Navigation – Plan du site

« Anthropologie » - « Sociologie » - Encyclopédies, XVIIIe-XIXe siècles

Paul Fauconnet et Marcel Mauss

Texte intégral

Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers (1751)

1Anthropologie, f.f. (Théol.) manière de s’exprimer, par laquelle les écrivains facrés attribuent à Dieu des parties, des actions ou des affections qui ne conviennent qu’aux hommes, & cela pour s’accommoder & fe proportionner à la foibleffe de notre intelligence : ainfi il eft dit dans la Genefe, que Dieu appella Adam, qu’il fe repentit d’avoir créé l’homme ; dans les Pfeaumes l’univers eft appellé l’ouvrage des mains de Dieu : il y eft encore dit que fes yeux font ouverts & veillent fur l’indigent.

2Par toutes ces expreffions & d’autres femblables qui fe rencontrent fréquemment dans l’Ecriture, l’Efprit faint a feulement voulu nous faire entendre les chofes ou les effets que Dieu opère comme s’il avoit des mains, des yeux, etc. fans que cela préjudicie à la fimplicité de fon être. Voyez SIMPLICITE.

3Abbé Mallet

4ANTHROPOLOGIE, dans l’oeconomie animale; c’eft un traité de l’homme. Ce mot vient du Grec anqrwpoV, homme & de logoç, traité.

5Teichmeyer nous a donné un traité de l’oeconomie animale, qu’il a intitulé Anthropologia, in-4° imprimé à Gènes en 1739.

6Drake nous a auffi laiffé une Anthropologie en Anglois, in-8°. 3 vol. imprimée à Londres en 1707 & 1712. Voyez ANTHROPOGRAPHIE.

7Docteur Tarin

La grande encyclopédie, Inventaire raisonné des sciences, des lettres et des arts (1885-1901)

8« Anthropologie. On ne saurait exagérer l’importance qu’a prise, depuis un quart de siècle environ, la science nouvelle de l’homme sous le nom synthétique d’Anthropologie. Cette science répondait à un besoin des esprits plus curieux qu’autrefois de notions positives ; elle a été favorisée par de considérables découvertes, et elle représentera une des parties les plus fécondes du mouvement philosophique de notre temps. (…)

9Il nous a toujours paru qu’on pouvait pratiquement se borner à considérer qu’elle a été tour à tour et qu’elle est aujourd’hui à la fois zoologique dans son étude de l’homme comparé aux animaux voisins, ethnologique dans son étude toute physique des races humaines, et ethnographique dans son étude comparative des éléments de culture de l’homme en général et des peuples dont les différences sont avant tout intellectuelles et morales. Ces subdivisions, aussi larges et compréhensives, peuvent parfaitement suffire pour classer les connaissances relatives à l’homme dans l’ordre de leur complexité, depuis celles qui se rapportent à l’animal jusqu’à celles qui touchent les sociétés humaines, depuis celles qui appartiennent à la zoologie jusqu’à celles qui sont du domaine de la sociologie. Lors de l’exposition universelle de 1878, un pavillon spécial, on s’en souvient, fut réservé aux sciences anthropologiques. Les innombrables collections qui y furent rassemblées firent une grande impression. Pour la plus grande partie des visiteurs, elles furent même toute une révélation. Rien, en tout cas, ne pouvait donner une idée plus complète et plus grande des progrès de l’anthropologie, de la place qu’elle occupait dans le monde éclairé, et de l’ardeur de recherches dont ses études étaient de toutes part l’objet. Aussi, à l’ouverture du congrès international tenu à l’occasion de cette immense exhibition, dans le palais même du Trocadéro, Broca s’écriait : “ Il y a vingt ans, notre science dédaignée, presque inconnue, cherchait encore sa voie, cherchait encore son nom : les quelques savants qui, ça et là, lui consacraient leurs loisirs manquaient de moyens d’études ; ils travaillaient sans contrôle, ils écrivaient sans public, ils parlaient sans écho, et lorsque, par hasard, quelque question plus ou moins anthropologique avait le privilège d’être exploitée au profit d’un parti politique, ce mouvement durait juste autant que l’agitation extra-scientifique qui l’avait provoqué. En temps normal, calme plat ; ni amis, ni ennemis ; la douce indifférence. Mais aujourd’hui, quel changement ! L’anthropologie, élargissant son programme, a pris son essor dans toutes les directions, avec une vigueur, une rapidité presque sans exemple dans l’histoire des sciences… Quiconque étudie à un point de vue quelconque l’homme physique, intellectuel ou moral, et les manifestations de son activité dans le passé, dans la vie individuelle ou collective, dans la famille ou dans la société, rencontre à chaque pas des questions qui le conduisent jusque sur son seuil, qui l’amènent parfois à le franchir, et ces questions sont souvent de nature à soulever des controverses dont tous les esprits cultivés comprennent la portée. Elle a donc le privilège d’occuper une grande place dans l’attention publique. Rien, désormais, ne manque à son cortège, ni les adeptes fervents, ni les alliés fidèles, ni la foule des amis connus ou inconnus, ni même les détracteurs systématiques, dont l’hostilité nécessaire rehausse son importance. ” Ce grand changement était dû en grande partie à Broca lui-même et à la Société d’anthropologie de Paris. Cette dernière avait acquis un développement assez rapide. Elle comptait, au bout de vingt ans, plus de six cents membres. Elle avait réuni un musée qui est, en son genre, tout à fait de premier ordre. Elle avait enfin, à son siège social, fondé, avec le concours de la ville de Paris, de l’État et de riches particuliers (1876), une série de chaires pour enseigner toutes les branches des connaissances dont elle s’occupe. Son exemple avait été presque partout suivi avec empressement à l’étranger (...) ».

10Zaborowski

11« Sociologie. Mot créé par Auguste Comte pour désigner la science des sociétés. Quoique le mot fût formé d’un radical latin et d’une terminaison grecque et que pour cette raison les puristes aient longtemps refusé de le reconnaître, il a aujourd’hui conquis droit de cité dans toutes les langues européennes.(...)

121. Objet de la sociologie — Parce que la sociologie est d’origine récente et qu’elle sort à peine de la période philosophique, il arrive encore qu’on en conteste la possibilité. Toutes les traditions métaphysiques qui font de l’homme un être à part, hors nature, et qui voient dans ses actes des faits absolument différents des faits naturels, résistent aux progrès de la pensée sociologique. Mais le sociologue n’a pas à justifier ses recherches par une argumentation philosophique. La science doit faire son oeuvre dès le moment qu’elle en entrevoit la possibilité, et des théories philosophiques, même traditionnelles, ne sauraient constituer des objections à la légitimité de ses démarches. Si d’ailleurs, comme il est vraisemblable, l’étude scientifique des sociétés rend nécessaire une conception différente de la nature humaine, c’est à la philosophie qu’il appartient de se mettre en harmonie avec la science, à mesure que celle-ci obtient des résultats. Mais la science n’a pas plus à prévoir qu’à éviter ces conséquences lointaines de ses découvertes.

13Tout ce que postule la sociologie, c’est simplement que les faits que l’on appelle sociaux sont dans la nature, c.-à-d. sont soumis au principe de l’ordre et du déterminisme universels, par suite intelligibles. Or, cette hypothèse n’est pas le fruit de la spéculation métaphysique ; elle résulte d’une généralisation qui semble tout à fait légitime. Successivement cette hypothèse, principe de toute science, a été étendue à tous les règnes, même à ceux qui semblaient le plus échapper à ses prises : il est donc rationnel de supposer que le règne social – s’il est un règne qui mérite d’être appelé ainsi – ne fait pas exception. Ce n’est pas au sociologue à démontrer que les phénomènes sociaux sont soumis à la loi : c’est aux adversaires de la sociologie à fournir la preuve contraire. Car, a priori, on doit admettre que ce qui s’est trouvé être vrai des faits physiques, biologiques et psychiques est vrai aussi des faits sociaux. Seul un échec définitif pourrait ruiner cette présomption logique. Or, dès aujourd’hui, cet échec n’est plus à craindre. Il n’est plus possible de dire que la science est tout entière à faire. Nous ne songeons pas à exagérer l’importance des résultats qu’elle a obtenus ; mais enfin, en dépit de tous les scepticismes, elle existe et elle progresse : elle pose des problèmes définis et tout au moins elle entrevoit des solutions. Plus elle entre en contact avec les faits et plus elle voit se révéler des régularités insoupçonnées, des concordances beaucoup plus précises qu’on ne pouvait le supposer d’abord ; plus, par conséquent, se fortifie le sentiment que l’on se trouve en présence d’un ordre naturel, dont l’existence ne peut plus être mise en doute que par des philosophes éloignés de la réalité dont ils parlent.

14Mais si l’on doit admettre sans examen préalable que les faits appelés sociaux sont naturels, intelligibles et par suite objets de science, encore faut-il qu’il y ait des faits qui puissent être proprement appelés de ce nom. Pour qu’une science nouvelle se constitue, il suffit, mais il faut : d’une part, qu’elle s’applique à un ordre de faits nettement distincts de ceux dont s’occupent les autres sciences ; d’autre part, que ces faits soient susceptibles d’être immédiatement reliés les uns aux autres, expliqués les uns par les autres, sans qu’il soit nécessaire d’intercaler des faits d’une autre espèce. Car une science qui ne pourrait expliquer les faits constituant son objet qu’en recourant à une autre science se confondrait avec cette dernière. La sociologie satisfait-elle à cette double condition ? (...)

15Un premier fait est constant, c’est qu’il existe des sociétés, c.-à-d. des agrégats d’êtres humains. Parmi ces agrégats, les uns sont durables, comme les nations, d’autres éphémères comme les foules, les uns sont très volumineux comme les grandes églises, les autres très petits comme la famille quand elle est réduite au couple conjugal. Mais, quelles que soient la grandeur et la forme de ces groupes et de ceux qu’on pourrait énumérer – classe, tribu, groupe professionnel, caste, commune – ils présentent tous ce caractère qu’ils sont formés par une pluralité de consciences individuelles, agissant et réagissant les unes sur les autres. C’est à la présence de ces actions et réactions, de ces interactions que l’on reconnaît les sociétés. Or la question est de savoir si, parmi les faits qui se passent au sein de ces groupes, il en est qui manifestent la nature du groupe en tant que groupe, et non pas seulement la nature des individus qui les composent, les attributs généraux de l’humanité. Y en a-t-il qui sont ce qu’ils sont parce que le groupe est ce qu’il est ? À cette condition, et à cette condition seulement, il y aura une sociologie proprement dite ; car il y aura alors une vie de la société, distincte de celle que mènent les individus ou plutôt distincte de celle qu’ils mèneraient s’ils vivaient isolés. (...)

16Et pourtant l’existence de tels phénomènes est d’une telle évidence qu’elle a été signalée par des observateurs qui ne songeaient pas à la constitution d’une sociologie. On a remarqué bien souvent qu’une foule, une assemblée ne sentaient, ne pensaient et n’agissaient pas comme l’auraient fait les individus isolés ; que les groupements les plus divers, une famille, une corporation, une nation, avaient un “esprit”, un caractère, des habitudes comme les individus ont les leurs. Dans tous les cas par conséquent on sent parfaitement que le groupe, foule ou société, a vraiment une nature propre, qu’il détermine chez les individus certaines manières de sentir, de penser et d’agir, et que ces individus n’auraient ni les mêmes tendances, ni les mêmes habitudes, ni les mêmes préjugés, s’ils avaient vécu dans d’autres groupes humains. Or cette conclusion peut être généralisée. Entre les idées qu’aurait, les actes qu’accomplirait un individu isolé et les manifestations collectives, il y a un tel abîme que ces dernières doivent être rapportées à une nature nouvelle, à des forces sui generis : sinon, elles resteraient incompréhensibles. (...)

17Ainsi, tout en se ralliant étroitement aux sciences qui l’ont précédée, tout en s’appropriant leurs résultats, la sociologie transforme leurs classifications. Il est à remarquer d’ailleurs que les diverses sciences sociales ont toutes tendu, dans les dernières années, à se rapprocher progressivement de la sociologie ; de plus en plus elles deviennent des parties spéciales d’une science unique. Seulement, comme celle-ci se constitue à l’état de véritable science, avec une méthode consciente, elle change profondément l’esprit même de la recherche, et peut conduire à des résultats nouveaux. Aussi, bien que de nombreux résultats puissent être conservés, chaque partie de la sociologie ne peut pas coïncider exactement avec les diverses sciences sociales existantes. D’elles-mêmes, elles se transforment, et l’introduction de la méthode sociologique a déjà changé et changera la manière d’étudier les phénomènes sociaux. 

18Les phénomènes sociaux se divisent en deux grands ordres. D’une part, il y a les groupes et leurs structures. Il y a donc une partie spéciale de la sociologie qui peut étudier les groupes, le nombre des individus qui les composent et les diverses façons dont ils sont disposés dans l’espace : c’est la morphologie sociale. D’autre part, il y a les faits sociaux qui se passent dans ces groupes : les institutions ou les représentations collectives. Celles-ci constituent, à véritablement parler, les grandes fonctions de la vie sociale. Chacune de ces fonctions, religieuse, juridique, économique, esthétique, etc., doit être d’abord étudiée à part et faire l’objet d’une série de recherches relativement indépendantes. De ce point de vue, il y a donc une sociologie religieuse, une sociologie morale et juridique, une sociologie technologique, etc. Ensuite, étant données toutes ces études spéciales, il serait possible de constituer une dernière partie de la sociologie, la sociologie générale, qui aurait pour objet de rechercher ce qui fait l’unité de tous les phénomènes sociaux. »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paul Fauconnet et Marcel Mauss, « « Anthropologie » - « Sociologie » - Encyclopédies, XVIIIe-XIXe siècles », Socio-anthropologie [En ligne], 1 | 1997, mis en ligne le 15 janvier 2003, consulté le 24 juin 2017. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/70 ; DOI : 10.4000/socio-anthropologie.70

Haut de page

Auteurs

Paul Fauconnet

Marcel Mauss

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Publications de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Revues.org