Navigation – Plan du site

Rapport de la sociologie à l’anthropologie

Lester F. Ward

Texte intégral

1Presque tous les sujets peuvent être classés de différente façon. L'anthropologie est la science de l'homme. Prise dans le sens le plus large, elle concerne tout ce qui a un rapport avec la race humaine. Paul Broca, cet éminent chercheur attaché aux aspects physiques de l'homme, a été le premier a lui donner de l'importance. Du fait de cette influence, l'anthropologie a longtemps été limité à l'étude du corps humain. Cependant, compte tenu de ses potentialités, le terme trouve, aujourd'hui, toute l'extension dont il est porteur. La Société anthropologique de Washington, fondée en 1879, a introduit dans sa déclaration initiale une classification des sciences :

21. Somatologie ; 2. Sociologie ; 3. Philologie ; 4. Philosophie ; 5. Psychologie ; et 6. Technologie. Ceci n'aura pu être réalisé qu'à la suite des reflexions du Major J. W. Powell, Directeur du Centre d'Ethnologie des Etats-Unis, du Colonel Garrick Malery, éminent spécialiste du langage des signes et des questions annexes et du Professeur Otis T. Mason, Conservateur d'ethnologie pour le Musée national des Etats-Unis. Dix-neuf années de travaux ont montré que tous les sujets pouvaient être classés sous ces rubriques.

3La sociologie est ainsi considérée comme une sous-division de l'anthropologie et ceci à juste titre. Toutefois cela n'obère pas une classification différente selon laquelle la sociologie serait présentée comme une science générique et où l'anthropologie apparaîtrait comme faisant partie de la sociologie. Ces classements dépendent du point de vue qui est retenu.  Du fait que la sociologie a pour objet l'étude de l'homme, elle relève, à l'évidence, des sciences humaines. Si on la considère comme une approche touchant tout ce qui a trait aux interactions humaines, un nombre important de faits et de phénomènes propres à l'anthropologie recouvre son domaine et il est important de prendre en compte les rapports entre ces phénomènes. Par ailleurs, la question de l’interaction n'est pas limitée exclusivement au genre humain. Les sociologues sont conduits à porter une attention croissante à cette question en ce qu'elle concerne également l'espèce animale. De ce fait la sociologie n’est pas entièrement incluse dans la perspective anthropologique.

4Lorsque l'on examine attentivement ces deux sciences, on se rend compte de leur différence de genre. L'anthropologie, en traitant de l'homme en tant qu'être particulier ou en tant qu'espèce relevant du règne animal, est d'abord une science descriptive. Elle n'est pas concernée par des lois ou des principes mais par des faits matériels. La sociologie, à l'inverse, s'intéresse d'abord aux interactions et à ce qui les suscite ou les modifie. Ces dernières ne relèvent pas de données matérielles. Il s'agit de phénomènes. La science qui s'y attache est de ce fait concernée principalement par des lois et des principes qui influent sur les conditions de l'association.  En bref, alors que l'anthropologie est une science essentiellement concrète, la sociologie est, elle, une science essentiellement abstraite.  Cette distinction est proche de celle qui existe entre la biologie et la zoologie, à la réserve près que l'anthropologie ne traite que d'une seule espèce animale. Prise sous cet angle, cette dernière devient une simple branche de la zoologie et à un rang inférieur à celui de l'ornithologie, de l'entomologie, de la mammologie, etc. De fait il n'existe aucune autre espèce ou genre ayant été pris comme objet d'une science spécifique comme ceci aurait pu l'être, par exemple, pour l'hippologie, science de l'espèce chevaline ou la cynologie, science de la race canine. (...)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lester F. Ward, « Rapport de la sociologie à l’anthropologie », Socio-anthropologie [En ligne], 1 | 1997, mis en ligne le 15 janvier 2003, consulté le 19 décembre 2014. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/72

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revues électroniques de l’université de Nice
  • Revues.org