Navigation – Plan du site

Les boxeurs de Ménilmontant ne sont pas des Bororo. Mais…

Jean-François Poltorak

Texte intégral

1Les boxeurs de Ménilmontant ne sont certes pas des Bororo, néanmoins si toute de société différente de la nôtre est objet,

« tout groupe de notre propre société, autre que celui dont nous relevons, est objet, tout usage de ce groupe même, auquel nous n'adhérons pas, est objet ». (C. Lévi-Strauss)

2Aussi de ce proche nous allions essayer de faire du distant. Ce nouvel « exotique » nous pourrions le traiter à la manière des ethnologues, nous familiariser avec lui en nous protégeant par la distanciation des interférences du sens commun.

3On prévoyait donc une observation participante. Une sociologue, spécialiste de l'investigation de terrain, restait perplexe:

« Avec votre tête, ils vont éclater de rire ! Eclater de rire… A moins que… à moins qu'ils vous prennent pour mascotte. »

4Alarmés par ce diagnostic, inquiétés par ce pronostic, l'accès au statut de porte-bonheur étant en fait incertain, nous avions opté pour une immersion de nature opaque. Les boxeurs verraient, ils ne devaient pas savoir. Ils seraient suffisamment avertis par la « tête », autant ne pas les amuser davantage en leur causant « études prolongées »…

5Cette (im)posture fut bientôt intenable. Nous ne l'assumions pas, ces boxeurs nous avaient accueilli en toute confiance. Et sans rire, sans même une remarque désobligeante sur la « tête » !

6Et après tout, cette différence n'était-elle pas un atout, l'étrangeté assumée un garant du maintien de ce nécessaire écart heuristique entre nous et eux, ces Autres qui devaient le demeurer ? Le statut d'étudiant pouvait être un rempart à « l'acculturation ». Leurs discours, leurs visions de ce fait social, des autres segments de la boxe anglaise, ne deviendraient pas les nôtres, purement et simplement.

7Alors il fallut passer à la transparence, nous avons cru y perdre la possibilité de l'immersion.

8« Quoi ? Quoi ! »

9Ils avaient été surpris. Ils semblaient effrayés. Ils tournaient maintenant en rond, ils s'étaient mis en tête de trouver le titre du mémoire. Ils nous proposaient, au choix : De quelques crétins de boxeurs - Ces imbéciles de boxeurs - La boxe : des idiots. Nous assurions que cela ne convenait pas.

10L'immixtion repris, différemment. Il y avait quelque chose. Le Boxing Club Paris XXeétait une vitrine, le visible d'une entité discrète. Les boxeurs et surtout leur entraîneur avaient perçu dans notre présence une possible voie (une voix ? ) d'affirmation. Cette modalité innovante de déclamation et de célébration trouva peu à peu ses expressions rituelles, elle s'institutionnalisa. Nos échanges seraient codés.

11Pourquoi le nier ? L'affect a circulé dans ce lieu de l'entre-soi, nous le savions et nous en connaissions les risques. Alors nous nous sommes protégés, mais cette fois-ci à la façon des sociologues - la famille d'origine -, ils nous avaient appris une autre manière de distanciation. Et ce pas de retrait, le travail de construction d'un champ social, nous permit d'appréhender les principes de cohérence du construit, de l'entité dont nous étudierons désormais la singularité dans une démarche résolument socio-anthropologique.

Des Boxes

12Une histoire parisienne, lorsque la conflictualité l'emporte sur la convivialité. Sur la chaussée, devant la maternelle, une voiture arrêtée, son jeune propriétaire attend un petit bonhomme qui n'arrive pas. Derrière c'est l'embouteillage, une douzaine de voitures, les conducteurs excédés, maintenant l'un d'eux s'emporte : « Tu la dégages ta bagnole, oui ou… » C'est la seconde option que l'interpellé retient, il s'en va exprimer le verdict au mécontent. Celui-ci referme prestement la porte de son véhicule, des coups de pieds et de poings froissent la tôle, des cris et des insultes… Pas grand chose, donc, peu de dégâts, mais sur le trottoir les passants désignent celui-là : c'est une brute.

13Deux heures plus tard : le calme revenu, la tranquillité, la sérénité même. Et pourtant, accoudés aux cordes nous regardons deux hommes se frapper, ils sont armés de techniques efficaces de destruction, du sang a peut-être déjà coulé sur le tapis du ring. Ce doit être cela un champ, ce que les sociologues nomment le champ du sport. Un espace social dans lequel on utilise des catégories particulières, différentes de celles d'autres contextes du quotidien, pour juger des acteurs, de leurs pratiques. Certains ont su expliciter la constitution de cet espace social, son autonomisation progressive.

14Considérer la boxe elle-même comme espace social permet de mettre en évidence des usages différentiels de cette discipline : la boxe du haut niveau et la boxe prophylactique, la boxe hédonistique et la boxe  ascétique dont la mise en oeuvre peut entraîner ou non rationalisation et méthodisme, etc.

15Dans les espaces de la boxe anglaise structurés par une logique de compétition, la modalité de pratique ascétique non méthodique est dominante. Cet usage est en vigueur au Boxing Club et dans nombre de salles d'ici et d'ailleurs, de maintenant et d'autrefois.

16A cet égard, les ressemblances entre le gym de Chicago, magistralement décrit par Loïc Wacquant1, et la salle parisienne font réfléchir. Les nuances, non négligeables, tiennent notamment aux effets de l'environnement écologique. Ménilmontant n'est pas Woodlawn. Mais l'entraînement quotidien est également remarquable par sa monotonie extrême, la discipline que l'on impose à son corps est d'une rare exigence2.

17La salle du Boxing Club est un lieu d'ascèse et de travail, pour autant la monotonie et la rigueur de l'entraînement ne doivent pas amener à négliger les aspects ludiques de la situation. Ainsi, la plaisanterie est un mode de relation constitutif de ce contexte.

18Le point essentiel nous semble être l'absence de l'aspect méthodique et rationnel de la préparation propre au sport de compétition de haut niveau. Loïc Wacquant évoquait un principe éthique :

« un autre rapport au corps et au sport qui s'affirment là et peut-être même un autre âge de la boxe qui survit3. »

Un bloc de référence

19Les conditions institutionnelles, matérielles, juridiques et symboliques, de la pratique sont données. Il faut toutefois éviter de faire de l'institution sportive (ou de la société) le seul diffuseur des règles sociales et ne pas ignorer les processus de changement, de re-définition de la pratique par ceux qui l'investissent selon leurs dispositions et leurs visées.

20Leurs dispositions :

« Ces pratiques [sportives] rassemblent des pratiquants caractérisés par leur mode de vie, leur style de vie et leur propre conception du monde. » (J.-M. Faure4)

21Un temps, les aristocrates anglais en avait fait la douce science des coups. Les boxeurs issus de la classe populaire l'ont investie avec armes et bagages5.

22Leurs visées : la boxe comme espace social est un problème permanent pour les acteurs engagés dans sa production6. Dans l'étude de sa constitution, la socio-anthropologie dispose de quelques outils pour apprécier les perdurances et discerner les principes du changement. L'approche socio-anthropologique permet d'isoler des pratiques et des représentations existant sur une longue étendue d'espace-temps (A.Giddens) et dont l'origine est le pugilistique. Le concept de bloc historique de référence7 rend compte de ces manières de faire et de ces manières de penser. Il désigne le maintien sur le long terme de la mixité entre des procédures d'imposition par l'institution sportive de conditions normatives de pratique et des processus de re-définition de ces normes par ceux qui se sont engagés dans la boxe, corps et âme, selon leurs exigences éthiques : la boxe (cette boxe) est un sport populaire.

23Mais face à l'altérité externe : l'accusation d'une activité plus tout à fait au goût du jour en cette étape du processus de civilisation, les différentes positions de la boxe font front et parlent d'une même voix, celle des organisateurs et des dirigeants. En outre, les boxeurs et leurs entraîneurs trouvent plus de facilités et peut-être des gratifications à se couler dans le moule prévu et parfait par les intellectuels organiques de la boxe. Ces blocs apparaissent soudés. Les dirigeants sportifs, les journalistes, les écrivains et les divers avocats de cette activité en dessinent les contours, notamment imaginaires. Issus de milieux sociaux différents, ils exercent hégémonie et domination.

24Il n'en reste pas moins que des singularités s'élaborent dans les contextes de l'entre-soi, elles ne proclament leur différence que devant ceux qui cherchent à savoir et apportent des gages, subissent notamment les passages symboliques. Le socio-anthropologue en immersion de longue durée dans un milieu de boxeurs peut ainsi accéder à la boxe vécue, à sa catégorisation symbolique par ceux qui la pratiquent et aux construits pratico-heuristiques.

25Le bloc historique de référence induit des pratiques et des représentations relativement stables. Cette stabilité, ce rapport au corps, à la boxe, au sport, est source de cohérence pour les construits pratico-heuristiques dont le principe actif est le pugilistique :

« Un construit pratico-heuristique se forme à partir du moment où l'on a observé que le frottement de pratiques induit un sens spécifique pour des acteurs individuels. » (P. Bouvier8)

26Nous discernons de tels processus dans les salles de boxe. Dans le cas considéré, le construit est porteur d'un ensemble populationnel. Le concept socio-anthropologique d'ensemble populationnel cohérent désigne  :

« l'entité où se constitue, se cristallise et s'argumente du sens collectif9 ».

27Ce concept nous paraît intéressant par sa faculté à indiquer, en amont, les principes d'une cohérence endogène, et, en aval, l'influence du pugilistique sur l'hors-boxe, la vie quotidienne.

Le construit pratico-heuristique, l’ensemble populationnel cohérent

28Cela tient du mythe (fondateur). Les boxeurs d'aujourd'hui le racontent aux apprentis, boxeurs de demain. A cette époque, Jeannot (l'entraîneur-manager du Boxing Club) officie dans une salle du XIIe arrondissement de Paris, il seconde l'entraîneur-manager du lieu. Il refuse les conditions subies par un jeune boxeur africain, Sanogo, son statut de « sac à coups de poing ». L'Ivoirien devient son protégé, son poulain. Il sera, quelques années plus tard, l'un des dix meilleurs boxeurs lourds-légers dans le monde.

29Entre temps, Jeannot, Sanogo et une petite troupe de boxeurs, Djamel, Djaffa… avaient quitté la salle parisienne pour un club important de la banlieue nord. Ils émigrèrent une nouvelle fois vers la salle d'un vieux club de la banlieue est avant de s'installer définitivement dans leur propre salle, de devenir le Boxing Club Paris XXe.

30La tâche de l'historien du club n'est pas aisée qui doit faire la part du fait et de son embellissement. Le socio-anthropologue perçoit les germes d'un endoréisme10. Il décèle l'heuristique en formation, constate le construit, il ne s'étonne pas de l'émergence de l'ensemble.

31Il y a du fait dans ce récit. Situons nous aux origines, dans ce club du XIIe arrondissement. Sanogo, Djaffa, Djamel et d'autres sont en effet devenus les boxeurs de Jeannot. De ce frottement de pratiques naît du sens, le lien se constitue, ces acteurs s'affirment et bientôt se disent, mais discrètement (endoréisme). Dans le déroulement de cette boxe de tous les jours, des pratiques s'agrègent, des représentations se déposent, elles se condensent. Elles feront sens.

32Les socio-anthropologues nomment construit pratico-heuristique ce sédiment inducteur de sens. Le construit traduit dans un premier temps la compréhension des acteurs de leur position dans l'espace de la boxe. On se pense authentiques, gardien des valeurs, on se veut incorruptibles dans un monde (de la boxe) jugé gangrené par la « magouille » et le « pognon ». Ces pratiques sont bien des processus de structuration11 de l'espace pugilistique : le construit est au principe de positionnements différentiels sur ce champ.

33Lorsque les prises de position deviennent par trop contradictoires avec celles du segment dominant du club d'origine, l'altérité du dedans, le positionnement sur l'espace social de la boxe se traduit en re-positionnement dans l'espace géographique, l'exil en banlieue nord. Le construit, le temps d'un déplacement, surgit à la surface. Puis replonge.

34Mais pour peu de temps. A St-Denis, seconde étape de l'ensemble populationnel, Jeannot refuse le diktat d'un puissant : « Le père T. avait voulu virer Albert de sa salle, explique-t-il. Alors on est parti. J'avais mes gars. » Les gars s'en sont allés dans la vieille salle de Montreuil. Puis l'ensemble, devenu administrativement le Boxing Club, s'est établi dans la salle de Ménilmontant.

35Et aujourd'hui, donc, on récite les origines du petit tout… Ce récit est l'expression d'une tradition. Nous entendons par « tradition » le travail des présents sur le passé,

« Un “point de vue” que les hommes du présent développent sur ce qui les a précédés… » (G. Lenclud12)

36La tradition justifie le positionnement d'aujourd'hui par les prises de position d'alors, légitime les pratiques et les valeurs du construit pratico-heuristique, les (re)charge de sens. Le travail de l'ensemble populationnel cohérent sur la mémoire collective, on le comprend déjà, est essentiel. Ici, la mémoire fait territoire…

Une territorialité problématique

37Le socio-anthropologue sait repérer ces données présentant des similitudes avec l'autonomie holistique des sociétés dites traditionnelles, il constate cependant qu'apparemment, aucune territorialité spatiale ou temporelle ne les définit13. Il nous semble que l'ensemble populationnel cohérent considéré se définit par une certaine territorialité spatio-temporelle.

38Les premières salles de boxe parisiennes furent des arrière-salles de bistrot. Puis la boxe prit place dans ses lieux propres. Il existe un modèle de la salle de boxe, il fait référence en France et ailleurs, aujourd'hui et hier. Le décor de ces salles est un élément essentiel de la définition de la situation de la boxe au quotidien14. Les salles sont des lieux de mémoire.

39La salle du Boxing Club est une pièce standard d'un centre sportif municipal. Le centre sportif est le produit d'une logique de développement d'espaces spécialisés, maîtrisés par un pouvoir organisateur. Ce processus : 

« n'aboutit pas à développer chez l'usager des identités collectives propres car [les espaces spécialisés] privilégient la relation de clientèle. » (J. Rémy et L. Voyé15)

40C'est un lieu de passage, le Boxing Club Paris XXe partage sa salle avec d'autres associations sportives de l'arrondissement. Deux jours par semaine il doit même demander l'asile à d'autres clubs de boxe de la région parisienne. Lorsqu'il réinvestit sa salle, il la retrouve en piteux état. Le ring est dévasté, les photos de boxeurs sont arrachées… Les jeunes du kung-fu sont passés par là. Alors, l'entraîneur du Boxing Club, enragé et vitupérant, fait preuve de compétences. Il bricole, il ruse, les photos sont remplacées par des photocopies couleurs et on ne fait plus guère attention aux yeux crevés des boxeurs en papier.

41Les acteurs du Boxing font en effet preuve de compétences habitantes à travers notamment cette dénomination du non-lieu : « notre salle de boxe16 ». Et ils se réfèrent, pour habiter la salle, à un contre-type pugilistique17. Au cours de son histoire, l'ensemble populationnel a pris place dans plusieurs lieux, il a migré avec dans ses bagages un fond d'identification symbolique lui permettant de spécifier des espaces déjà habités ou même des espaces substituables. Et si nous pensons reconnaître une territorialité, il est clair que celle-ci n'est pas contenue dans le cadre étroit de la salle réaménagée.

42Ainsi, un soir de combats à St.-Denis, comme tous les soirs de combats à St.-Denis, Jeannot emmena ses jeunes boxeurs visiter les lieux. Sur les murs de la salle d'entraînement, les photos des anciens - Sanogo, Djaffa, Béchu ou encore Djamel, si jeune, et Jeannot lui-même : « J'avais tous mes cheveux, dis donc ! » portent témoignage. L'ensemble y avait fait halte, quelques années. Les étapes de son parcours, liées par une mémoire qui, par la ritualisation, est devenue collective, font territoire18. Ces repaires d'autrefois sont des repères d'aujourd'hui. Et la mémoire est bien un élément essentiel de l'identité de l'ensemble populationnel, la ritualisation est un processus efficace de prise de conscience de la singularité du construit…

Mémoire et rite

43Chaque année, quelques jours avant la fin de la saison d'entraînement, un rituel rappelle la réalité du Boxing Club. Le pot du club est un rite positif commémoratif de l'ensemble populationnel. A cette occasion sont notamment réunis les boxeurs d'hier et d'aujourd'hui et les apprentis. Avant même de dresser la table des victuailles, Jeannot dépose sur les bancs de la salle des albums de photographies, photos de combats ou posées, clichés de boxeurs, seuls ou en groupe. Tôt ou tard mais immanquablement les jeunes pousses du Boxing abandonnent le buffet, ils s'assoient sur les bancs, silencieux. Parfois, un plus ancien vient les renseigner, commente le spectacle des photographies.

44Les jeunes y verront bien sûr la voie à suivre, la preuve d'une possible réussite, un avenir individuel leur apparaît à portée d'effort. Mais à travers ces albums, on suit aussi les différentes étapes de la carrière d'entraîneur de Jeannot entouré de tous ses boxeurs. Les premiers sont les aïeux de ceux du Boxing Club. Chaque apprenti découvre à cette occasion la lignée de boxeurs dans laquelle il s'inscrit.

45Il n'y a pas d'identité sans mémoire, dit-on, et on ajoute souvent que l'on ne peut se projeter ensemble vers un certain avenir sans se référer à un certain passé commun. C'est le parcours, la mémoire et l'identité d'une entité signifiante, son unité, sa réussite que les novices découvrent lors de (par) ce rituel. Ils entrent en contact avec ce tout, cette petite société. La tradition est précisée. Le construit pratico-heuristique est dramatisé. La conscience de l'appartenance est aiguisée. Le positionnement réaffirmé19. Le territoire de l'ensemble est parcouru, ensemble.

La boxe, un drame au quotidien

46Nous privilégions, car nous ne pouvons, ici, décrire la routine de la boxe au quotidien, une entrée dans la singularité de l'ensemble populationnel par ses moments extraordinaires, ce rite positif par exemple. Au demeurant, la quotidienneté de la boxe est fortement ritualisée. Cette ritualisation est un facteur de cohérence pour l'ensemble populationnel. Il est utile d'éprouver le degré intense de la dramatisation20 propre à ce contexte. Les symboles dont disposent le bloc de référence et le construit sont au principe du gouvernement de l'interaction.

47Des valeurs et des types de conduites de la vie ordinaire sont mises en avant lors de l'entraînement quotidien. Ces éléments, ailleurs triviaux, ont, là, forte charge symbolique. C'est l'imaginaire institué de la boxe qui est sollicité, actualisé et recomposé. Dans la salle de boxe, la qualité de boxeur est séparée et renforcée. Ce mécanisme de séparation-renforcement (R. Da Matta) isole et place au premier plan un aspect de l'identité, alors même que celui-ci est dilué dans la vie quotidienne où l'individu doit composer avec des prérogatives et des obligations associées à ses divers positionnements sociaux21. Or, dans ce contexte de co-présence on n'est plus que boxeur, un homme, nous y venons.

48Ce mécanisme s'articule avec des relations de respect. Ainsi, à Chicago, L. Wacquant notait les formes de respect sur le ring, elles

« sont des formes exclusivement masculines qui affirment non seulement la solidarité et la hiérarchie des boxeurs entre eux, mais aussi la supériorité des hommes ».

49Nous présentons le lieu de boxe comme un contexte spatio-temporel, étanche, dans lequel ne pénètrent pas d'autres qualités des individus qui y évoluent : père de famille (bon ou mauvais), lycéen (brillant élève - c'est rare - ou cancre), chômeur, croyant, de gauche, Algérien, licencié dans un club de football, ancien tôlard… C'est une vision partielle.

50On est frappé, dans la salle parisienne, par la place essentielle des relations de plaisanterie. Elles proviennent essentiellement de la mise en oeuvre d'un mécanisme d'inversion par lequel une qualité d'un (ou de plusieurs) acteurs est mise en avant dans un cadre où précisément elle n'a aucune importance (seules comptent les responsabilités associées à la qualité d'homme-boxeur). Un échange parmi mille :

« - Mais qu'est-ce tu fous toi ? Non mais regardez-moi celui-là et l'autre là, ah c'est bien des négros ça, tous des fainéants ces Ivoiriens. » (Jeannot)

« - Eh je suis Sénégalais moi ! »

51Un bon nombre de ces plaisanteries ont pour thème la différence raciale, mais tout élément marginal dans la définition de l'identité dans ce contexte est susceptible de faire rire et d'individualiser, son introduction crée la plaisanterie. Sur le ring, les individus ne communiquent pas selon les voies ordinaires, cette séquence comporte elle-même des formes de respect, des rapports symboliques. Hors cet échange particulier, les conflits sont neutralisés, la sous-culture masculine célibataire (L. Wacquant) est préservée par évitement de ce qui pourrait en entraver la perpétuation. En plus du respect, c'est aussi une inversion du comportement social qui fonde la relation sociale puisque celle-ci est en quelque sorte évitée22.

52Le double processus d'accentuation (mettre l'accent sur) des manières de faire et des façons de penser spécifiques au bloc de référence et au construit et d'introduction réglée d'éléments marginaux et individualisant, ailleurs susceptibles de créer discorde mais ici désamorcés, l'articulation du mécanisme de renforcement et du mécanisme d'inversion permettent la neutralisation. Ce qui importe, c'est le maintien de cette situation, ce moment de répit dans la quotidienneté.

53Sur ces modes de ritualisation spécifiques repose la cohérence endogène de l'ensemble populationnel23. On relève, en aval, une pression du pugilistique sur l'hors-boxe, la vie quotidienne des boxeurs.

L’ascèse

54La population de la salle est homogène. Les boxeurs de compétition du Boxing Club sont, dans leur grande majorité, jeunes, célibataires, issus d'une immigration24 africaine (du nord et de l'ouest) populaire. Au moment de leur entrée en boxe, ils connaissaient généralement des difficultés sérieuses : délinquance, échec scolaire, chômage, problèmes familiaux. Pour la plupart, les contraintes de la modalité de pratique de la boxe anglaise en usage au Boxing Club furent autant de ressources :

« Je tournais un mauvais coton, il fallait que je fasse un petit sport. » (Jean-Pierre)

55L'ascétisme et le travail associés à l'usage de la boxe proposé au Boxing Club sont une voie à suivre pour qui souhaite se ranger. La boxe anglaise est une position possible dans l'espace social du sport.

56Sans doute le mort saisit-il le vif, les boxeurs du Boxing Club avaient certainement acquis des dispositions relativement stables les amenant à choisir un sport de combat de percussion plutôt que la pratique du patinage artistique : « Ce sport est bon pour moi .»

57Mais l'on doit également concevoir les dispositions de ces acteurs, au sens de projets, de visées. L'histoire du brillant boxeur ivoirien Diby est exemplaire. Exclu du domicile paternel à 18 ans, « J'ai galéré pendant six mois, j'ai dormi dehors », il vivra finalement dans un foyer de jeunes travailleurs. Mais surtout Diby est recueilli par une bande d'un quartier de l'est parisien. Ses pairs l'inviteront à s'engager avec eux dans une modalité de pratique non ascétique de la boxe thaïlandaise. Il se dirigera vers cet usage ascétique de la boxe anglaise. Ascétique25 désigne le sérieux exigé par la préparation du boxeur et surtout l'engagement dans le temps spécifique de cet espace social :

« La boxe [anglaise] est “une école de patience, de discipline et de persévérance” qui est aux antipodes de la “gratification immédiate”. » (W. Plumer26)

58Certes, la boxe se goûte au présent dans l'effervescence sensorielle d'un contexte de l'entre-soi ; elle est, par ailleurs et nous le préciserons, un travail des acteurs sur le volume de leur capital social. Mais Diby n'usera pas de son savoir-faire mal, le samedi soir, dans la rue. Il ne bénéficiera pas de ces avantages immédiats procurés par la maîtrise d'une technique de combat :

« Voler, casser, tabasser tout le monde dans la rue, il n'y a pas d'avenir là-dedans ! »

59Il nous semble que la boxe représente pour la plupart de ces jeunes hommes jusqu'alors soumis à l'omniprésence du présent (S. Juan27), une expérience souvent première de projection dans le temps à venir. L'expérience du projet va de pair avec une nécessaire organisation du temps quotidien. Prélever ces deux heures pour l'entraînement est, pour les apprentis-boxeurs, un problème dont on imagine mal l'ampleur. C'est une rééducation à laquelle participe activement l'entraîneur.

L’homme responsable

60« La boxe, ça les fait devenir homme» Tel est le diagnostic de Jeannot et sa fierté. Il exprime une visée de l'homme et de la société : une société où l'homme serait à sa place, où l'homme serait homme, un être fort, un être qui ne fuit pas ses responsabilités.

« On aime la boxe parce que se battre, c'est l'homme du début, le chasseur… Aujourd'hui, on vit dans une société sans couilles (…) Ils [les jeunes hommes de maintenant] ont les cheveux longs et s'habillent comme des filles, alors… Frappe pas n'importe comment, toi, remonte tes mains. »

61Si la société actuelle féminise les hommes, les boxeurs sont parmi les derniers représentants de l'homme authentique. La salle de boxe apparaît comme un lieu essentiellement masculin. Un lieu de résistance où les hommes affirment leur virilité et excluent les femmes :

« La boxe est pour les hommes, à propos des hommes, elle est les hommes. Des hommes qui combattent des hommes pour déterminer leur valeur, c'est-à-dire leur masculinité, excluant les femmes. » (J.C. Oates)

62Mais un homme, au Boxing, c'est avant tout un être responsable. Un adulte, responsable dans la boxe, responsable dans la vie. L'entrée en boxe est conçue comme sortie de l'adolescence, de ses errances.

63A la cohérence endogène induite par le bloc de référence s'ajoute l'influence du pugilistique sur la vie quotidienne des boxeurs. Nous sommes bien en présence d'un  ensemble populationnel cohérent. L'entraîneur, père spirituel et/ou père fouettard, garant de l'ordre coutumier, gardien de la tradition, officiant des rituels et ordonnateur des quotidiennetés, stratège du positionnement social du collectif sportif, cet ouvrier, ch'timi de 50 ans, ancien boxeur : « Un âne, j'étais un âne », joue un rôle essentiel dans ce maillage du tous les jours.

64A travers ses petits mots c'est ainsi que ses boxeurs désignent les saynètes de la vie quotidienne, ces histoires vécues que chaque soir le vieux leur propose28 – des éléments de la symbolique de la boxe sont interprétés, traduits et proposés. Ainsi, l'idéologie du mérite29 ou l'image de l'homme qui devient quelqu'un par son propre travail. Dans la leçon éthique de Jeannot, ces éléments, centraux dans l'imaginaire de la boxe, apparaissent à travers ce que nous nommerons en référence à une certaine psychologie, le principe d'intériorité30.

65Loin de concevoir l'intériorité comme un trait inné, l'entraîneur de boxe se propose d'en inculquer le principe aux jeunes boxeurs. Jour après jour, Jeannot leur répète, inlassablement, qu'il ne sert à rien de se plaindre, de chercher des excuses, des échappatoires. Il faut assumer ses responsabilités : si l'on fait un bon entraînement, rien de grave ne peut arriver, si l'on est battu, c'est que l'entraînement n'a pas été ce qu'il aurait dû être. La performance est immanquablement associée au travail fourni. Le bon boxeur devrait interpréter ses actions et ses expériences selon un schéma responsabilisant31 : « C'est ma faute », plutôt qu'à travers des modèles d'interprétation déresponsabilisant, modèles de la chance, du hasard, de l'extériorité.

66Nous le vérifierons, cette construction est fragile. Mais on essaye… Cette production éthique redouble des processus de responsabilisation. Estimer l'influence du pugilistique sur l'hors-boxe nécessite la prise en considération des processus d'identification à l'oeuvre dans l'ensemble populationnel.

Les identités du boxeur

67Aucune trace d'un règlement interne sur les murs de la salle, les statuts du club sont inconnus. Les pratiquants n'ont pas toujours été sages, dans d'autres contextes, on nous comprendra. Mais ici dans un désordre apparent l'ordre règne : « C'est le bordel organisé » commente-t-on. C'est en y étant plongé que l'apprenti est fait boxeur. Son immersion parmi les plus aguerris permet l'incorporation des « dispositions corporelles et mentales » du boxeur32. Dans ce contexte de co-présence l'apprenti-boxeur « se synchronise avec le bain culturel où il est immergé33 ». La quotidienneté de la boxe devient progressivement un monde d'évidences préréflexives, le boxeur saura goûter au bien-être et à la plénitude d'une situation familière. Au-delà de cette identification affective par socialisation, des processus de responsabilisation assignent une identité sociale de boxeur.

68Ils sont assis sur un banc. Ils attendent leur tour, blêmes. Ce sont les novices, ils vont dans un instant, mettre les gants pour la première fois. Pour l'occasion, les boxeurs aguerris du club vont se succéder sur le ring, leur faire (la) face. Le nez du premier des apprentis goûte le direct du gauche de Sadok. Il est en sang, se retourne, essaye d'essuyer avec son gant, il panique. Jeannot sourit :

« Allez, c'est rien ça, qu'est-ce que c'est ça, un nez éclaté ça n'a jamais tué personne ! »

69Samir, 14 ans, prend sa place. Il reste trente secondes dans ce premier round, Samir n'en peut plus. Il baisse les bras, il fait signe qu'il arrête. En guise de réponse, c'est une rafale de coups (dont la violence est contrôlée, qu'on se rassure) qui s'abat sur lui. Jeannot a refusé la requête du petit Samir. Il sourit et l'encourage, deux boxeurs regardent la scène et le soutiennent eux aussi. Epuisé, Samir trouve pourtant au plus profond de lui-même une énergie insoupçonnée :

« C'est bien, c'est bien. C'est bien fiston. »

70Ce qui suit cet événement initiatique, c'est la sensation d'appartenir à une communauté singulière, ceux du ring.

71Lors de ces premières expériences, premiers passages à l'acte pugilistique, Jeannot demande au boxeur de viser le nez. La raison invoquée, elle est réelle, c'est que l'on ne risque pas grand chose : un nez éclaté… Mais le passage à l'âge adulte du boxeur n'est-ce pas lorsque ce nez éclate et saigne ? Nous estimons cette blessure symbolique, percer la cloison nasale est un rite de passage. Mais ceci est discutable.

72« Quelle est la fonction de tels rites, qui séparent-ils ? » demande Pierre Bourdieu. Nous avons répondu les novices des boxeurs. Mais ne séparent-ils pas plutôt les boxeurs de ceux qui jamais ne franchiront les cordes ? Ils instituent le boxeur en tant que boxeur, une différence durable entre eux et ceux – celles – qui ne le subiront jamais34.

73L'identité de boxeur est ainsi assignée. A ce type d'assignation, note J.-L. Genard, sont associées des responsabilités. Un boxeur ne peut pas ne pas assumer ce qu'il est, il est appelé à porter le poids d'une histoire qui le dépasse totalement, l'histoire de l'ensemble populationnel, celui-ci est le principe de l'identification. Parce qu'il appartient à un  ensemble, parce qu'il a été institué boxeur et que cette différence a été naturalisée par inculcation d'un habitus pugilistique, il ne peut moralement déroger à sa condition.

74Les évidences de la synchronie, l'institution du boxeur… Nous souhaitons insister sur l'interaction entre l'entraîneur et son boxeur. Elle est source de responsabilisation.

75S'il n'a pas su préparer son corps à l'affrontement, si son combat est de mauvaise qualité et qu'il subit la défaite, un boxeur ressentira un sentiment de honte, il n'aura pas été digne de sa qualité de boxeur, d'homme responsable. Il aura déçu. A son statut de boxeur, personne de l'ensemble35, sont associés de tels états affectifs (J.-L.Genard), négatifs ou positifs : la fierté induite par le « C'est bien fiston » de Jeannot. Porteur des valeurs de l'ensemble populationnel, le boxeur responsabilisé s'identifie à celles-ci et devient ainsi leur support. L'interaction entre l'entraîneur et le boxeur – ce regard porté par le premier sur son môme, son attente – peut-elle être alors source d'un sentiment d'intimité, d'irremplacibilité, d'unicité36 ? Toujours est-il que le boxeur du Boxing répond de sa qualité, son entraîneur est son premier juge, celui qu'il ne doit pas décevoir. Comment le sociologue de la vie quotidienne peut-il appréhender cette activité de tous les jours, la boxe en immersion ?

La boxe au jour le jour

76La boxe est une activité de la vie quotidienne parmi d'autres, c'est un usage37. En tant que tel, le sociologue de la vie quotidienne l'appréhende comme attribut à la fois de l'acteur et du système institutionnel, c'est-à-dire comme activité routinière et comme norme sociale.

77La boxe, en tant qu'institution, gouverne l'interaction dans ce contexte de co-présence, la salle. Nous avons considéré cette ritualisation spécifique. Au plan des acteurs, la boxe est observée comme conduites.

« Comprendre la manière dont ces conduites participent à la structuration des pratiques (consommation, trajets, travail domestique, loisirs…) est crucial pour qui veut analyser la vie quotidienne. » (S. Juan38)

78L'interaction pugilistique intervient sur le système d'usages des boxeurs.

79Cela commence par des trajets parfois coûteux en temps pour se rendre du travail à la salle, de celle-ci au domicile. Dédaignant les  services pugilistiques de proximité, des boxeurs acceptent de passer plus de deux heures en transport en commun pour se procurer leur dose journalière de pugilisme. Ces heures d'entraînement et de mobilité impliquée obligent à une réorganisation des pratiques, par exemple d'approvisionnement (et d'accompagnement pour certains tenus à des obligations familiales). L'entraîneur encourage, il est aussi un conseiller en rationalisation (les petits mots, c'est ça, pour l'essentiel).

80Ensuite, l'ensemble populationnel est réseau amical. Lorsque l'on étudie un contexte de co-présence, il est profitable de considérer les différentes régions de ce lieu39. Ainsi, si la salle est une région où les conflits sont neutralisés par évitement des relations ordinaires, le vestiaire est une région de « surdétermination du lien social40 ». Le cycle des dons/contre-dons se poursuivra ailleurs, se matérialisera dans des pratiques de consommation (diabolo grenadine au café du coin et cinéma de bagarre). Dans l'espace-temps du vestiaire s'échangent également bons tuyaux (emploi, logement…), compétences diverses et conseils avertis, il s'y conclue des marchés et s'y traite des trafics en tout genre…

81Enfin, la reconnaissance de l'enjeu de production de performance sur les rings va de pair avec la reconnaissance d'autres enjeux d'autres espaces : par exemple, pour les plus jeunes, l'enjeu scolaire de production de diplômés…

82Cette boxe est donc un usage quotidien transitif (S. Juan41) dont les effets diachroniques sur les biographies seront appréciés par les sociologues de demain.

83L'activité pugilistique et les pratiques qu'elle entraîne se traduisent par un sentiment d'accélération de la vie quotidienne. Et l'espace-temps de la boxe devient paradoxalement un lieu de répit face aux tensions spatio-temporelles du quotidien. Si les jeunes boxeurs connaissent, à travers ce type d'usage de la boxe, une expérience d'un rapport actif au devenir, le temps semble s'arrêter, chaque soir, en cette occasion. Les problèmes, on n'y pense plus ; à moins qu'on en discute posément avec Jeannot pour mieux les affronter...

« Pour moi, ma journée elle est coupée, mon travail il est viré, quand j'ai mon sac sur l'épaule c'est la boxe, boxe, boxe jusqu'à ce que je le dépose à la maison. » (Diby, ouvrier électricien et boxeur)

84Savoir que ce soir on sera, comme hier, comme demain, un boxeur dans sa salle, parmi les siens, cette certitude aide à supporter la quotidienneté recomposée, ses conditions nouvelles. L'ensemble populationnel est une position de retrait (P. Bouvier). Le sentiment d'appartenance, le caractère familier de cet espace-temps balisé par les « symboles de l'évidence42 » font de la boxe au quotidien un contexte à forte « sécurité ontologique » (A. Giddens43).

85Ainsi, la boxe (le sport) peut induire des ensembles populationnels cohérents, son influence s'exerce au-delà des enceintes de la co-présence. Nous pensons utile un détour par les lieux du spectacle de boxe. En effet, le collectif s'y donne à voir, s'affirme cette fois-ci aux yeux de tous. Son suivi est instructif, il nous permet une révision.

L’émergence spectaculaire (Suivis socio-anthropologiques : notes et remarques)

86Nous souhaitons accompagner l'ensemble populationnel hors de son antre, vers une région extra-ordinaire : lorsque le club s'engage sur les scènes du spectacle, l'ensemble populationnel fait surface et se laisse voir. Nous utiliserons la méthode du suivi socio-anthropologique44, il s'agira bien plus d'un survol. A l'approche du combat, s'il a su se préparer physiquement dans les temps, un boxeur met son corps en attente. Il le surveille, le pèse et veille à ne pas l'agresser, le fatiguer. La matinée du grand soir, isolé chez lui, il s'immobilise. Puis il sort. Dans son quartier, il est un individu seul et anonyme. Les boxeurs du Boxing ne parlent généralement pas de leur pratique. A l'endoréisme de l'ensemble populationnel correspond la ségrégation45 de l'acteur.

87Le suivi socio-anthropologique nous entraîne sur des sentiers qui mènent des régions de solitude par les zones de passage aux lieux de l'entre-soi. Mais on se gardera d'apprécier les faits du seul point de vue des individus, des boxeurs. Ce voyage vise au contraire à déceler l'actualisation, dans des contextes de visibilité, des pratiques et des représentations qui fondent le construit pratico-heuristique.

88Il est vrai que la voiture est déjà une bulle d'entre-soi, les déplacements vers le lieu de combat sont toujours collectifs. Le boxeur (ou les boxeurs) rejoignent son entraîneur, ils partent vers l'Institution. En effet, ce sont les officiels et les experts qui accueillent le boxeur : « Vos papiers ! ». On examine sa licence, la carte d'identité de boxeur, ses divers carnets. On l'identifie. Puis on le pèse, puis on l'ausculte, son corps est vérifié, est-il aux normes ? Durant ce passage le boxeur est d'une étonnante passivité. Le photographe Jimmy Fox46 a su saisir ces instants, le boxeur les bras croisés sur la poitrine, les mains sur les épaules. En fait, seuls lui et l'entraîneur sont aptes à faire passer, à instituer le boxeur de combat, à faire de l'individu une personne, à transformer ce corps. C'est l'étape suivante, loin du regard de l'Institution.

89Pendant ce temps, nous (camarades d'entraînement) nous dirigeons aussi vers le lieu du spectacle, ensemble. Dans la rue, les valeurs signifiantes du construit sont actualisées dans des conduites particulières. Ainsi la virilité devient machisme, une femme croisée est une proie sexuelle potentielle, la drague est agressive. Le courage physique est réaffirmé, en tout cas on se tient prêt, en cas d'embrouille : c'est ça aussi la responsabilité. En surface, nous nous affirmons. Mais dès l'arrivée dans la salle l'ensemble s'enterre de nouveau, nous nous plaçons mal (loin), nous ne nous montrons pas, nous semblons même indifférents au spectacle de la scène centrale. On attend. On ira toutefois visiter le nôtre dans le vestiaire, l'encourager et le conseiller une dernière fois.

90Dans le vestiaire, le processus est engagé. On se change dans ce sas. Le corps du boxeur est désormais curieusement en mouvement, les bras sont projetés en avant ou vers le sol, la tête part à gauche puis à droite, tourne sur elle-même, une jambe est lancée, puis l'autre… Comme tous les entraîneurs, Jeannot a soigneusement bandé les mains de son boxeur, il a enduit de synthol le corps de celui qui devient progressivement un combattant : « Ca sert pas à grand chose, mais ils aiment ça, alors .» Tout à l'heure, juste avant le grand saut, de la vaseline sera appliquée en couches sur le visage. Le masque est apposé : persona. L'individu devient une personne, petit à petit l'ensemble prend possession du boxeur.

91Le boxeur reçoit ses visiteurs, l'entre-soi est recomposé par petites touches. Pendant ce temps, Jeannot n'a pas une tâche aisée; il doit dramatiser la situation : rappeler au boxeur son appartenance, ses responsabilités, sans pour autant le contracter.

92Les principes du construit sont révisés : en ces moments, la conscience de sa différence (supposée), de son style est intense. Dans diverses occasions de nos quotidiens, nous savons – plus ou moins – nous faire comprendre, désigner les choses avec une certaine précision : une escalope petite mais belle quand même ; le boucher ne se trompera pas. Eh bien Jeannot sait passer commande d'un style de boxe (de boxeur), avec subtilité :

« Tu lui rentres dans la gueule, mais… ban, ban. »

93Suit une démonstration d'une boxe tout en finesse. On désigne ainsi une boxe d'homme, virile mais civilisée. On n'est pas des bourrins.

94L'Autre réalisera à qui il a affaire, il éprouvera notre style :

« Et puis ban, ban, tu lui laisses pas une seconde, faut lui rentrer dans le lard, il faut que demain il se réveille et il sente sa tête et il se dise “tiens, le BC XX est passé par là” (rire), qu'il se souvienne de nous… »

95Le boxeur est une personne, la dramatisation dans ces moments extra-ordinaires aiguise la conscience de la singularité populationnelle.

96Entre les vestiaires et la salle, une région d'échanges intenses a été composée. Le monde de la boxe s'y retrouve. Au programme, quelques rites oraux mais aussi le grand marchandage. Rituellement, les entraîneurs des dits petits clubs critiquent vertement les dirigeants fédéraux, brocardent l'INSEP honni, ridiculisent les grands managers professionnels. Les rapports institutionnalisés sont ritualisés et donnent du sens.47

97En même temps et au même endroit, les entraîneurs se font managers (certains sont aussi promoteurs). Ils préparent déjà la réunion prochaine48. Mais parfois, parce qu'un combattant du soir est forfait, ils doivent décider immédiatement de l'inscription d'un de leur boxeur amené là au cas où… Il leur faut apprécier la qualité de l'adversaire proposé, bluffer son manager en diminuant les qualités de leur poulain. Certains excellent à ce jeu. Mais d'autres sont moins habiles ; et tout à l'heure, sur le ring, le petit le paiera cher.

98La salle est structurée par une logique de spectacle49. Les enjeux sont cruciaux. Il s'agit notamment de réaffirmer le caractère culturellement acceptable de la violence proposée. Cela passe par un type de ritualisation : l'étiquette. Les boxeurs respecteront la codification, ils se salueront, entrechoqueront leurs gants, le règlement l'exige. Ces conduites protocolaires des boxeurs sont autant de rites d'accoutumance50 pour les experts et les acteurs périphériques (spectateurs) de la boxe. Ceux-là pourront désormais apprécier la violence ainsi réglée. Et même éventuellement s'affirmer : car l'affrontement aux poings, cela leur parle !

99Du côté des boxeurs, il est intéressant de constater, à l'ombre, en coulisse, l'existence d'un marché parallèle du rituel. Ainsi, après le combat, les boxeurs se serrent la main, cet usage ordinaire, déplacé dans ce contexte extra-ordinaire, est rechargé de son sens initial : on se montre patte blanche51. Plusieurs fois nous avons vu les deux adversaires manger leurs sandwichs ensemble, devant la buvette, après le combat. Cette commensalité est rassurante, c'est une modalité du faire avec: « Il n'y a pas de haine » commentent-ils.

100Puis vient le combat. Sur le ring, ils font ce qu'ils peuvent. Dans les tribunes l'ensemble populationnel, jusque là si discret, va émerger et s'affirmer.

101Ainsi, ce soir là. Le boxeur du club monte sur le ring. Nous applaudissons. Le premier round est plutôt calme, quelques encouragements des uns ou des autres. C'est au second que cela commence. Les encouragements, petit à petit, deviennent collectifs, les conseils se font slogans, nous les reprenons en choeur. A quelques mètres de nous, les supporters adverses donnent aussi de la voix.

102C'est bientôt un duel que nous livrons au clan de l'autre boxeur. Tantôt nous crions plus fort, tantôt ils nous dominent. Jusqu'au moment où… Lequel d'entre nous s'est levé en premier ? Nous sommes désormais debout, nous hurlons. Soudain le groupe devenu foule se met en marche, nous descendons des tribunes en chantant le nom du nôtre, nous partons faire corps avec lui, une marée déferle vers le ring, c'est à la fois anarchique et mystérieusement réglé. C'est l'ensemble qui a jailli. Les autres ? Tous les clubs ne cachent pas une entité signifiante52. Ces supporters là n'étaient que des individus, des proches du boxeur. Notre victoire fut aisée. Il y eut des cas plus serrés. Alors l'affirmation aurait pu prendre des formes plus matérielles que symboliques si Jeannot n'avait veillé à contenir les débordements.

103Puis c'est la victoire, ou bien la défaite.

104C'est souvent la victoire. Sur le ring, après les saluts d'usage, le boxeur réconforte sobrement son adversaire malheureux, il remercie arbitre et public. Puis il retourne au vestiaire. Il est généralement accompagné par quelques proches. Michel, le gendre et entraîneur adjoint de Jeannot, passera le photographier, c'est un moment essentiel de la soirée, c'est du symbolique que l'on accumule en vue de passages ultérieurs. Ainsi, Sadok nous a décrit cette cérémonie virtuelle : il s'est marié, il propose à sa nouvelle famille l'album de photos de son épopée pugilistique. L'identité de boxeur, c'est du capital symbolique en formation. Les boxeurs élaborent d'ores et déjà un récit de vie, leur vie sera présentée comme tournant autour de cet événement central, la boxe, auquel seront reliés d'autres éléments significatifs. C'est une « illusion biographique53 », la boxe sera une écume un peu plus dense sur un fleuve devenu trop tranquille. Le vainqueur est félicité, il est entouré, il reçoit nombre de tapes amicales. L'une d'entre-elles est particulièrement significative. Jeannot fait mine de le claquer. Le boxeur rentre la tête dans les épaules. Mais le coup se fait caresse et l'immense main de l'entraîneur saisit la tête du môme, lequel reçoit pour l'occasion un délicat baiser : « Tu m'as fait plaisir, ah tu m'as fais plaisir ! » Le boxeur ne parle pas, il ne le peut pas, il sourit et ne peut que sourire, béatement, comme un enfant trop heureux. Il est fier, il fut responsable, il n'a pas dérogé. Il est unique.

105C'est parfois la défaite. C'est la misère. Les observateurs de la boxe ont remarqué qu'une défaite est toujours immédiatement expliquée par l'entraîneur et les boxeurs par un manque de sérieux lors de la préparation. La réalité est en fait plus complexe.

106C'est une surprise, l'excellent Diby, visiblement épuisé, est vaincu. Une défaite, même aux points, c'est un traumatisme, un tremblement de terre dans la vie du club et du boxeur. Celle-ci est d'autant plus fâcheuse qu'elle précède la réunion de la commission devant décider du passage de Diby en indépendant (pré-professionnel). Dans le vestiaire, Diby s'est assis au fond, sur un banc. Les jambes écartées, les coudes sur les genoux, la tête dans les mains. Il restera ainsi prostré de longues minutes. Jeannot tourne en rond, autant le boxeur est silencieux, autant l'entraîneur est volubile :

« Ton combat, c'est le reflet de ton entraînement, si t'as fait ça à l'entraînement, tu feras ça au combat, c'est pas difficile. »

107L'intériorité : la défaite est évidemment expliquée par le manque de sérieux du boxeur. Chaque personne passant dans le vestiaire est prise à témoin. Jeannot explique l'échec du boxeur ivoirien : 

« Il a rien fait, mais depuis 15 jours il est là, comme ça, aux entraînements, alors forcément que veux-tu. Il a pas arrêté de se plaindre, “ma main, j'ai mal à ma main, il m'a donné un coup de tête, j'ai mal ici”… »

108Jeannot s'assoit à côté de son boxeur. Il ne dit plus un mot. Ses yeux se sont fixés sur le mur d'en face. Diby se relève et se déshabille. Bientôt Jeannot reprend la parole. C'est tout à fait différent :

« C'est un gars, il a un boulot très dur. Très dur. Ça je reconnais, il a un boulot très dur. Et c'est très difficile pour lui, des fois, il peut pas se préparer comme il faut parce qu'il a un boulot très dur… »

109L'extériorité ! Toute la production éthique, le bel édifice construit par le boxeur et l'entraîneur depuis des années, s'effondre.

« Le destin a rattrapé Diby, le vaincu. »

110La symbolique pugilistique engage le boxeur à se penser responsable de ses actes, seul maître de son histoire. Ces mythologies contemporaines sont bien des mythes au sens commun du terme, les boxeurs et leur entraîneur doivent composer avec de plus tristes réalités. L'indulgence de l'entraîneur est le produit du passage du modèle responsabilisant (intériorité) au modèle déresponsabilisant (extériorité).

111Désormais Jeannot, le pourfendeur de l'extériorité, va entamer un plaidoyer, parfois convainquant d'ailleurs, où il évoquera tout un ensemble de causes externes : ce n'est pas directement sa faute. Il faut qu'on le sache, il faut qu'il le sache. Et puis d'ailleurs la décision des juges n'était pas si… Enfin, il n'a pas manqué grand chose. Jeannot réconforte maintenant son poulain, il reconstruit le boxeur, il sort dans la salle et échange quelques mots avec un promoteur : celui-ci a prévu d'organiser une réunion le mois prochain. Si Diby pouvait ne pas rester sur une défaite. Une victoire et c'est de nouveau son destin que l'on reprend en main, son histoire que l'on maîtrise…

112Lorsque Jeannot reçoit de l'organisateur l'argent qui revient au club, il tente de le distribuer aux boxeurs participants, vainqueurs ou vaincus. Il s'ensuit toujours d'étranges empoignades entre le vieux et les mômes. Ces derniers gardent les mains au fond des poches et rentrent la tête dans les épaules afin que leur manager ne puisse pas glisser les billets dans le col de leur chemise… Quand Jeannot juge la situation bloquée, il décoche une de ses fameuses baffes sur le crâne d'un de ses protégés, elle a pour effet de provoquer une ouverture dans la garde serrée du boxeur toujours vaincu à ce petit jeu. Il lui glisse les billets. Ce désintéressement marqué vis-à-vis de l'argent est investissement dans le jeu54, il est intéressant de prendre position, même symboliquement, sur l'espace social de la boxe, contre une certaine boxe professionnelle où l'argent est roi. Et au sein de l'ensemble populationnel, l'argent pourrait déséquilibrer la balance des échanges réglée sur le principe du don/contre-don.

113La réunion se termine. Michel prend une photo du groupe, on prépare les rites commémoratifs des années à venir. La douche marque le retour à l'ordinaire, le boxeur ne sera bientôt plus qu'un individu. Sauf peut-être notre vaincu du soir. Il était resté à l'écart du groupe, avec sa misère, en attendant le départ. Dans la voiture, il évoquera la main, la fatigue et toujours : « La misère, oh là là, c'est la misère ».

« Je voulais pas le faire ce combat, oh là là. Je sais pas quoi, j'avais pas, j'avais rien, c'est comme si rien venait. »

« T'habites là Diby ? »

« Oui, c'est là que je demeure, là au rez-de-chaussée. »

114Diby est sorti de la voiture. « Bon ben ». Mais il ne bouge plus. Immobile comme dans le vestiaire après le terrible verdict. Il garde une main sur la porte entrouverte. Son regard s'est fixé de l'autre côté, quelque part vers le caniveau. Il a gardé le masque.

« Excusez-moi d'avoir perdu les gars. »

115Usage, ensemble populationnel, institution symbolique

116Construire l'espace social de la boxe anglaise permet de distinguer différentes modalités de pratique de ce sport. La logique compétitive – l'enjeu de production d'une performance sportive – induit un usage ascétique de cette discipline dont la mise en oeuvre requiert méthodisme lorsque l'enjeu de production de champions est reconnu (logique du haut niveau).

117On s'intéresse à la modalité de pratique ascétique non méthodique de la boxe anglaise, on l'envisage maintenant dans la vie quotidienne. On la saisit comme usage social55. A ce titre, c'est une norme. Les conditions morphologiques de la pratique, les règles, la symbolique sont données56 : l'institué.

118Au plan du vécu – on considère les statuts et les dispositions des acteurs – on remarque que l'usage attire des hommes jeunes (éventuellement ils vieilliront en boxe en passant professionnels), généralement célibataires, issus d'un milieu populaire, aujourd'hui beaucoup sont des immigrés de la seconde génération. Leurs dispositions sont à considérer relativement à la symbolique de l'usage, tels ces éléments imaginaires : l'idéologie du mérite et l'image de l'homme devenant quelqu'un par son propre travail. Elles apparaissent alors clairement : en général il s'agit de se ranger, par exemple s'éloigner des commissariats…

119S'engager dans cette modalité de pratique de la boxe, c'est pour ces jeunes gens une expérience première de projection dans le temps et concomitamment d'organisation rationnelle de la vie et de la mobilité quotidiennes. A l'usage en vigueur au Boxing Club correspond, au plan des acteurs, des capacités d'action ; on constate, au plan du système, un écart à la situation sociale. A travers ce genre d'usage :

« l'acteur est susceptible de délaisser des modèles culturels attendus par l'environnement en fonction de ses statuts manifestes et d'adopter des façons d'être innovantes pour sa classe. Nous appelons ces innovations culturelles “écart à la situation” ». (S. Juan57)

120Choisir l'ascétisme plutôt que la jouissance des profits immédiats offerts par l'acquisition d'une (autre) technique de combat, on estime que c'est un de ces « usages décentrés par rapport aux statuts déjà institutionnalisés » à travers lesquels :

« le sociologue parvient à identifier les conditions de production de statuts à venir et de pratiques et conduites correspondant à de nouvelles conformités partielles en germe, c'est-à-dire des genres de vie… » (ibid58).

121Les genres de vie désignent des différences culturelles au sein d'une population socialement homogène.

122L'analyse socio-anthropologique reconnaît un construit signifiant relativement stable sur le long terme. De ce bloc de référence, des pratiques et des représentations qu'il induit, du sens que leur frottement peut susciter pour des acteurs individuels, naissent des singularités. Elles ne s'expriment généralement pas en dehors des contextes de l'entre-soi, si ce n'est par les mots et les images prêtés par les intellectuels organiques, les dirigeants et les organisateurs, les idéologues.

123L'interaction du chercheur de sens et de ces petits producteurs d'heuristique solidifie le construit pratico-heuristique en un nouveau bloc. Le socio-anthropologue, acteur intellectuel, pour un instant et sans engagement autre que celui de la recherche compréhensive, permet la déclamation à haute voix de données habituellement inaudibles, endoréiques59. Le sens, opaque en endoréisme, devient translucide par l'affirmation.

124La prise en compte des construits et des ensembles, de leurs ritualisations, permet de déceler des positionnements parfois subtils sur l'espace social de la boxe.

125L'entraîneur de boxe propose une vie mode d'emploi. Il s'agit d'une routinisation de la vie quotidienne dont le résultat devrait aboutir au « métro-boulot-boxo-dodo ». Elle implique une rationalisation, les boxeurs doivent organiser leur vie et leur mobilité quotidiennes en fonction de leur(s) engagement(s) dans cette activité.

126Doit-on le préciser ? Leur entraîneur peut leur proposer un mode de vie, on ne trouvera pas deux boxeurs ayant une vie quotidienne identique : chacun son style de vie60.

127Dans notre exemple, l'ensemble populationnel c'est d'abord un rapport à la boxe et un maillage de l'hors-boxe. Ce maillage n'est pas suffisamment serré pour que l'on puisse, en analysant cette activité, déduire le sens de la vie des boxeurs. Leurs vies quotidiennes sont différentes, leurs goûts ne sont pas identiques, nous éviterons l'« indigénisme social61 ». Que faire de cette culture d'ensemble ?

128Accéder à cette sédimentation en cours, ce ne serait pas tant découvrir un « noyau dur d'identité sociale » que pénétrer au coeur d'une région intermédiaire où, entre l'inhérence sociétale (les nécessités du quotidien, celle de leur gestion) et les réponses culturelles (les genres de vie), s'élabore la différence62.

129La qualité de boxeur, l'exigence morale de ne pas déroger, favorise certaines manières de se conduire dans divers contextes de co-présence : « la boxe, ça calme ». L'interaction pugilistique suscite des pratiques et des mobilités quotidiennes, une organisation rationnelle de celles-ci. Nous observons une capacité à envisager le temps comme processus – l'usage ascétique de la boxe, c'est cela : préparer le combat, ne pas user de son savoir-faire mal dans la rue mais se projeter dans cet espace autonome et son temps spécifique –, et à structurer en conséquence le temps quotidien, sachant que le présent omniprésent et les schémas interprétatifs déresponsabilisant (l'avenir lié à la chance) caractérisent les individus possédant les plus faibles capacités à agir sur leur situation sociale63.

130Mais encore, on note le maintien d'une interaction ritualisée, lors même que la logique sociétale est à l'individualisation des pratiques64. L'éclatement de la ville est la traduction spatiale et matérielle de la division sociale du travail : l'espace fordiste. Les espaces spécialisés privilégient la relation de clientèle au détriment des identités collectives (J. Rémy et L. Voyé), l'us et la pratique plutôt que le rite et la conduite (S. Juan). La posture du socio-anthropologue – la distance, le temps long de sa recherche, sa curiosité pour l'apparemment désuet : rites, rapports symboliques…, permet de saisir du sens collectif là où l'on attendait l'échange marchand. Il décèle le rite persistant sous l'us dominant.

131Dans le champ de la vie quotidienne et de l'urbain, la mise en lumière de tels ensembles populationnels confirme la capacité des acteurs à re-tisser du lien, à re-créer de l'unité : l'ensemble populationnel est alors un centre de vie quotidienne – espace-temps de l'entre-soi (G. Balandier65) et espace-temps d'organisation de la complexité de la vie quotidienne (J. Rémy et L. Voyé66) – quand bien même sa localisation resterait (est dans le cas étudié) flottante. La démarche socio-anthropologique peut permettre une identification plus sûre de ces capacités d'action sans la prise en considération desquelles l'analyse de la vie quotidienne manque l'essentiel : la possible individuation.

132L'analyse sociologique de la vie quotidienne ne peut se satisfaire des paradigmes longtemps dominants dans son champ: l'individualisme méthodologique et son opposé le holisme. Des démarches de la troisième voie ont déjà été théorisées. Dans ces perspectives, l'acteur ne disparaît pas, au contraire, on recherche les créations de différence (A. Giddens), le jaillissement de l'individuation, le sens est dans la marge… Nous pensons que l'on ne peut pas non plus écarter l'hypothèse de données présentant, plus ou moins, de ressemblances avec l'autonomie holistique (P. Bouvier) des sociétés « exotiques ».

133La sociologie de la vie quotidienne est inséparablement une anthropologie. Les moments explicatif et compréhensif sont également indispensables. A la recherche des facteurs structurant l'institué (S. Juan) est associée la démarche compréhensive : elle vise la structuration symbolique du monde vécu (J. Habermas). Le moment socio-anthropologique permet l'accès aux valeurs d'ensembles. Il assure le répérage et l'appréciation des contextes d'entre-soi où l'interaction de pratiques et de représentations individuelles produit de l'heuristique. Ces respirations, en apparence de faible amplitude, le sociologue de la vie quotidienne les classe, au plan du système institutionnel, parmi les institutions symboliques, ces facteurs idéels orientant l'action et par là les mobilités quotidiennes. Elles polarisent.

134Bien sûr nos sociétés contemporaines développées ne présentent pas le caractère d'homogénéité d'une société de la tradition. Elles sont fluides, les mobilités (spatiales, sociales, résidentielles, etc.) sont remarquables, les localisations sont floues… On n'y observe pas de relation bi-univoque entre statut et action, le sacré ne légitime plus des coutumes qui ne commandent plus la vie quotidienne…

135La démarche socio-anthropologique vise pourtant des structures suffisamment décalées, autonomes et productrices de sens. Cette attention a valeur heuristique dans le champ de la sociologie de la vie quotidienne.

136Il nous avait d'ailleurs semblé que cet ensemble populationnel cohérent, celui dont le principe actif est le pugilistique, induisait du symbolique original et difficile à détecter mais participant à orienter de façon sensible la vie et la mobilité quotidienne des acteurs, les Diby, Jeannot et compagnie. Alors nous l'avons racontée, on la jugera édifiante ou non, l'histoire des boxeurs de Ménilmontant qui ne sont pas des Bororo.

Haut de page

Notes

1 L. Wacquant, « Corps et Ame », ARSS 80, novembre 1989, pp.33-67.
2 Ibid., p.48, souligne ces aspects de l'entraînement du boxeur : « ce qui frappe d'emblée, c'est son caractère répétitif, aride, ascétique. » J.-C. Oates a pu parler d'une dévotion monastique, de la subordination totale du soi. J.-C. Oates, De la Boxe, Paris, Stock, 1988.
3 L. Wacquant, op. cit., p.62.
4 J. M. Faure, « Pour une sociologie du rugby », Motricité humaine°2, 1983.
5 « Si le sport accueille les pratiquants avec armes et bagages, c'est qu'il garde mal ses frontières. Contre l'idolâtrie qui postule une essence du sport, on voit qu'il s'agit d'un phénomène social plutôt mou, poreux, aux configurations assez floues. » Y.Vargas, Sur le sport, Paris, PUF, 1992, p.56. Sur les usages différentiels au sein d'un même sport, cf. J. M. Faure, op. cit.
6 Sur la conception du champ du sport comme lieu de problème posé aux acteurs sociaux, sur les enjeux sociaux et les logiques structurant cet espace social, cf. M. Jamet, Le sport dans la société, Paris, L'Harmattan, 1992.
7 Sur le concept gramscien de bloc historique, cf. A. Gramsci, Textes, Paris, Editions sociales, 1983.
8 P. Bouvier, Socio-anthropologie du contemporain, Paris, Galilée, 1995, p.109.
9 Ibid, p.119.
10 « Nous entendons par “endoréisme” des pratiques et des valeurs qui ne rencontrent pas l'occasion de se transmettre hors de leur lieu d'origine. ». Ibid., p.128.
11 Cf. F. Jamet, op. cit., p.174.
12 G. Lenclud, « La tradition n'est plus ce qu'elle était… », Terrain 9, 1987, p.118.
13 P. Bouvier, « Perspective pour une socio-anthropologie du travail », Sociétés 2, 1984, p.9.
14 Les affiches de combat des boxeurs anciens et actuels du club, leurs photos, rappellent l'identité du club et son prestige, les représentations des champions signalent la possible réussite individuelle.
15 J. Rémy, L. Voyé, Ville, ordre et violence, Paris, PUF, 1981, p.88.
16 Le nom produit la norme, cf. H. Raymond, « Habitat, modèles culturels et architecture », Architecture d'aujourd'hui 179, 1979 ; M. Augé, Non-lieux, Paris, Seuil, 1992.
17 Sur les notions de type et contre-type, cf. D. Pinson, « Modèles d'habitat et contre-types domestiques au Maroc », URBAMA-URA 365, 1992.
18 On se référera aux travaux d'Alain Tarrius sur la territorialité. Le concept de territoires circulatoires, productions de mémoires collectives, pourrait être utile à l'étude d'ensembles populationnels : « une mémoire, devenue collective, réalise une entité territoriale ». A. Tarrius, « Territoires circulatoires et espaces urbains », ARU 59-60, 1993, p.52.
19 Cf. J. F. Poltorak, « L'éthique des boxeurs », Mémoire, Université Paris X - Nanterre, 1993. A l'occasion de ce rituel, on observe que les conceptions du sport des dirigeants officiels du club et des acteurs centraux du Boxing club divergent sensiblement. Sur ces conceptions antagonistes du sport, cf. J. M. Faure, « Rapports de pouvoir et pratiques sportives », in Anthropologie du Sport, AFIRSE, 1991, pp.42-49.
20 Nous nous référons essentiellement à la théorie du rite comme drame présentée dans R. Da Matta, Carnavals, bandits et héros, Paris, Seuil, 1983.
21 Cf. A. Giddens, La constitution de la société, Paris, PUF, 1987, p.136.
22 Cf. R. Da Matta, op. cit., p.83. Dans le gym décrit par L. Wacquant (op. cit., p.42) les sujets « sérieux » sont exclus des conversations, de telles discussions « pourraient perturber et (…) entraver le bon déroulement des échanges et donc (…) mettre en danger la sous-culture spécifique qui s'y perpétue ».
23 Cf. P. Bouvier, « Citoyenneté et exclusion », Ethnologie française XXVI, 1996, pp.248-254.
24 La boxe fut de tout temps un lieu d'accueil de migrants des campagnes et de l'étranger. C'est un sujet considérable, nous ne pouvons le problématiser ici.
25 La notion d'ascèse qualifie ces modalités de pratique d'un sport caractérisées par une non jouissance immédiate des profits procurés par l'activité. J. M. Faure, « L'éthique puritaine du marathonien », Esprit 125, 1987, pp.36-41.
26 Cité par L. Wacquant, op. cit., p. 66.
27 Cf. S. Juan, Sociologie des genres de vie, Paris, PUF, 1991.
28 Elles concernent aussi bien la boxe que l'hors-boxe ; les problèmes d'organisation du temps quotidien, les problèmes familiaux et professionnels (ou scolaires) sont notamment abordés. Jeannot se réfère généralement à sa propre expérience pour appuyer ses démonstrations, c'est ce qui parle aux jeunes boxeurs.
29 Cf. A. Ehrenberg, Le Culte de la performance, Paris, Calmann-Lévy, 1991. On y lira, entre autres, une présentation et une mise en perspective des mythes du sport et notamment de la boxe.
30 L'intériorité s'oppose à l'extériorité. L'extériorité désigne le caractère des individus qui se réfèrent à des causes externes (Dieu, tel ou tel déterminisme social ou biologique, la chance ou la malchance, etc.) pour expliquer et/ou justifier ce qui leur arrive. L'intériorité correspond à l'état d'esprit des individus qui cherchent en eux-mêmes les raisons de leurs réussites ou de leurs échecs.
31 J. L. Genard, Sociologie de l'éthique, Paris, L'Harmattan, 1992.
32 Cf. L. Wacquant, op. cit., pp.56-62.
33 J. L. Genard, op. cit., p.123. Nous nous référons à la théorie de l'identification proposée par cet auteur, pp.77-141.
34 Cf. P. Bourdieu, Ce que parler veut dire, Paris, Fayard, 1992.
35 Personne : dimension collective de l'individualité (cf. R. Da Matta, op. cit.). Par l'institution, l'individu devient personne, porteur de ce social, l'ensemble populationnel, ses valeurs.
36 Cf. J. L. Genard, op. cit., p.113.
37 Nous renvoyons aux éléments d'une théorie de l'usage présentés dans S. Juan, Les formes élémentaires de la vie quotidienne, op. cit., pp.163-179.
38 Ibid., p.248.
39 Sur la régionalisation, cf. A. Giddens, op. cit., pp.163-200.
40 Sur ce concept, cf. U. Hannerz, Explorer la ville, Paris, Minuit, 1983, p.313 : « les révélations donnent [à la relation] une dimension sociable… »
41 « Il y aurait (…) deux types d'usages dans la vie quotidienne. D'une part ceux qui, uniquement centrés sur le présent et l'événement, n'impliquent pas d'échange, de don ni de contre-don, le contact social est évanescent et ils sont intransitifs. D'autre part, les usages transitifs qui coïncident, au contraire, avec une forte charge symbolique véhiculée par l'action» S. Juan, op.cit., p.253.
42 Cf. C. Javeau, « Au degré zéro de la vie quotidienne », in La société au jour le jour, Bruxelles, De Boeck, 1991, pp.139-152.
43 Cf. A. Giddens, op. cit., notamment pp.113, 115, 157 et 433.
44 Cf. P. Bouvier, Le travail au quotidien. Une démarche socio-anthropologique, Paris, PUF, 1989, pp.153-169.
45 Cf. U. Hannerz, « L'individu vivant sur le mode de la ségrégation a donc deux ou plus de deux segments de son réseau qui demeurent bien distincts », op. cit., pp. 319-322.
46 Voir le documentaire de D. Golfier : « J. A. Fox, A l'ombre du ring », Arte, 10/4/1994.
47 Sur les rites contemporains, cf. C. Rivière, Les rites profanes, Paris, PUF, 1995.
48 Sur la gestion temporelle du capital corporel du boxeur, cf. L. Wacquant, op. cit., pp.62-67.
49 Cf. J. M. Jamet, op. cit., pp.153-171.
50 Sur les rites d'affirmation et d'accoutumance, cf. P. Bouvier, Socio-anthropologie du contemporain, op. cit., pp.123-126.
51 Cf. J. Ortega y Gasset, El hombre y la gente, Madrid, Alianza Editorial, 1980.
52 Mais ce genre de démonstration ne se répète pas avec la même intensité à chaque combat ou même à chaque réunion, loin de là. Ce qui déclenche est mystérieux.
53 Les stigmates ont une fonction semblable. Cette illusion biographique est certainement « un piège à sociologue » : si elle fait sens pour les acteurs, elle n'offre pas le sens de leur vie. Cf. P. Bourdieu, « l'illusion biographique », in Raisons pratiques, sur la théorie de l'action, Paris, Seuil, 1994, pp.81-89 ; S. Juan, op. cit., pp.244-245.
54 Cf. P. Bourdieu, Réponses, Paris, Seuil, 1992, p.73.
55 Cf. S. Juan, op. cit.
56 Ces institutions ne sont pas immuables, les règles ont ainsi évolué notamment en fonction des dispositions des différents acteurs (spectateurs et pratiquants) à l'égard de la violence physique. Tant qu'à la symbolique de l'usage, c'est un complexe d'idéaux, de valeurs institutionnalisés – l'idéologie du sport – et de représentations des pratiquants sédimentées au fil du temps.
57 S. Juan, Sociologie des genres de vie, op. cit., p.145.
58 Ibid.
59 Ce fut certainement la perception par les boxeurs et l'entraîneur de cette possibilité d'expression qui légitima notre présence et nous permit de passer, finalement « sans dégât », de l'immersion opaque à l'immersion transparente.
60 Sur les notions de mode de vie, style de vie et genre de vie, cf. S. Juan, op. cit.
61 S. Juan, Les formes élémentaires de la vie quotidienne, op. cit., p.173. Nous pourrions sûrement raisonner en terme de « milieu » si l'objet d'étude présentait des conditions de travail, de vie et de résidence identiques. On pense notamment à cet ensemble populationnel productif : le secteur minier du Nord-Pas-De-Calais, cf. P. Bouvier, Socio-anthropologie du contemporain, op. cit., p.120. Ces cas se font rares.
62 Un « noyau dur d'identité sociale », cf. S. Juan, Sociologie des genres de vie, op. cit., p.139. Dans les sociétés modernes, on observe une multiplicité concomitante de statuts qui désignent des positions simultanées de l'acteur dans divers systèmes de relations sociales. Il est difficile de maintenir la définition de l'identité comme ensemble des positions que l'acteur doit tenir dans les différents espaces sociaux traversés par ses sentiers de vie et de vie quotidienne : cette identité serait pour le moins éclatée. Doit-on alors s'obstiner à chercher des « noyaux durs » d'identités sociales ?

La notion de région intermédiaire est empruntée à Roberto Da Matta et traitée « librement » (R. Da Matta, op. cit., p.39).

Sur le concept d'inhérence sociétale, cf. F. Masnata, Le politique et la liberté, Paris, L'Harmattan, 1990.

63 Cf. S. Juan, op. cit., pp.72-85.
64 La sociabilité pugilistique eut pour support des institutions. On parlera ainsi d'une « boxe des corons ». Elle est aujourd'hui, alors que disparaît le lien communautaire, le produit d'un travail de l'acteur social sur son espace de vie quotidienne et sa situation sociale. Cf. A. Poirier, « Villes et sociabilités », in S. Juan, H.  Orain, A. Poirier, J. F. Poltorak, Les sentiers du quotidien, Paris, L'Harmattan, à paraître.
65 Cf. G. Balandier, « Essai d'identification du quotidien », Cahiers Internationaux de Sociologie LXXIV, 1983.
66 J. Rémy, L. Voyé, op. cit., p.89.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-François Poltorak, « Les boxeurs de Ménilmontant ne sont pas des Bororo. Mais… », Socio-anthropologie [En ligne], 1 | 1997, mis en ligne le 15 janvier 2003, consulté le 01 mai 2017. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/75

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Publications de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Revues.org