Navigation – Plan du site

La vulnérabilité relationnelle

Essai de cadrage et de définition
Valerie Cohen

Texte intégral

1La question du lien social, centrale dans toute la pensée sociologique, se renouvelle en fonction des préoccupations spécifiques du moment. La conscience actuelle du désordre, la marginalisation de certaines populations, la césure manifeste entre insiders et outsiders redéfinissent la question originelle du lien, à partir du lexique de la crise. Exclusion, désaffiliation, disqualification, interviennent comme autant de référents traduisant le souci majeur de la cohésion. Au même titre que ces catégories d'analyse, mais sous des formes moins globales que locales, la vulnérabilité relationnelle entend rendre compte de l'émiettement des liens sociaux. Son apparition1 résulte ainsi d'une volonté de désignation tant de l'exclusion que de la  « nouvelle question sociale ».

2Vulnérabilité et exclusion apparaissent effectivement au même moment sur le devant de la scène sociale. Le choix d'un autre vocable s'imposait pour marquer la différence d’avec la pauvreté traditionnelle, composée essentiellement de sous-prolétaires logeant dans les bidonvilles ou les cités de transit et se reproduisant sur un mode identique.

3La notion d'« exclusion » s'est érigée pour caractériser une réalité que l'on a souvent décrite comme « nouvelle pauvreté » bien qu'elle en excède toujours le cadre (Fassin, 1996). Cependant, la distinction entre pauvreté et exclusion ne se présente pas uniquement sous l'angle des populations. Si la pauvreté traditionnelle, en raison de son caractère structurel et stable offre un cadre théorique reconnu, il existe une véritable difficulté tant à décrire qu'à conceptualiser les différences rencontrées : l'hétérogénéité des profils et la diversité des processus. La profusion de notions connexes telles que la vulnérabilité, la précarité, la marginalité, marque l'embarras des tentatives de désignation.

4Derrière la dispersion des formulations et le brouillage conceptuel qui en résulte, certaines idées se rejoignent néanmoins : les uns et les autres s'accordent sur la présence d'un continuum allant de l'intégration à l'exclusion. Le processus suggère sinon des degrés, du moins des étapes de marginalisation. Il permet de dessiner des zones de sécurité, de vulnérabilité et d'insécurité qui conduisent à s'interroger sur les déterminants de la protection aujourd'hui. Deux axes sont généralement suivis : l'intégration professionnelle et l'insertion relationnelle.

5La vulnérabilité, dans ses dimensions économique et relationnelle, permet de rassembler les différents profils des assistés. Elle se présente comme une zone intermédiaire, située entre l'intégration et la désaffiliation : « espace d'instabilité et de turbulence peuplé d'individus précaires dans leur rapport au travail et fragiles dans leur insertion relationnelle » (Castel, 1991 : 138).

6Si les mécanismes de précarité économique ont largement été étudiés ces dernières années, les logiques de vulnérabilité relationnelle demeurent imprécises. Que signifie donc être vulnérable relationnellement ? Outre le fait que cette fragilité renvoie aux relations primaires2, on ne sait pas sur quels critères elle repose et quels sont les éléments d'analyse pouvant en rendre compte. L'ambiguïté de cette appellation exigeait un travail de cadrage et de définition. Pour ce faire, nous avons procédé à l'élaboration d'hypothèses successives qui, dans des registres différents, explorent les dimensions du phénomène étudié.

La thèse du désordre sociétaire

7La première piste de recherche envisage la vulnérabilité relationnelle à partir du démantèlement des instances de protection primaire, appréhendé sous l'angle des transformations de la structure familiale et des réseaux de proximité.

8La période allant de 1945 à 1965 avait constitué un véritable âge d'or pour la famille : mariages précoces et nombreux, fécondité élevée, divorces en nombre stable compensés par un taux élevé de mariages. La plupart des enquêtes confirmaient, par ailleurs, l'attachement aux valeurs familiales. En revanche, à partir des années 70, tous les indicateurs démographiques ont manifesté la transformation de ce qu'on pouvait appeler l'ordre familial. En moins de vingt ans, la divorcialité fut multiplié par trois en moyenne, le renouvellement des générations cessa d'être assuré, les femmes entrèrent massivement sur le marché du travail, les indices du moment de nuptialité baissèrent de 30% à 40%.

9Si à la suite de Durkheim l'on considère que l'intensité de l'intégration familiale se définit par le nombre de relations interpersonnelles à l'intérieur de la famille nucléaire ou conjugale3, les deux grandes modifications de l'ordre familial apparues depuis une vingtaine d'années limitent l'intégration ainsi entendue. La précarité de l'union et la baisse de la fécondité induisent en effet une atomisation des groupes familiaux, une augmentation des situations d'isolés qui légitiment le déclin de l'institution familiale comme instance d'intégration.

10Parallèlement, les solidarités locales, souvent assimilées à la sociabilité ouvrière, paraissent en régression. On ne retrouve pas dans les nouveaux espaces urbains l'équilibre qu'offraient les quartiers populaires traditionnels ou les bidonvilles. Ces solidarités, tournées essentiellement vers la famille et le voisinage remplissaient à la fois des fonctions de régulation et de socialisation. Grâce à un réseau d'alliances complexes et structurées, elles permettaient une forte intégration.

11Le contraste entre les études monographiques urbaines d'hier et d'aujourd'hui4 laisse penser que l'on assiste depuis quelques années au dépérissement de  réseaux locaux protecteurs. L'urbanisation sauvage, la crise économique des anciennes zones industrialisées, l'affaiblissement des valeurs syndicales et politiques, concourent à l'édification de foyers de vulnérabilité relationnelle.

12La remise en cause des fonctions régulatrices de la primarité est sous cet angle manifeste. Mais, ces signes de désorganisation reposent eux-mêmes sur l'hypothèse du dépérissement des cadres sociaux intégrateurs qui est consécutif au démantèlement des communautés traditionnelles.

13La communauté cristallise en effet l'idéal-type de la protection rapprochée. On retrouve en son sein les deux dimensions familiale et locale car la communauté se développe à partir de la famille et trouve son expression la plus parfaite dans le village. Le lien communautaire, simultanément lien social et lien solidaire, se construit dans la modernité en référence à une société passée, autrement appelée traditionnelle.

14Le concept s'élabore donc, sur un mode diachronique et sous l'angle d'une dichotomie qui oppose deux niveaux d'union et d'organisation : la communauté et la société. Cette distinction constitue un schéma d'analyse présent dans toute la pensée sociale et politique du XIXe siècle. Les différentes oppositions conceptuelles qui en résultent s'énoncent sous la forme d'alternative exclusive : Solidarité mécanique-Solidarité organique, Communauté-Société, Statut-Contrat... Pour les pères fondateurs, le passage à la modernité semble ainsi supposer un choix : la communauté ou la société.

15Or, en envisageant le lien social sous un angle diachronique et sous la forme d'alternative exclusive, le lien communautaire est destiné à disparaître dans la modernité, emportant avec lui l'idéal de l'insertion relationnelle. Ferdinand Tönnies5, Emile Durkheim6, Max Weber7, et de nombreux auteurs, malgré leurs divergences, s'accordent pour annoncer non seulement la disparition de la communauté, mais encore la venue d'une société dans laquelle les relations sociales étroites et collectives seraient profondément atteintes. L'effritement social contemporain relèverait dès lors du passage de la communauté à la société. Division du travail, industrialisation, urbanisation en seraient les maîtres d'oeuvre.

16En définissant la vulnérabilité relationnelle à partir du modèle d'insertion de la communauté traditionnelle, on rend simultanément la modernité responsable des fragilités observées. Ce mode d'organisation est certes séduisant, mais la nostalgie des sociétés traditionnelles, présente dès qu'il est question de vulnérabilité, ne fausse-t-elle pas l'interprétation des phénomènes actuels ?

17La modernité, en démantelant l'organisation de type communautaire, n'a pas pour autant détruit le lien qui la caractérisait. L'état actuel des sciences sociales nous enseigne que les choix opérés par la modernité ne sont pas obligatoirement exclusifs les uns des autres. Les rapports sociétaires et communautaires coexistent au sein du monde contemporain.

18En se gardant de confondre communauté traditionnelle et socialité primaire, recomposition familiale et dépérissement de la famille, la modernité semble, elle aussi, engendrer du « tribalisme ».

19Du côté de l'ordre familial, la disparition de la famille traditionnelle étendue ne signifie pas que les solidarités familiales soient en déclin. Différentes enquêtes8 soulignent au contraire que la famille continue à jouer un rôle central, tant dans les échanges de toute nature que dans le système de valeurs. Il semblerait en fait que l'industrialisation, l'urbanisation, la liberté de l'union, le rôle croissant de l'Etat providence n'aient pas affaibli les relations de parenté, et les échanges de biens et services, mais en aient transformé la nature. On constate par ailleurs, à travers l'analyse du soutien familial, que la taille du réseau de parenté ne constitue pas un critère de protection rapprochée. Certes, un individu entouré de parents est a priori en meilleure position du point de vue de la solidarité familiale qu'une personne isolée car la proportion d'apparentés disponibles augmente le « potentiel d'aide » qu'il peut en cas de besoin solliciter (Dechaux, 1988 : 254). Néanmoins, cette formulation reste hypothétique et rien d'après Jean-Hugues Dechaux ne permet de la confirmer. Deux points peuvent en effet venir contredire cette relation entre l'extension du réseau et sa solidarité potentielle : une parenté disponible ne signifie pas une parenté mobilisable. De plus, l'essentiel de la solidarité de parenté passe par la relation parents-enfants, or une descendance nombreuse implique bien souvent une solidarité moins forte en raison du temps et de l'argent qu'elle suppose (ibid. : 255).

20Du côté des solidarités locales, différents auteurs postulent un renouveau communautaire au coeur même de la modernité. Ces groupements ne présentent pas les mêmes contours que les communautés étudiées dans les sociétés traditionnelles. Cependant, la constitution de « nouvelles tribus », le développement d'un « néo-communautarisme », l'émergence ou la résurgence d'« ensembles populationnels cohérents », attestent l'existence d'isolats aux « capacités agrégatives ».

21D'après Michel Maffesoli, la société actuelle favorise le repli sur le groupe et l'approfondissement des relations à l'intérieur de celui-ci. Loin de générer de l'isolement, la modernité offrirait les conditions de « l'être ensemble ». Le concept de « néo-tribalisme » proposé par cet auteur permet alors de caractériser les nouvelles formes de groupements présentes dans la société contemporaine. Face à la notion de tribalisme classique définie par les pères fondateurs, le néo-tribalisme introduit la notion de fusion mobile ou fluide. La morphologie des groupes de la post-modernité est en effet plus instable et plus éparpillée, les rassemblements sont plus éphémères. L'image de la tribu peut alors se déceler dans divers domaines de la vie sociale, le voisinage, la famille, le quartier, les écoles, les mouvements musicaux, idéologiques...

22Dans un autre registre, Alain Ehrenberg envisage la post-modernité comme une généralisation de la compétition et de la concurrence. Mais au fur et à mesure que la réussite individuelle devient la forme dominante de la participation sociale, on voit apparaître des formes communautaires. Le « néo-communautarisme » exprime le développement de formes d'appartenance communautaires qui sont nourries « par le refus des normes dominantes de réussite (...) ou le sentiment d'être exclu de l'accès à la concurrence » (Ehrenberg, 1991 : 279).

23Pierre Bouvier dans le cadre d'une « socio-anthropologie du contempo­rain » observe, quant à lui, l'existence d'« ensembles populationnels cohérents » au coeur même de la modernité. On les repère dans la société contemporaine sous « des formes de structures suffisamment décalées, autonomes et productrices de sens » (Bouvier, 1995 : 119). Aucune territorialité spatiale ou temporelle ne les définit. Pourtant les ensembles sont présents dans de nombreux secteurs de la vie quotidienne et peuvent s'articuler autour du productif, du religieux, du politique...

24La modernité n'a donc pas détruit les communautés d'affiliation primaire, mais elle a transformé leur nature et leur morphologie. L'instabilité des modes d'appartenance induite par la fluidité des sociétés développées, la décomposition de l'autonomie de la socialité primaire constitutive de la spécialisation et la parcellisation des fonctions, rendent plus difficile l'exercice d'une protection rapprochée. Comme le fait remarquer très justement Alain Caillé, on constate en effet « une disjonction de la logique de la parenté et de celle du voisinage dont le couplage garantissait à la primarité sa cohérence systématique » et une minimisation « des capacités d'autorégulation des collectifs primaires en leur ôtant la responsabilité de la prise en charge des ratés de la socialisation, fous, malades, indigents, vagabonds » (Caillé, 1986 : 372).

25Ce n'est donc pas le rétrécissement des réseaux qui mérite ici d'être souligné, mais bien les changements morphologiques, structurels, et logiques des groupes sociaux.

La vulnérabilité des ressources mobilisables

26La thèse d'une fragilisation générale des collectifs primaires, intéressante et sous certains aspects éclairante, est néanmoins réductrice. Elle demande par conséquent d'être complétée par une approche synchronique qui offre d'autres référents théoriques, susceptibles de circonscrire les dimensions du phénomène étudié.

27Les différentes études9 sur le thème laissent entrevoir deux acceptions hypothétiques de la notion. La vulnérabilité relationnelle se traduirait soit par le potentiel de ressources d'un réseau, soit par les conditions d'insertion dans un système d'échange.

28La première proposition s'intéresse au cercle social des individus, c'est-à-dire à « l'ensemble du système d'échange des biens et services matériels et symboliques dans lequel est inséré un acteur social10 ». Seraient ainsi vulnérables ceux qui ont une « faible sociabilité ». Mais que signifie donc avoir une « faible sociabilité » et en quoi cet état des rapports sociaux exprime-t-il un état de vulnérabilité relationnelle ?

29L'analyse qui cherche à rendre compte des effets de structure nous livre indirectement des éléments de traduction et d'explication du phénomène observé. L'étude de la fréquence des relations et du nombre de contacts d'une personne permet de préciser l'expression « faible sociabilité  » tandis que le repérage des différents invariants fournit une première interprétation de la vulnérabilité relationnelle11.

30Trois variables ont une incidence significative sur ces relations12 : la position de classe, le statut familial vital13 et en dernier ressort le cadre de vie. Mais, c'est surtout la cohérence qui règne entre les diverses composantes de la sociabilité qui mérite d'être ici soulignée : les personnes qui fréquentent un grand nombre d'amis ont aussi les plus grandes chances de sortir avec des collègues, de recevoir la visite de leurs voisins. Seules les relations familiales échappent à cet effet « boule de neige ». Symétriquement, on observe un cumul des solitudes.

31Il existe donc une certaine convergence entre les différents types de sociabilité, et plus particulièrement entre les différents capitaux, économique, culturel et social. La notion de « faible sociabilité », et par conséquent, de vulnérabilité relationnelle, peut alors s'exprimer par le cumul des relations, que contient en partie le concept de « capital social », développé par Pierre Bourdieu.

32Le capital social est défini comme « l'ensemble des ressources actuelles ou potentielles qui sont liées à la possession d'un réseau durable de relations plus ou moins institutionnalisées d'interconnaissance et d'interreconnaissance ; ou, en d'autres termes, à l'appartenance à un groupe, comme ensemble d'agents qui ne sont pas seulement dotés de propriétés communes (susceptibles d'être perçues par l'observateur, par les autres ou par eux-mêmes) mais sont aussi unis par des liaisons permanentes et utiles » (Bourdieu, 1980 : 2). Le capital social comprend le réseau relationnel d'un individu, mais aussi les ressources potentielles que peuvent mobiliser chacun des membres du réseau. C'est donc « la somme des capitaux et des pouvoirs qu'un réseau permet de mobiliser » (ibid. : 3).

33En ce sens les individus vulnérables auraient non seulement peu de relations mais encore des relations non susceptibles d'offrir un véritable système d'échange de biens et de services variés. Le capital social traduit donc parfaitement l'idée du cumul de relations et de ressources mobilisables.

34Cependant, les trois capitaux dans la logique de Pierre Bourdieu semblent inséparables. C'est ce que confirment les enquêtes sur la sociabilité, ceux qui possèdent les capitaux économiques et culturels sont aussi ceux qui ont le plus grand nombre de relations. En d'autres termes, la vulnérabilité relationnelle serait induite par le positionnement des agents dans les sphères économiques et culturelles. Ce système d'interdépendance suggère que seules les classes supérieures sont susceptibles de posséder un capital social (Juan, 1989). D'ailleurs, on peut noter que les exemples de production et de reproduction du capital social donnés par Pierre Bourdieu sont restrictifs : rallyes, croisières, chasses, soirées, réceptions, sports et quartiers « chics »... Il existe pourtant d'autres lieux, occasions et pratiques moins « sélects » mais tout autant porteurs de liaisons durables.

35Utiliser le concept de capital social comme support de définition nous conduit inévitablement à envisager la vulnérabilité relationnelle sous l'angle de la reproduction sociale. La sociabilité d'un individu n'est pourtant jamais entièrement donnée et déterminée, elle est aussi construite et produite par l'acteur, c'est du moins ce qu'affirment les analystes des réseaux sociaux.

36Pour ces derniers, ce n'est ni l'appartenance, ni la référence à une catégorie qui détermine l'action, mais la structure des relations. Une structure est au minimum un ensemble d'éléments liés les uns aux autres par des relations qui peuvent être fort diverses. Elle se présente sous la forme d'un réseau et constitue la principale variable explicative des phénomènes étudiés. Le réseau s'inscrit cependant dans un environnement matériel et culturel, il s'agit d'une « construction individuelle sous contrainte sociale » (Roché, 1993 : 172).

37Cette approche envisage la fragilité relationnelle, sous un mode spécifique, à partir du concept de « social support », défini comme le sous-ensemble des individus sur qui une personne peut s'appuyer pour obtenir une aide instrumentale ou émotionnelle. La question est ici de savoir s'il existe une structure particulière de réseau comprenant un sous-ensemble aux fonctions protectrices.

38Les hypothèses sur le soutien relationnel ont été élaborées à partir d'une réflexion sur la notion de « bonne insertion relationnelle », construite autour du mythe de la communauté traditionnelle et de l'idée que la ville aurait détruit des supports fondamentaux. Les auteurs de référence ne sont pas ici Emile Durkheim, Ferdinand Tönnies ou Auguste Comte, mais principalement Georg Simmel et Robert Park. Ces derniers ont montré que la ville offrait plus de liberté et d'autonomie en augmentant les cercles possibles d'insertion relationnelle, mais en contrepartie, entraînait des risques de solitude. De ce constat s'est dégagée l'idée simple que plus on a de relations personnelles et plus elles sont denses, meilleure est l'insertion relationnelle. En d'autres termes les individus vulnérables relationnellement sont ceux ne possédant pas un réseau personnel dense14.

39Cette hypothèse séduisante ne se trouve pas vérifiée. Les études sur le sujet15 s'avèrent contradictoires, tantôt les réseaux denses et fermés sont consi­dé­rés comme particulièrement protecteurs, tantôt les structures de relations ouvertes et lâches16 paraissent favorables au soutien social. Les différences de résultats montrent qu'il est difficile de conclure à l'universalité d'une structure de réseau permettant mécaniquement du soutien relationnel. Pour attribuer une signification à une relation, il est indispensable de prendre en compte sa place dans le système global dans lequel elle s'inscrit.

40Il conviendrait par conséquent d'analyser le potentiel de ressources mobilisables à partir de la complémentarité des perspectives. Malgré l'opposition paradigmatique qui règne entre ces deux courants, il est en effet possible d'étudier conjointement le réseau d'un individu et son positionnement dans la structure sociale.

Les processus de distanciation

41Le caractère quantitatif et qualitatif des relations est une dimension importante de la protection et un élément déterminant de la vulnérabilité. Cependant, avant même d'étudier des réseaux potentiels d'échange, ne convient-il pas de s'intéresser à leurs modalités préalables d'existence, c'est-à-dire aux conditions de la création, du maintien, et de l'entretien des liens sociaux ?

42Prenons pour hypothèse que la vulnérabilité relationnelle n'est pas seulement un état, mais également la résultante d'un processus de rupture de liens. Le terme de rupture est néanmoins excessif. On peut en effet penser que la faiblesse du rythme des échanges ne signifie pas que les relations soient définitivement rompues, mais qu'elles ne donnent plus lieu à des interactions soutenues. Certains liens perdurent au-delà des situations de face-à-face, c'est particulièrement le cas des relations familiales. La fréquence des échanges ne désigne donc qu'un état des relations qui correspond à ce que Giddens appelle « l'intégration sociale ». Les relations existantes en dehors du cadre de l'interaction relèvent de « l'intégration systèmique ».

43Il est dès lors possible de considérer la vulnérabilité relationnelle comme un processus de distanciation des relations primaires, qui induit inévitablement le rétrécissement d'une « centralité quotidienne »17.

44Il s'agit dans ce cas de savoir si, au-delà du positionnement social de classe et des structures de réseaux, il n'existe pas des situations spécifiques porteuses de vulnérabilité relationnelle.

45Différentes études sur la précarité et le chômage révèlent de fortes corrélations entre la situation par rapport à l'emploi et la sociabilité des individus. La vulnérabilité sociale18 apparaît en effet proportionnelle au degré de précarité professionnelle, elle touche une personne sur deux parmi les chômeurs de plus de deux ans19. La situation par rapport à l'emploi fait office de variable indépendante. Peut-on pour autant lui conférer une valeur explicative ?

46D'après Serge Paugam, derrière la corrélation statistique se dessine un rapport de causalité articulé autour du processus de « disqualification sociale ». Ce concept désigne le processus concret et intériorisé de déclassement entraînant un repli sur soi et des ruptures de liens. Faire l'apprentissage de la disqualification sociale, c'est éprouver un sentiment d'infériorité sociale lié à une crise de statut : « La disqualification sociale est donc avant tout une épreuve, non pas seulement en raison de la faiblesse des revenus ou de l'absence de certains biens matériels, mais surtout en raison de la dégradation morale que représente dans l'existence humaine l'obligation de recourir à l'appui de ses semblables et des services d'action sociale pour obtenir de quoi vivre dans des conditions décentes » (Paugam, 1993 : 80).

47Les chômeurs ont intériorisé le jugement négatif qui est ainsi porté. Certains avouent rompre eux-mêmes les relations avec leurs voisins de peur que ceux-ci leur posent des questions sur leur situation. « Je casse les relations », dit l'un d'entre eux. « Les relations n'existent pas, nous n'avons plus d'amis », ajoute un autre. Le sentiment d'isolement est dès lors manifeste comme le témoigne le récit de cette femme. Elle écrit : « Le monologue est l'attribut du chômeur et pourtant dialogues, discussions, rencontres lui seraient utiles, profitables, indispensables pour reprendre confiance en lui. Trop souvent, les bouches, les portes, les oreilles se ferment à son approche. » L'éloignement des proches, le rétrécissement du centre de vie quotidienne sont aisément repérables dans le discours des « déclassés » : « Les relations sont timides, c'est-à-dire que depuis mon deuxième licenciement économique, je ne vois plus ni famille, ni amis, je me sens de plus en plus à l'écart de tous et rejeté, et j'en suis de plus en plus conscient20. »

48Les études sur le vécu du chômage rejoignent les analyses de Serge Paugam. Elles insistent également sur les conséquences d'une telle situation. La crise de statut que vivent les chômeurs est constitutive des représentations normatives du travail. La société et les individus admettent et reconnaissent comme légitime que l'adulte en bonne santé exerce une activité professionnelle. Le statut de chômeur en est dévalorisé. Et comme le souligne Raymond Ledrut, cette chute de statut entraîne des attitudes et des réactions qui sont propres à une telle chute : « La chute a sociologiquement une signification bien définie : elle est le sentiment, éprouvé à la suite d'un changement de position sociale, de se trouver dans un état inférieur et indigne » (Ledrut, 1966 : 23).

49Le sentiment de déclassement est cependant relatif selon le sexe, l'âge, et le milieu social. Dominique Schnapper souligne en effet que l'expérience du chômage varie en fonction des statuts de substitution dont disposent les individus. Les femmes vivent généralement mieux le chômage que les hommes, car elles consacrent plus de temps aux tâches ménagères. Le statut d'étudiant et d'apprenti permet aux plus jeunes d'atténuer la précarité de leur situation. Enfin, plus le niveau social et culturel est élevé, plus les possibilités de se livrer à des activités de substitution augmentent (Schnapper, 1981).

50Ce n'est donc pas tant la précarité économique qui fragilise les liens sociaux, mais le déclassement social et le sentiment de dégradation qu'il entraîne. En définissant la réussite et le succès économique comme des valeurs suprêmes, la société stigmatise le statut social de ceux qui sont écartés provisoirement ou définitivement du marché de l'emploi.

51La correspondance entre disqualification et stigmatisation laisse présumer que les phénomènes de rupture et de distanciation dépassent largement le cadre de la précarité économique. Cette logique d'exclusion peut alors s'adresser à tous ceux qui ne semblent pas habilités à participer au modèle normatif de ce qui est « beau », « bien », « convenable » ou « performant ». Au même titre que le déclassement, la maladie, les ruptures biographiques, le vieillissement, constituent des situations génératrices de distanciation, qui conduisent dans certains cas à l'isolement des individus.

52Les processus de distanciation et de rupture suggèrent par ailleurs une parenthèse dans le cycle des échanges, ce qui conduit, en dernier lieu, à envisager la vulnérabilité relationnelle comme un défaut de réciprocité. Le système d’échanges au sein de la socialité primaire fonctionne selon la célèbre logique du don exposée par Marcel Mauss qu’il définit par la triple obligation de donner, recevoir, rendre.

53Ces trois moments de la réciprocité ne sont pas exactement semblables pour toutes les relations primaires, car l'exigence de la réciprocité est liée à une normativité de l'échange, variable en fonction de la nature des relations et des contextes de l'échange (Mermet, 1991).

54La règle ultime de l'obligation de rendre empêche, dans certains cas, l'acte de recevoir. Des femmes au chômage depuis longtemps avouent préférer refuser des invitations à dîner sachant qu'elles ne pourront pas, dans l'immédiat, recevoir de la même manière qu'elles ont été reçues.  C'est particulièrement dans « les lieux de forte intensité » que la situation d'assistance, le sentiment d'être redevable est le plus difficile à vivre. Ainsi, lorsque l'on croit ne plus pouvoir donner, on préfère ne plus recevoir. Le cercle de la primarité s'en trouve rétréci.

55Par ailleurs, les relations de primarité et plus particulièrement de parenté sont traversées par une logique de dissimulation des intentions. La plupart des sociologues de la famille postulent que les auteurs du réseau ont tous le désir d'être autonomes. Cependant, le fait d'avoir des échanges durables avec autrui engendre mécaniquement une dépendance, contrariant, dans les faits, l'aspiration à l'autonomie (Dechaux, 1988 : 250). Cette contradiction instaure une logique de dissimulation des intentions, « à ce jeu, le meilleur solliciteur est celui qui se fait aider sans rien solliciter et le meilleur donneur est celui qui cultive la gratuité de son geste » (ibid. : 251).

56Or, ce jeu de dissimulation se trouve controversé dès qu'il est question de disqualification, de stigmatisation et plus précisément de dépendance. Certaines situations de demande ne peuvent être masquées en raison du manque qu'elles suggèrent. C'est particulièrement le cas de la vieillesse.

57Le donataire, la personne âgée, ne peut dissimuler sa dépendance aussi bien physique que morale. Bien que sa position dans le cycle des échanges soit légitimée par le principe de rendu différé21, cette situation peut s'avérer délicate. Ainsi, plutôt que de se faire aider, beaucoup de personnes âgées préfèrent s'effacer. Dans le cas inverse, elles sont souvent « diminuées », la cohabitation en est un bon exemple : « le parent n'est pas chez lui, il est chez ses enfants avec tout ce que cela implique de culpabilité, la nécéssité de se faire “le plus petit possible” » (Veysset, 1989 : 67). Par ailleurs, la situation du donateur est, elle aussi, ambigüe quand le don ne peut se dissimuler en raison de ce qu'il coûte. Certaines relations, par le poids qu'elles occasionnent peuvent parfois être rompues. Il existe donc dans le cycle des échanges, un moment critique, « où le coût pour les enfants du maintien de la relation avec les parents tend à l'emporter sur les profits » (ibid. : 70).

58Comme le remarque Dominique Schnapper, « à l'intérieur de la famille, on échange de l'affection, mais aussi des statuts positifs, comme dans toutes les relations sociales » (Schnapper, 1990 : 287), les plus faibles risquent de connaître la « désintégration ».

59Le détour sur les logiques d'échange et d'exclusion permet donc de souligner clairement l'importance des modèles normatifs tant dans l'établissement des relations que dans les conditions d'insertion dans un réseau primaire. La vulnérabilité relationnelle paraît en effet résulter des normes d'intégration façonnées par la modernité. Sa responsabilité dans les processus de fragilisation serait finalement plus à chercher dans les représentations sociales d'une « existence convenable » que dans les modifications structurelles de la société.

L'affiliation et la question du sens

60Les hypothèses évoquées, en dépit de leurs différences théoriques s'organisent autour d'une dimension commune. Qu'elle soit la résultante de modifications structurelles et normatives inhérentes à la modernité, qu'elle se formalise par la pauvreté des capitaux ou par des processus de distanciation alimentés par des logiques de stigmatisation et d'échange, la vulnérabilité relationnelle est toujours considérée comme un défaut d'insertion, relatif à une zone normative d'appartenance. Chaque système de traduction adopté s'inscrit donc, directement ou indirectement, dans une sociologie attentive aux déterminants de la cohésion sociale. Ce modèle de référence, bien que toujours en vigueur aujourd'hui, n'en est pas moins fragilisé. Les transformations économiques, sociales et culturelles, tout en brouillant les certitudes, contrarient les schémas d'insertion élaborés au siècle dernier. Cette remise en cause est particulièrement manifeste dans la sphère économique où le travail ne joue plus le rôle qui lui était réservé. La perte du « Grand Intégrateur » rend l'intégration elle-même insensée (Barel, 1990).

61Le manque d'insertion souligné par les différents schémas d'analyse ne peut pas correspondre à une non-appartenance absolue, d'autant que la vulnérabilité est conçue comme un espace intermédiaire situé entre l'intégration et la désaffiliation. On est ainsi en droit de s'interroger sur l'existence de formes d'appartenance parallèles exprimant une vulnérabilité sans pour autant suggérer une désaffiliation. Pour ce faire, il faut abandonner la question sociale pour celle du sens et admettre que si les vulnérables ne sont pas désaffiliés, c'est qu'il existe des liens leur conférant une identité et structurant leur vie quotidienne.

62L'affaiblissement du travail et des grandes valeurs autrefois génératrices de cohérence suggère que ce principe structurateur est à chercher dans ces liens précédemment jugés vulnérables. Cette hypothèse réservée se trouve confortée par certaines études, laissant présumer l'existence d'une « centralité souterraine » qui assure la pérennité de la vie en société.

63L'ouvrage de Paul Grell et Anny Wery sur l'expérience du travail précaire est à cet égard intéressant. Il relate les trajectoires d'hommes et de femmes allant de « petits boulots » en « petits boulots » avec des périodes de chômage ou de RMI. Leur parcours présente les traces de fragilités reproduites et reflète le poids des déterminants structurels. A cette reproduction sociale s'ajoute une suite de ruptures, familiale tout d'abord puis géographique et souvent conjugale. Enfin, la mobilité qu'occasionne leur précarité économique empêche tout enracinement dans un réseau durable de relations. Pourtant, les auteurs les présentent comme des « héros obscurs » qui parviennent à donner du sens à leur existence au moyen de « dispositifs opératoires ». Leurs récits portent ainsi directement « la trace d'un acteur social, d'une collectivité, d'un nous, qui se définit comme une entité sociale et autonome, groupe d'appartenance, communauté à laquelle l'individu s'identifie » (Grell, Wery, 1993 : 21).

64Les traces de l'affiliation se décèlent également chez ceux qui ont vu peu à peu leur centre de vie quotidienne se réduire. Mais les trajectoires individuelles n'étant pas figées, distanciation et rupture donnent lieu à une réorganisation de l'existence.

65Les personnes âgées constituent une population où les risques de vulnérabilité relationnelle sont importants, en raison de l'affaiblissement des échanges que provoque le « grand âge ».

66Cependant, pour appréhender la sociabilité des personnes âgées, on ne peut s'en tenir à quantifier le nombre de relations et la fréquence que celles-ci entretiennent avec leur réseau primaire. Claude Martin indique en effet que la pratique du soutien familial implique un nombre très limité de personnes : le plus souvent une seule ou deux tout au plus.  Ce sont généralement les femmes qui assurent ces fonctions. Autrement dit, la prise en compte de la spécificité et de la qualité de la sociabilité développée par les individus s'avère déterminante. L'exemple de Madame Iris, relaté par Bernadette Veysset, est sous cet aspect éclairant.

67Mère de neuf enfants, elle habite successivement chez chacun d'eux après la mort de son mari. A 59 ans, elle trouve un nouveau compagnon, rompant ainsi définitivement les liens avec ses enfants qui, à partir de ce jour, ne voudront plus la voir. Son deuxième mari meurt, et à 71 ans, elle se retrouve seule avec son aide ménagère. Cette dernière la prend en affection et l'incite à reprendre goût à la vie. Enfin, elle rencontre Robert. Ils adoptent une chienne, baptisée « Fifille », et commence, pour eux, une nouvelle vie de famille. Jusqu'aux derniers jours de sa vie, l'auteur souligne que « c'est Robert, son aide ménagère et “Fifille” qui constituaient son réseau relationnel et qu'elle considérait, elle, comme sa famille » (Veysset, 1989 : 67).

68Cet exemple nous invite à repenser non seulement la vulnérabilité mais encore l'insertion. Bien que Mme Iris soit mère de neuf enfants, elle se voit accompagnée une partie de son existence par une seule et unique personne, le partenaire ou l'aide ménagère. Ce sont ces personnages qui assureront le rôle d'aidant principal et atténueront la fragilité des ruptures.

69L'absence d'acteurs protecteurs implique en revanche l'entrée en institution. Dans une étude sur l'hospice de la Maison de Nanterre, Carmen Bernand évoque les marques de l'abandon dont sont victimes les « petits vieux ». Si les « ruptures affectives » sont nombreuses, elles sont souvent dissimulées et c'est surtout de la maladie et de la répression auxquelles il est fait allusion. Chaque personne se définit de façon singulière pour se démarquer des autres. La collectivité étant subie, elle n'est jamais présentée en terme de communauté. Cependant, certains éléments permettent de créer des relations sociales. C'est particulièrement le cas du vin. « Surveillants, gobettes et cabanons sont là pour prendre soin des corps, les dominer et les réduire ; les pensionnaires, à leur tour, s'expriment et agissent en fonction de ceux-là » (Bernand, 1978 : 109). La transgression des règles est un moyen non seulement de réagir à cette domination instituée, mais aussi, de créer un véritable groupe. Les pensionnaires passent en effet leurs journées, ensemble, à échafauder des combines et à monter des contrebandes, le vin réussissant à créer des liens et à former une collectivité là où elle n'existait pas. (Bernand, 1978).

70Le modèle associatif, basé sur le port d'un stigmate partagé, constitue également un support à partir duquel peuvent s'établir de nouveaux réseaux. Séropositifs, chômeurs, exclus peuvent, dans d'autres lieux, redéfinir une identité positive. Les rencontres, le travail fait ensemble, les destins communs impliquent un sentiment d'appartenance à une communauté. La prédominance du nous, se retrouve dans leurs discours, et expriment la cohésion des mêmes. Comme le souligne Erving Goffman, « Parmi les siens, l'individu stigmatisé peut faire de son désavantage une base d'organisation pour sa vie » (Goffman, 1975 : 33).

71L'inscription dans un espace d'exclusion, effectivement porteur de fragilités sociales, peut aussi donner naissance à quelques formes d'innovation et de survie. La capacité à établir des projets, à tisser des liens, à redonner du sens à des quotidiennetés à priori amoindries, ne s'adresse pas seulement aux inclus. Les vulnérables, en dépit de leurs maigres capitaux et de leurs relations distendues prennent place au sein de collectivités opaques. L'absence de caractère spatio-temporel pour les définir les éloigne des communautés de la tradition. On les repère cependant sous la forme d'« ensembles populationnels cohérents », définis comme « des entités où se constitue, se cristallise et s'argumente du sens collectif » (Bouvier, 1995 : 119). Les interrelations qu'ils recèlent témoignent de formes d'affiliation signifiantes. Leur présence dans le monde des exclus (Bouvier, 1996) confère à la vulnérabilité une dimension particulière, inexistante dans une approche classique de la cohésion, mais visible dès que l'on s'interroge sur les processus de construction de sens à l'oeuvre dans le monde social contemporain.

72Les traces de l'affiliation se dérobent derrière les masques de la vulnérabilité relationnelle. Ces deux mouvements pensés en termes opposés ne s'annulent pas mais se complètent. Ils représentent les deux faces d'une même réalité, les deux axes à partir desquels s'édifie le cadre analytique de l'objet.

73Le premier est placé sous le signe du manque. Il définit la vulnérabilité relationnelle en fonction d'une zone d'intégration, et s'oriente vers l'étude sociologique des modes de fragilisation analysés à partir de l'évolution des collectifs primaires, du capital social, des morphologies de réseaux et des processus de distanciation de liens sociaux.

74Le deuxième identifie la vulnérabilité relationnelle en fonction d'une zone de désaffiliation et cherche, grâce au regard anthropologique, à démasquer les traces de l'affiliation. Les modes d'appartenance se déplacent, les semblables se substituent aux « proches », et deviennent essentiels.

75Ce double regard socio-anthropologique, nourri de la complémentarité des perspectives et des approches, est indispensable pour appréhender les différents paliers de la réalité. Cependant, si le repérage des formes de fragilité semble finalement aisé, la mise en relief des traces de l'affiliation constitue une entreprise délicate.

76La recherche actuelle sur la précarité et l'exclusion s'insère dans une problématique de l'anomie qui analyse moins les signes du sens que ceux du vide. Tout comme l'acteur et le spectateur, l'observateur s'imprègne des idées d'une époque. Notre objet subit le sort de ces a priori, et il est alors difficile de l'appréhender en dehors de son contexte : « la misère du monde ». Les représentations sociales et symboliques qui l'entourent peuvent corriger des propos décalés. Notre intention n'est pourtant pas de nier les difficultés des uns et des autres, mais de souligner la perdurance du lien social au sein de populations vulnérables.

77Cependant, derrière la quête scientifique se dessinent les intentions idéologiques. L'étude de la vulnérabilité renvoie principalement à un pôle d'intérêt pragmatique où la désignation par le manque constitue un support objectivé sur lequel peuvent s'élaborer ultérieurement des directives politiques. Chercheurs et décideurs, en s'interrogeant sur les conditions d'intégration des déviants, tentent par là de trouver les moyens de se substituer aux collectifs primaires lorsque ces derniers ont perdu leur fonction de régulateur social. Mais, ces préoccupations honorables limitent consciemment ou inconsciemment la recherche. En effet, montrer que les « pauvres », les « isolés », parviennent, en dehors du cadre normatif d'appartenance, à donner du sens à leur existence, à s'insérer dans des réseaux solidaires, à s'entourer de proches, peut dans certains cas désactiver le projet d'un Etat solidaire et légitimer les orientations d'une société ultra libérale. Si ces questions ne se posent pas dans le cadre interne de la recherche universitaire, elles s'imposent face au commanditaire et particulière­ment si celui-ci représente le pouvoir.

78Enfin, dans un tel contexte, les acteurs sont-ils en mesure de délivrer du sens lorsque observateurs et spectateurs ne leur renvoient que du vide ? On peut en douter parfois. Dans l'illusion partagée que le « Grand Intégrateur » demeure, comment, en effet, affirmer les traces d'une identité positive d'autant que les uns et les autres s'accordent sinon à nier, du moins à catégoriser l'existence en marge d'une sphère normative d'appartenance ?

Haut de page

Bibliographie

Balandier G. 1983. « Essai d'identification du quotidien », Cahiers internationaux de sociologie, LXXIV.

Barel Y. 1990. « Le Grand Intégrateur », Connexions 56.

Bernand C. 1978. Les vieux vont mourir à Nanterre. Paris, Sagittaire.

Bonvalet C., Charles L., Le Bras H., Maison D. 1993. « Proches et parents », Population 1.

Bourdieu P. 1980. « Le capital social, notes provisoires », Actes de la recherche en sciences sociales 31.

Bouvier P. 1995. Socio-anthropologie du contemporain. Paris, Galilée, Débats.

Bouvier P. 1996. « Citoyenneté et exclusion », Ethnologie française XXVI, 2.

Caillé A. 1986. Splendeurs et misères des sciences sociales. Genève-Paris, Droz.

Castel R. 1991. « De l'indigence à l'exclusion, la désaffiliation. Précarité du travail et vulnérabilité relationnelle », in J. Donzelot (dir.), Face à l'exclusion, le modèle français. Paris, Esprit.

Charbonnel J.M., Paugam S., Zoyem J.P. 1993. « Précarité et risques d'exclusion en France », Documents du CERC 54-55.

Dechaux J.H. 1988. « Relations et solidarités de parenté en France », Thèse de 3ème cycle, Paris, Institut d'études politiques.

Degenne A., Forsé M. 1994. Les réseaux sociaux. Paris, Armand Colin.

Dubet F. 1987. La galère : jeunes en survie. Paris, Fayard, Points actuels.

Durkheim E. 1991. De la division du travail social. Paris, PUF, Quadriges.

Ehrenberg A. 1991. Le culte de la performance. Paris, Calmann Lévy.

Fassin D. 1996. « Exclusion, underclass, marginalidad », Revue française de sociologie XXXVII.

Forsé M. 1993. « La fréquence des relations de sociabilité, typologie et évolution », L'Année sociologique 43.

Forsé M. 1981. « La sociabilité », Economie et statistique 132.

Goffman E. 1975. Stigmate. Paris, Minuit, Le sens commun.

Grell P., Wery A. 1993. Héros obscurs de la précarité. Paris, L'Harmattan, Logiques sociales.

Héran F. 1987. « Comment les Français voisinent », Economie et statistique 195.

Héran F. 1988. « La sociabilité, une pratique culturelle », Economie et statistique 216.

Hoggart R. 1970. La culture du pauvre. Paris, Minuit, Le sens commun.

Juan S. 1991. Sociologie des genres de vie. Paris, PUF, Le sociologue.

Ledrut R. 1966. Sociologie du chômage. Paris, PUF.

Macheral C. 1983. « Don et réciprocité en Europe », Archives européennes de sociologie XXIV, n°1.

Maffesoli M. 1988. Le temps des tribus. Paris, Le livre de poche, Biblio essais.

Mauss M. 1989. « Essai sur le don. Formes et raisons de l'échange dans les sociétés archaïques », Sociologie et anthropologie. Paris, PUF, Quadrige.

Mermet J.C. 1989. « Le lien de famille : la réciprocité en défaut », Revue du MAUSS 12.

Paugam S. 1993. La disqualification sociale. Paris, PUF, Sociologies.

Petonnet C. 1979. On est tous dans le brouillard. Ethnologie des banlieues. Paris, Galilée.

Pitrou A. 1987. « Dépérissement des solidarités familiales ? », L'Année sociologique 37.

Pitrou A. 1992. Les solidarités familiales. Vivre sans famille ? Toulouse, Privat.

Roché S. 1993. « Réseaux et inquiétudes », Le sentiment d'insécurité. Paris, PUF, Sociologie d'aujourd'hui.

Roussel L. 1989. La famille incertaine. Paris, Odile Jacob.

Schnapper D. 1981. L'épreuve du chômage. Paris, Gallimard.

Schnapper D. 1990. « L'univers des relations », La France de l'intégration. Sociologie de la nation. Paris, Gallimard.

Tönnies F. 1944. Communauté et société. Paris, PUF.

Veysset B. 1989. Dépendance et vieillissement. Paris, L'Harmattan, Logiques sociales.

Haut de page

Notes

1 Cette notion est particulièrement développée chez Robert Castel, 1991.
2 Robert Castel explique que l'insertion d'un individu dépend à la fois de son inscription dans la famille et dans un réseau relationnel plus large. On retrouve ces deux dimensions dans le concept de « socialité primaire » proposé par Alain Caillé. La socialité primaire renvoie aux relations familiales, amicales, de voisinage et de camaraderie. C'est dans ce sens que nous utiliserons le terme « primaire ».
3 Les couples mariés sont plus intégrés que les veufs, les célibataires ou les divorcés et les couples sans enfants le sont moins que ceux qui ont des enfants.
4 Pour apprécier ce contraste, il suffit de lire l'ouvrage de F. Dubet sur « la galère » qui s'oppose aux descriptions faites par R. Hoggart sur les quartiers populaires ou par C. Petonnet sur les cités de transit.
5 Ferdinand Tönnies oppose la communauté, qui constitue un tout organique où la vie collective se trouve très développée et le sentiment d'union très profondément éprouvé, à la société où la division du travail et la propriété privée des moyens de production entraînent une décomposition des liens collectifs et communautaire.  
6 Emile Durkheim montre dans De la division du travail social comment la spécialisation des tâches qui devait conduire à l'interdépendance et à la solidarité organique, provoque une relative disparition de la conscience collective qui peut seule élaborer des normes communes, d'où l'isolement des individus qui ne se sentent pas moralement partie d'un tout, l'anomie et le suicide.
7 Max Weber a repris à son tour les concepts de communauté et de société. Dans son ouvrage Economie et société, il met en lumière, comme Tönnies, quoique de façon moins historique et plus analytique, la manière dont la relation sociale sociétaire s'oppose à la relation sociale communautaire, les individus n'étant liés dans la première que par des intérêts personnels et souvent contradictoires.
8 Voir à ce sujet les travaux suivants : A. Pitrou (1992), J.H. Dechaux (1988), L. Roussel (1976), l'enquête de Bonvalet, Charles, Lebras, Maison (1993).
9 Il est ici question des études sur la précarité, le chômage et la pauvreté.
10 A.M. Guillemard, R. Lenoir, La sociabilité en situation de retraite, Paris, CEMS, 1973, p. 123. Cette définition a l'avantage de ne pas considérer la sociabilité uniquement en termes de relations sociales, mais aussi en termes d'échanges. Les sociologues distinguent très souvent la sociabilité et la solidarité, or ces deux notions sont inévitablement mêlées si l'on admet qu'une relation est toujours une forme d'échange.
11 Nos analyses s'appuient principalement sur les enquêtes suivantes : F. Héran (1987 et 1988), M. Forsé, (1981 et 1993).
12 Les relations et plus généralement la sociabilité sont mesurées en fonction de la fréquence des relations. D'une manière générale, la sociabilité diminue avec l'âge. Relativement stable jusqu'à l'âge de 40 ans, elle connaît par la suite un déclin irrémédiable et finit par chuter de moitié. C'est particulièrement la fréquentation des amis qui diminue avec l'âge. La sociabilité croît avec le statut social qu’il s'agisse des relations de travail, des relations d'amitié ou plus simplement du nombre d'interlocuteurs de la semaine.
13 Le statut familial vital regroupe les variables de sexe, d'âge, du nombre d'enfants, du statut matrimonial.
14 Un réseau dense et fermé est un réseau où presque tous les individus se connaissent. La densité est le rapport existant entre l'ensemble des relations effectivement observables pour un nombre donné d'individus et l'ensemble des relations possibles si chacun d'eux était lié aux autres.
15 Les résultats de ces différentes enquêtes sont présentées par A. Degenne et M. Forsé (1994 : 60-70).
16 Les structures ouvertes et lâches sont des réseaux où les individus reliés à Ego ne se fréquentent pas forcément. Ces réseaux ont cependant une plus grande portée car ils sont susceptibles de toucher plus de personnes.
17 G. Balandier (1983 : 9) distingue différents espaces du quotidien. Le centre se définit comme le « lieu des relations de forte intensité, quotidiennement vécues ou de grande fréquence, à caractère privé et électif prédominant. Ce sont celles établies durablement avec les « proches » : par le lien familial, le voisinage, l'amitié, l'affiliation, la camaraderie ».
18 La vulnérabilité sociale est un indicateur construit à partir de trois variables, la sociabilité familiale, la possibilité d'être aidé par son entourage et la vie associative.
19 J.C. Charbonnel, S. Paugam, J.P. Zoyem, « Précarité et risques d'exclusion en France », Documents du CERC 109, 1993.
20 Extraits d'entretiens de l'étude du CERC, pp. 76-77.
21 La réciprocité n'est pas immédiate mais différée. Entre le don et le contre-don du temps s'écoule dont la durée est indéterminée.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Valerie Cohen, « La vulnérabilité relationnelle », Socio-anthropologie [En ligne], 1 | 1997, mis en ligne le 15 janvier 2003, consulté le 23 août 2017. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/74 ; DOI : 10.4000/socio-anthropologie.74

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Publications de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Revues.org