilités humaines diverses qui impliquent en règle générale les pouvoirs publics, il n’est guère possible de multiplier les points d’accord. Le souci constant d’éviter les débordements, notamment de la part des proches qui ont subi un grave préjudice moral, implique une rigueur, donc une relative codification des actes et des paroles, restreignant considérablement le champ des possibilités.

31Un autre facteur concerne directement le processus commé­moratif et ses enjeux. Ces célébrations ont pour fonction principale de marquer le temps, c’est-à-dire de proposer un passage entre le temps du deuil et celui de la commémoration. Ici, la mort et l’accident n’ont plus leur place. La cérémonie signifie la nécessité d’oublier pour continuer à vivre. Le deuil est le reflet de l’incertain, de quelque chose de non abouti qui peut subir des retournements. Il est du point de vue social et psychologique ce qu’est la pourriture du cadavre d’un point de vue biologique : une phase transitoire et indispensable. Il symbolise un passage d’un état, la vie, à un autre état, la mort avérée. La durée de ce processus, de ce cheminement se calque sur la phase de décomposition des corps14. Il s’agit de la phase la plus dangereuse, car le mort, symboliquement, n’a pas trouvé sa place. Il peut alors contaminer le monde des vivants d’une présence sinistre. A la différence du deuil, la commémoration correspond à une bonne gestion des cadavres, en l’occurrence ici à leur oubli15. Elle accentue ce que l’on croit bon d’être dit.

32Une mémoire instituée fondée sur un oubli, celui du drame

33Le processus commémoratif est de l’ordre de la mémoire. Il se construit autour de l’idée d’un souvenir à préserver. On parle de souvenir pour les générations futures, de besoin de mémoire. En règle générale, les pouvoirs publics, les institutions patrimoniales associent au monument et à la cérémonie commémorative une fonction éducative. A. Riegl montre que le sens le plus ancien du mot « monument » comprend cette idée. Il s’agit :

« ...d’une œuvre créée de la main de l’homme et édifiée dans le but précis de conserver toujours vivant dans la conscience des générations futures le souvenir de telle action ou telle destinée (ou des combinaisons de l’une et de l’autre)16 .»

34Les commémorations auraient essentiellement une fonction de remémoration, dans le sens où elles renverraient et soutiendraient un souvenir passé. C’est cette valeur que leur accordent les pouvoirs publics, qui construisent les mémoriaux autour de l’idée d’un hommage aux victimes et d’un souvenir nécessaire. De manière sensiblement différente, les familles fondent leur légitimité sur le devoir de mémoire et sur la capacité à faire que de tels drames ne se reproduisent plus.

35Cette volonté d’affirmer un souvenir correspond au versant officiel de la cérémonie ou, pour prendre une image, à la partie émergée d’un iceberg. Au-delà de ce discours, qui accompagne et légitime le processus commémoratif, ce n’est pas la mémoire de l’événement qui prédomine, mais au contraire son oubli17.

36Cet enjeu collectif de mémoire ne résiste pas à l’étude du processus commémoratif post-accidentel qui montre que le sens de ces cérémonies se situe à l’opposé : sur un oubli du drame. L’accentuation de la thématique de la mémoire est « un leurre » qui détourne de quelque chose de plus fondamental, de moins conscient. Devant l’importance du nombre de morts, mais aussi devant l’impensable provoqué par l’accident, il semble qu’il y ait nécessité de se regrouper sur des valeurs communes pour faire face à l’innommable.

37La commémoration ne peut cependant se suppléer au deuil, notamment à celui de chacun des proches. Cependant, ce processus est une gestion collective du souvenir – par un oubli – pour lutter contre une situation menaçante, la catastrophe. Il s’oppose à l’incommensurable, c’est-à-dire contre ce qui ne peut être supporté par l’homme et par une société. La mort, et surtout celle-ci, est impensable car insensée. On peut donc dire que l’oubli joue bien ici un rôle social de retour à la vie « ordinaire ». Le mémorial, notamment, permet dans un sens de gérer quelque chose d’impensable pour l’esprit humain en l’investissant dans de la pierre. Les monuments commémoratifs des accidents collectifs correspondent à un « objet de suture », terme employé par M. Guillaume18. L’objet est ici libérateur, il permet de fixer des craintes. Il complète le travail du deuil en le canalisant, en évitant toutes les phases de détours. Il est le garant d’un « oubli positif », d’une « cure analytique19. »

38Comme nous l’avons précédemment expliqué, les accidents sont générateurs de ruptures et de craintes qui, prises dans leur ensemble, peuvent susciter un désordre potentiel20. L’acte de commémorer consisterait – par l’intermédiaire d’une mise en scène tournée vers le souvenir – à oublier, à faire en sorte que le groupe retrouve sa stabilité antérieure. Au-delà d’être un objet de suture, le processus commémoratif serait un écran supposant qu’en plus de traiter un problème, il l’éluderait en partie pour faire disparaître du souvenir certaines composantes. Nous avons vu que les cérémonies commémoratives ne reviennent pas sur les images motrices de l’accident : déferlement des eaux, flammes destructrices, choc de deux trains, explosions, et pas davantage sur les émotions qui s’y réfèrent : cris, mouvements de paniques, tentatives de secours désespérées. De même, les épitaphes des monuments font seulement référence à des signes tangibles, tels que la date de la catastrophe, le nombre de morts et la nature objective du drame. Elles sont informatives afin de ne pas entrer dans le registre émotif qui opérerait nécessairement un retour sur la catastrophe.

39Cette analyse d’un processus commémoratif particulier nous permet de considérer plus généralement que la fonctionnalité de ces rites n’est pas donnée une fois pour toutes et que leur lecture est polysémique non pas tant d’un point de vue formel mais d’un point de vue analytique. La logique de ce rituel n’est pas seulement empirique, dans le sens où l’objet du rite n’est pas ce qui est montré : le souvenir, mais ailleurs : l’oubli du drame. La compréhension de ce rituel nécessite de dépasser la simple description et une analyse du premier degré. Ici, la charge symbolique ne réside guère dans l’utilisation de symboles ou d’allégories spécifiques, ni même dans l’émotion suscitée. Elle se situe dans le projet de ce processus commémoratif : un transfert de l’accident sur une représentation, celle d’un souvenir « bien géré ». Pour être efficace ce souvenir doit être institué comme le seul possible. La représentation doit se nier comme telle pour devenir son propre référent. L’objectif est l’abolition de la distance entre la représentation – portée ici par le mémorial et la cérémonie commémorative – et la réalité des faits ; le signifiant précède et détermine le signifié. Dans ces conditions, l’accident en tant que tel n’existe plus. Comme le note C. Lévi-Strauss, de ce point de vue, « les symboles sont plus réels que ce qu’ils symbolisent21 .». Le regard porté sur l’accident subit nécessairement des médiations, médiations qui sont désormais peu visibles du fait même de la nature de ce processus commémoratif. Cette mémoire se doit d’être portée par des signes tangibles, peu variables dans le temps et surtout non équivoque. Ainsi, l’on comprend mieux pourquoi ces cérémonies sont si encadrées et construites des codes.

40De même, selon une logique similaire, l’adhésion ne se localise pas dans l’action elle-même. Elle se repère dans le projet porté par ce processus commémoratif : se souvenir des disparus, faire qu’un tel événement ne se reproduise plus, montrer comment la communauté a su faire face : par exemple comment elle a traité l’espace avec l’érection d’un mémorial.

41Une analyse approfondie démontre qu’il s’agit bien de rites qui ont pour objet de susciter des relations sociales (notamment une communication entre les familles et les pouvoirs publics) ; de générer du consensus et de l’ordre (dans une dynamique intégrative) ; de structurer un temps et un espace bouleversés par la catastrophe et enfin de générer un climat plus serein qui répond à l’angoisse du drame. En cela, ils peuvent être considérés comme des anxiolytiques.

Haut de page

Notes

1 Ces catastrophes sont variées : accidents de transports, inondations, incendies, ruptures de barrages, coup de grisous, avalanches… Elles ont toutes la particularité d’avoir généré de nombreuses victimes et d’avoir suscité, dès leur origine, une émotion relayée par une prise en charge des pouvoirs publics.
2 G. Namer, « La confiscation sociopolitique du besoin de commémorer », Autrement – série Mémoires, n°54, janv. 1999, pp. 175-179. L’auteur indique que le besoin de commémorer vient parfois s’entrechoquer avec une politique commémorative officielle et normative qui ne répond plus aux aspirations des populations.
3 Le caractère officiel est à comprendre dans l’organisation des cérémonies. Elles disposent d’un cadre de réalisation fixé par une autorité, en l’occurrence celle de la municipalité.
4 A Val d’Isère et Passy aucune commémoration officielle ne vient marquer le souvenir des avalanches et glissements de terrain de 1970.
5 Pour compléter ces observations de terrain, nous avons contacté le service des archives de plusieurs quotidiens de presse locale et organisé des entretiens auprès des mairies concernées et des associations de familles des victimes.
6 L’incendie du dancing fit près de cent cinquante victimes le premier novembre 1970.
7 C. Lévi-Strauss, Anthropologie structurale, t.1, Paris, Plon, 1985 (première édition 1958), p. 264. En analogie avec la logique de ressassement mythique, ces cérémonies permettent de soulever des questionnements à partir d’une démarche itérative, et surtout de dégager un consensus pour qu’ils s’estompent. A terme, l’objectif est que ces questions soient résolues, oubliées, ou tout simplement qu’elles ne soient plus considérées comme fondamentales. La structure qui porte ce projet, c’est-à-dire la commémoration, peut s’atténuer puis s’effacer à son tour.
8 Les journalistes et les pouvoirs publics nomment « cérémonie » le moment bref où un public assiste à une célébration codifiée : dépôt de gerbe, minute de silence et différents discours.
9 A. Prost Les anciens combattants et la société française – 1914-1939, vol. 3, « Mentalités et idéologies », Paris, PFNSP, 1977.
10 Dans les pays anglo-saxons elle est plus courte.
11 Le vocabulaire et les actions effectuées sont de l’ordre d’un code plus que d’une symbolique riche, évolutive et polysémique.
12 La typologie des images proposée par G. Durand et R. Alleau indique qu’il existe plusieurs paliers en profondeur des images. Le symbole correspond à l’image la plus complète. Il est un réseau, une constellation d’images. Compte tenu de sa richesse, le symbole a un pouvoir de reconduction, c’est-à-dire qu’il est porteur d’une efficacité symbolique. Son caractère polysémique en fait un système ou un réseau jamais clos, pouvant s’enrichir à tout moment de nouvelles significations. A l’opposé, même s’il fait toujours partie de ce groupe compréhensif que l’on peut qualifier d’images, le synthème est un signe plus arbitraire reposant sur un code élaboré. La distance la plus grande avec le symbole est sans doute à repérer dans l’absence de lien nécessaire entre le signifiant et le signifié : une signification pouvant être accolée à un objet à partir d’une réglementation, par exemple le code de la route. Voir, notamment, R.  Alleau, La science des symboles – Contribution à l’étude des principes et méthodes de la symbolique générale, Paris, Payot, 1976 ; G. Durand, L’imagination symbolique, Paris, PUF, 1964 ; et idem, Les structures anthropologiques de l’imaginaire, Paris, Dunod, 1984. 
13 Le caractère plurivoque du symbole peut induire de multiples significations ne se contrôlant pas aisément.
14 Nous renvoyons à l’étude de R. Hertz, qui insiste sur cette corrélation quasi-parfaite entre la durée du deuil clôturé par des cérémonies de doubles funérailles, et la période nécessaire au cadavre pour prendre une forme minérale, jugée moins dangereuse du fait de sa plus grande stabilité. R. Hertz, « Contribution à une étude sur la représentation collective de la mort », L’Année sociologique, n°10, 1906, p. 48-137.
15 Pour éviter toute polémique, nous considérons cet oubli comme un élément constitutif de la mémoire. En cela, le souvenir n’est pas exclu mais est relégué car l’oubli est perçu comme salutaire.
16 A. Riegl, Le culte moderne des monuments, Paris, Seuil, 1984 (première édition 1903), p.35.
17 L’oubli revêt deux formes : l’une est dynamique, l’autre est plus statique. D’un côté, l’acte d’oublier est un processus, de l’autre, l’oubli est un état et se définit par un constat, par exemple le fait d’être tombé dans l’oubli. La présente réflexion porte sur les aspects dynamiques de l’oubli.
18 M. Guillaume, La politique du patrimoine, Paris, Galilée, 1980.
19 Ibid., pp.82-83.
20 Au sens où l’emploie G. Balandier. Voir Le désordre, Paris, Fayard, 1988.
21 C. Lévi-Strauss, « Introduction à l’œuvre de M. Mauss », in M. Mauss, Sociologie et anthropologie, PUF, 1991 (première édition 1950), p. xxxii.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gaëlle Clavandier, « Le processus commémoratif post-accidentel », Socio-anthropologie [En ligne], 9 | 2001, mis en ligne le 15 janvier 2003, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/7 ; DOI : 10.4000/socio-anthropologie.7

Haut de page

Auteur

Gaëlle Clavandier

Université de Grenoble II

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Publications de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Revues.org