Navigation – Plan du site

De la raison patrimoniale aux mondes du patrimoine

Dominique Poulot

Texte intégral

1Aujourd’hui le patrimoine, devenu synonyme de lien social, est partout, de la mobilisation des corps politiques à l’institution culturelle. L’impératif de conservation de l’héritage, matériel et désormais immatériel, prend chaque jour un caractère plus général et plus contraignant, incarné par des dispositifs législatifs et réglementaires qui ne cessent d’étendre leur domaine d’application. Parallèlement, le tourisme, dans l’importance des enjeux économiques qu’il mobilise, fait de l’interprétation du patrimoine, voire de sa simulation, un instrument souvent décisif du développement local. Enfin, la réalité de destructions (iconoclasmes religieux ou idéologiques, dégâts collatéraux de conflits ou « domicides » concertés), que l’on avait eu sans doute tendance à sous-estimer ou à tenir pour abolies, et qui mobilisent les media, nourrit le sentiment d’urgence qui a toujours accompagné la conscience patrimoniale. L’affirmation d’un point de vue adverse – l’éventuel refus de la patrimonialisation ou sa critique radicale – ne peut apparaître que « vandale », à tout le moins insignifiante dans le débat public. L’émergence de critiques est devenue de fait très improbable en dehors de l’expression de diver-gences sur la manière de réaliser au mieux le traitement des monuments, des objets et des sites.

2Spécifiquement, la perspective « savante » en matière de patrimoine s’assimile à un relevé des expertises contradictoirement portées sur telle ou telle initiative de protection ou de restauration. L’histoire de l’administration culturelle, pour débarrassée qu’elle soit des arguties de militantismes contrariés, est souvent victime pour sa part de la diversité des champs d’intervention et des compétences dont elle doit rendre compte : elle fournit souvent un miroir aux partages entre disciplines spécialisées. Pourtant, de la même façon que l’injonction mémorielle a naguère permis à Pierre Nora de penser les lieux de mémoire nationaux, la vive actualité de la patrimonialisation invite à interroger la construction de cette forme d’obligation à l’égard de la présence matérielle du passé.

3Si, dans tous les cas, la perspective historienne peut faire prendre conscience des silences ou des exclusions en faveur d’objets oubliés ou négligés, elle ne se confond pas avec une profession de scepticisme, avec la dénonciation des abus du passé, ou avec la contestation du processus présent. En saisissant les patrimoines comme ensembles matériels et, indissolublement, comme savoirs, valeurs et régimes du sens, elle peut interroger l’évidence patrimoniale elle-même, tout à la fois imaginaire et institution.

4Le patrimoine s’inscrit à la croisée du regard savant porté sur des œuvres et des objets matériels, de l’historicité vécue d’une société, enfin de la poétique et de l’éthique du passé (l’exemplarité et l’adhésion, mais aussi l’émancipation ou la dénégation). En d’autres termes, l’évidence du patrimoine se décline dans les discours contemporains sous forme d’une « raison » spécifique, mais elle s’inscrit à l’horizon d’attente de différentes inventions du passé, et engage des pratiques d’admiration et de mémoire, de militantisme et d’attachement. En reprenant à nouveaux frais les grands récits du savoir antiquaire et historien, les perspectives de l’émotion (l’émerveillement, la résonance) et de la volonté politique et sociale, il s’agit de passer d’une généalogie de l’esthétique ou des disciplines savantes à l’intelligence des conventions patrimoniales quant au régime matériel et à la grandeur du passé. C’est ainsi que le présent numéro réunit diverses études touchant à des crises ou à des tensions sociales et politiques, à des polémiques et à des conflits artistiques et culturels, à des désemboîtements subits ou progressifs des rapports au passé et à l’avenir, tous moments qui voient l’invention de poétiques patrimoniales souvent inédites dans leurs définitions, leurs choix ou leurs exigences.

Le cas de la France contemporaine

5La littérature patrimoniale française, dans sa version contem-poraine, naît avec l’effroi devant le vandalisme ressenti pendant la Révolution par les amateurs et les hommes d’étude, effroi dont l’ombre portée pèse sur toute la génération de 1830, et connaît ultérieurement différents rejeux1. L’histoire du patrimoine au cours des XIXe et XXe siècles est de ce fait, majoritairement, le récit d’une lutte contre les destructions imbéciles, inscrite bon gré mal gré dans la dispute sur la responsabilité et l’étendue des destructions vandales. Spécifiquement, l’histoire des musées se confond avec la marche vers une socialisation élargie des collections : elle peut illustrer tantôt – de manière idéaltypique – le mode révolutionnaire de la création de musées, à partir d’œuvres nationalisées, dans un lieu créé ex nihilo par un État jacobin, tantôt le libre jeu de l’évergétisme ou du municipalisme. L’affrontement des thèses étatiques (le musée résultat de la sollicitude publique) et libérales (le musée fruit des intérêts de la société civile), marque ainsi l’histoire du patrimoine français – le colloque du Bicentenaire de l’arrêté consulaire du 14 fructidor an IX en a encore donné la preuve2.

6Au-delà de ces enjeux traditionnels, le patrimoine a connu une mutation fondamentale à la fin des années 1960. Loin de la défini-tion canonique d’un recueil de chefs-d’œuvre, il est devenu une image de la diversité des cultures et des pratiques sociales. Michel de Certeau, invité en 1974 par Augustin Girard à rédiger la postface de la première enquête sur les pratiques culturelles des Français, écrit : « La culture au singulier impose toujours la loi d’un pouvoir (tandis que) la culture au pluriel appelle sans cesse un combat3 ». Les politiques éducatives et culturelles de l’État-providence, durant ces dernières décennies, ont fait passer le culte de l’héritage de la préoccupation d’une mince élite à un engagement collectif, ne serait-ce que par délégation. Mais c’est seulement à l’occasion de manifestations comme l’Année du patrimoine, et avec l’institution d’une Direction du Patrimoine au Ministère de la Culture, que le terme a acquis sa signification présente, non sans quelques polémiques. Au cours de la dernière génération, le patrimoine a été surtout marqué par le passage d’une défense de monuments histo-riques stricto sensu à une perspective plus ample, exigeant, au nom d’une politique du développement culturel, la jouissance élargie d’ensembles urbains ou naturels.

7Les propos officiels témoignent d’un dessein militant en la matière, depuis les “nouveaux patrimoines” promus en 1981 jusqu’au colloque Les monuments historiques demain (Paris, La Salpêtrière, novembre 1984), les Rencontres Nationales des Ecomusées (En avant la mémoire ! 1986) ou le Forum du patrimoine à la Cité des sciences et de l’industrie de la Villette (1987). Une abondante littérature professionnelle s’emploie à inventorier des patrimoines inédits ou à reconsidérer les patrimoines déjà identifiés, qui requièrent dépoussiérage et mise à jour. Le rapport Querrien de 1982, Pour une nouvelle politique du patri-moine, résume commodément les traits utopiques et gestionnaires à la fois de cette réflexion qui veut « faire passer dans notre patrimoine le souffle de la vie et en finir avec une vision trop répandue selon laquelle le patrimoine ne serait qu’un ensemble de choses inertes »4.

Un intérêt professionnel et militant

8L’histoire de la patrimonialisation s’écrit, pour partie au moins, dans la presse – dans les revues spécialisées, certes, mais aussi dans les journaux d’opinion. Les publications plus ou moins institutionnelles, mais aussi certaines revues intellectuelles – Le Débat – ont joué un rôle de premier plan dans les différentes disputes patrimoniales depuis vingt ans. Spécifiquement, la critique artistique joue de facto un rôle patrimonialisateur quant aux créations contemporaines, et entend exercer son jugement sur les patrimonialisations en cours : la dernière génération a été marquée par les interventions à cet égard de divers historiens de l’art, dont celles d’André Chastel.

9Une part importante de cette littérature patrimoniale répond enfin à un dessein pédagogique. Bien des manuels d’histoire de l’art envisagent la patrimonialisation sous l’angle de la fortune critique des œuvres. Pour avoir été jusque-là moins développé en France que dans d’autres pays européens – l’Italie au premier chef – en raison de l’absence d’un enseignement régulier d’histoire de l’art dans le cadre scolaire, et d’une marginalité de la culture matérielle, cet intérêt est aujourd’hui croissant, comme le prouve la multiplication des chroniques de protection dans la littérature spécialisée : la législation, les campagnes de travaux, les restaurations et les transformations des œuvres font désormais partie de l’initiation au patrimoine.

10L’histoire du patrimoine s’écrit donc continûment au miroir de l’actualité. La perspective de lutte contre le vandalisme et ses ravages se poursuit au cours du second XXe siècle sur le mode du militantisme et de la dénonciation, de Louis Réau à Louis Chevallier, ou à Michel Fleury. Mais le lancement de l’Année du Patrimoine a conduit à l’émergence d’analyses qui entendent fournir une compréhension plus large du phénomène. André Chastel et Jean-Pierre Babelon, inaugurent en 1980 une perspective ouverte sur l’anthropologie qui, relayée par une réédition opportune5, s’est révélée féconde pendant une génération, celle des « années patrimoine »6, pour reprendre la formule de Martine Segalen. Puis l’entreprise conduite par Pierre Nora a marqué une sorte d’hégémonie historienne sur le sujet, qui s’efface aujourd’hui au sein d’un paysage intellectuel considérablement plus divers7.

11Sur le mode de la fiction ou de l’interrogation philosophique, on a vu fleurir, ces dernières années, des essais sur le trop de monuments ou sur la prolifération des musées. À l’inverse, archives, musées, institutions scientifiques, mobilisent acteurs politiques ou sociaux autour du repérage et de l’inventaire de collections de différente nature, afin de mener à bien des actions de valorisation. La « public history », sur le mode anglo-américain, que certains historiens contemporanéistes appelaient de leurs voeux au cours de la décennie 1980 a trouvé là l’une de ses très rares manifestations françaises. Simultanément, l’histoire des lois de protection, de leurs modalités d’application, des critères des interventions, est le plus souvent menée dans le cadre de tâches professionnelles, ou à l’occasion d’anniversaires et de rétrospectives. Elle suggère a posteriori une cohérence illusoire en rassemblant sous le terme de “patrimoine” des éléments qui n’en relevaient pas naguère ; elle construit par là une doctrine, et court le risque de s’abîmer peu ou prou dans l’expertise patrimoniale.

12Pour les acteurs du patrimoine bâti, l’essentiel de l’enjeu historien tient à la restauration, puisque l’architecte a besoin de l’histoire pour situer ses propres travaux. Cette perspective a peu à peu dessiné une histoire des monuments historiques, grâce à des monographies d’édifices, ou d’architectes, ou encore d’histoire des techniques de restauration. Dans les musées, ce sont les nécessités du récolement des collections qui déterminent traditionnellement l’intérêt historien. La rénovation récente des établissements a donné lieu à de nombreuses expositions commémoratives, aboutissant parfois à des catalogues de référence. L’exigence d’inventaires, liée aux réformes de la décentralisation, à la nouvelle loi musées, a enfin débouché sur un effort d’histoire des départements des grands musées et de leurs dépôts en province. Mais l’intérêt rétrospectif peut aussi naître d’une crise institutionnelle, ainsi d’une menace de destruction d’un édifice ou d’un fonds, de la liquidation ou du déménagement d’un musée : la fermeture du musée des ATP à Paris, et l’annonce de son transfert à Marseille sous un nouveau sigle et avec un nouveau concept ont entraîné une prolifération d’études et un intérêt inédit pour l’histoire du patrimoine ethno-logique. Dans le monde des bibliothèques la conscience d’avoir négligé les fonds anciens devant les impératifs de lecture publique a amené à considérer l’histoire d’un « patrimoine écrit ».

13Le cas français illustre ce que le sociologue Luigi Bobbio nomme la conception nationale-patrimoniale, fondée sur la métaphore de l’héritage, l’attribut de la souveraineté, l’élaboration d’un État-nation8. Une administration savante mobilise des savoirs érudits, accompagne les interventions protectrices ou les combat, justifie telle restauration ou tel inventaire, enfin légitime une mobilisation civique ou sociale. L’histoire de la patrimonia-lisation s’identifie alors à la chronique des productions scientifiques des administrations et des associations des siècles passés.

14Les épisodes de l’histoire patrimoniale française les plus étudiés sont à cet égard révélateurs : on y recense la Révolution française, l’épisode fondateur qui réunit Mérimée et Viollet-le-Duc, ensuite la séparation de l’Église et de l’État, avec Barrès et la politique de la beauté, le nouveau sentiment des sites et des paysages, enfin la volonté de recouvrer une place internationale perdue avec la proclamation par Georges Salles de la réconciliation de l’État et du génie, en 1947, à l’ouverture du musée d’art moderne. Cette ambition se poursuit avec le décret de nomination d’André Malraux comme ministre d’État des Affaires culturelles (le 3 février 1959), qui le charge « d’assurer la plus vaste audience à notre patrimoine culturel ».

15Les grandes entreprises d’édition, et les travaux collectifs, directement liés à l’administration patrimoniale première manière, s’étendent, dates larges, du ministère Malraux – l’Inventaire donne lieu à divers « Vocabulaires » et d’autres entreprises savantes naissent du laboratoire des ATP – à la décennie 1980, laquelle voit un retour sur soi en forme de bilan des pratiques savantes ainsi qu’une multiplication des perspectives et des initiatives. L’évolution ultérieure des structures patrimoniales entraîne des changements d’orientation éditoriale au sein des principales publications spécia-lisées (de Monuments Historiques à Monumental, des Cahiers de l’École Nationale du Patrimoine à Patrimoine, en passant par les Notes et documents des Musées de France).

16Mais la manifestation la plus éclatante d’un changement de l’approche intellectuelle du patrimoine au sein du milieu conser-vateur a été le nouveau tour pris par les colloques professionnels : jusque-là exclusivement consacrés à des aspects techniques de restauration ou de conservation, les Entretiens du Patrimoine ont mobilisé de nombreux historiens au fil de volumes thématiques, leur permettant de faire partager leurs préoccupations à un public d’experts. Tel a été le cas, successivement, de Science et Conscience du patrimoine, 1994, sous la présidence de Pierre Nora, de Patrimoine, Temps, Espace, 1996, sous la présidence de François Furet, de Patrimoine et Passions identitaires, 1997, sous la présidence de Jacques Le Goff, tandis que L’abus monumental était confié à Régis Debray médiologue en 1999, Ville d’hier, ville d’aujourd’hui à l’historien de l’art François Loyer, 2001, et Le regard de l’histoire, à un nouvel historien, Henry Rousso, 2003. Les dernières éditions ont été organisées, plus classiquement, par Bruno Foucart, et par Jean-Pierre Babelon, historiens de l’art et militants du patrimoine.

17Semblable évolution manifeste assez combien la recherche a été marquée, depuis une vingtaine d’années, par la multiplication des disciplines concernées : les historiens d’art ont été peu à peu rejoints par les historiens, les économistes, les politistes et les sociologues, les géographes « culturalistes » ou les juristes, ainsi que par les spécialistes des sciences de l’information et de la communication. À la faveur de ces mutations rapides s’affirme et se développe une histoire des institutions et de leur fonctionnement, tantôt sous la forme d’une histoire-mémoire officielle, tantôt dans la perspective d’une sociologie du fonctionnement administratif, qui s’attache à ses enjeux et à ses limites à travers l’action des agents. Il est sans doute significatif d’une forme d’exception française qu’une partie de cette recherche ait trouvé asile et encouragement au sein du Comité d’histoire du Ministère de la Culture, ou bien encore dans le cadre – éphémère – d’un Comité d’histoire des musées de France qui organisa en 1994 un premier et unique colloque. L’histoire des formes patrimoniales de l’éducation nationale est en cours : la réticence française devant l’histoire des sciences et des techniques est ici à incriminer autant que le long désintérêt des tutelles. En revanche, le rôle joué par l’archéologie dans la construction des identités nationales, dans la conservation et dans la mise en scène ou la réélaboration du passé, est devenu central pour l’économie de la discipline elle-même. Enfin, le cas des ethnologues mériterait un examen particulier, quand le retour sur soi devient partie intégrale de leur démarche scientifique.

Les mondes du patrimoine

18Une des voies d’un possible renouvellement des perspectives tient à l’approche du patrimoine envisagé comme terrain de rencontre entre l’État et les associations, qui évite de le rabattre sur les effets d’institutionnalisation produits par les définitions et les sources administratives. Il s’agit alors de mettre en évidence les articulations entre législation, savoirs érudits, manifestations de goût, positions politiques, investissements publics ou privés, bref de renouer les fils d’une histoire des patrimonialisations. Dans cette perspective, le rôle des patrimonialisateurs ne saurait être surestimé, comme celui des critiques ou des intermédiaires non académiques, journalistes, responsables d’associations, entrepreneurs, polygraphes érudits ou utopistes, etc. L’exercice même de la responsabilité patrimoniale devrait faire l’objet d’enquêtes : cet ego-patrimoine, si l’on ose dire, a ses règles et ses exigences, qu’il conviendrait d’interroger.

19Cette « France patrimoniale » est une France de profes-sionnels et de militants tout ensemble, mais dont on saisit mal, souvent, les liens avec la France « vandale » sur laquelle elle se détache. À défaut d’une prise de parole des destructeurs mutiques, un renversement de perspective apporté par les anthropologues, notamment, mais pas exclusivement, a amené une histoire du patrimoine vécu, reçu, visité, attendu. La sociologie des publics avait quelque peu inauguré ce chantier – depuis la monographie d’Alain Darbel et Pierre Bourdieu sur L’amour de l’art, publiée en 1969 à partir d’enquêtes de 1964-1965, et la parution ultérieure des Pratiques culturelles des Français. À partir des années 1980 les demandes se sont multipliées à cet égard, liées à la rénovation des musées et aux commandes institutionnelles sur l’évolution des publics d’expositions. Les ethnologues ont, de leur côté, envisagé la manière dont les monuments sont « vécus » par leurs habitants. Ces travaux interrogent le lieu commun d’une entrée en patrimoine comme rupture, mise entre parenthèses ou fin de la vie sociale des objets.

20Car les imaginaires du patrimoine peuvent, selon les cas, engager des identifications personnelles, provoquer des débats au sein de communautés spécialisées, ou encore accompagner des pratiques collectives – des modes de vivre l’héritage « inventé » ou « construit ». On touche par là à une histoire du sensible autant qu’à l’histoire politique – ainsi que le montre la déconstruction par Marie-Ange Lasmènes des stéréotypes liés aux représentations patrimoniales de la poterie d’art à Biot. Mais l’histoire du patrimoine est aussi partie prenante de la construction des savoirs, de la mise en forme de disciplines, au sein de la culture visuelle commune. C’est pourquoi, sans doute, les questions de mise en scène constituent un registre familier des régimes de patrimonia-lisation, jusqu’à celle du paysage naturel ou urbain : le marquage du territoire par des plaques historiques, qu’étudie Juliette Dutour, en fournit un exemple emblématique dans le cadre d’une construction nationale récente. Plus largement, le rapport complexe des apprentissages érudits et sensibles à l’écologie des lieux se joue à travers guides, récits de voyage, correspondances, journaux, cata-logues, en fonction des reproductions qui circulent, de l’importance des évocations ou des citations.

21L’histoire de la révélation ou de la (re)connaissance du patrimoine montre l’élaboration simultanée, à travers parcours, inventaires et commerces, des « trouvailles », des inventeurs et des styles d’héritages. De tels scénarios, savants ou familiers, obéissent aux modèles d’apostolat patrimonial disponibles à chaque instant, selon chaque contexte. En effet, des morales individuelles et des éthiques collectives s’élaborent ou se reconfigurent à l’endroit de legs plus ou moins revendiqués et de découvertes plus ou moins opportunes pour l’identité d’une population, sa mémoire ou ses pratiques. Les figures de porte-parole ou d’avocats de ces appro-priations – l’antiquaire et sa ruine, le conservateur et son musée, le folkloriste et son terrain – sont passées peu à peu à l’état de stéréotypes. D’autres sont aujourd’hui inventées ou réinventées, ainsi du paysan et son champ dans la nouvelle ruralité que décrit Monique Poulot. Leur examen permet d’interroger les identités que construit le recyclage d’images, d’objets et de pratiques tombés en déshérence et simultanément « donnés » en héritage à qui sait en profiter. La lecture de l’usage des territoires retrouve la sociologie critique du patrimoine9.

22Les guides de recherche ou les manuels pédagogiques, les papiers de ministère et les procès-verbaux des sociétés savantes, les romans familiaux des patrimonialisateurs – et plus largement toute la littérature de l’attachement aux monuments pertinents – nourrissent spéculations généalogiques et professions de foi, nomenclatures et déclinaisons de hiérarchies. L’homme du patrimoine doit doter l’objet de ses coordonnées – temporelles, spatiales – pour le situer, l’expliquer, l’interpréter. Les principes de construction des corpus, les réponses aux problèmes de définition, les modes d’enregistrement, présupposent des catégories à remplir, des lieux à vérifier, bref un territoire à arpenter, une chronologie à décliner. Cette démarche est toujours peu ou prou une autodidaxie, comme on l’affirmait dès le XVIIIe siècle du connoisseurship, tenu pour un savoir appris à force de « courses », c’est-à-dire de voyages et d’échanges.

23Dans tous les cas, les découvertes improvisées et les missions planifiées, les visites et les collectes, les compilations et les enquêtes, les interventions restauratrices et les apprentissages de savoir-faire élaborent et sanctionnent des procédures. Les détails à saisir, ou, au contraire les parties à négliger, répondent à divers genres d’inscription du notoire et du pertinent au sein de répertoires à construire. Tenter une histoire patrimoniale de la culture matérielle exige de se pencher sur tous les gestes et les savoirs qui en orga-nisent la perception et la représentation entre savoirs locaux et connaissances générales. Le journalisme patrimonial, si l’on peut l’appeler ainsi, qui annonce périodiquement « inventions » et découvertes, travaille régulièrement à semblables ajustements – contribuant autant à normaliser les différences qu’à mettre en exergue la singularité d’un monument ou d’une pièce pour l’intelligence et la fierté collectives.

24Au-delà d’une géographie inscrite dans la longue durée, essentielle à la configuration patrimoniale, les inventions bien préparées dessinent une hiérarchie des « patrimonialisateurs ». Ces derniers entretiennent un dialogue complexe avec les collec-tionneurs, avec des « accumulateurs » plus « sauvages », liés par exemple à l’imaginaire archéologique ou à des formes alternatives d’artification, ou encore avec les acteurs de folklorismes attachés à une « performativité » commémorative. Les histoires de vies ou les romans familiaux – ceux évoqués ici par Irène Maffi et Valérie Rousseau, Mercedes Volait et Muriel Girard – offrent la possibilité d’articuler de la sorte singularité d’engagements particuliers et partage de valeurs collectives. La réussite ou l’échec de tels personnages renvoie à l’économie des connaissances ou des engouements – à l’histoire des partages et des reconnaissances, des limites et des dépendances.

25En considérant les différents degrés d’intimité sociale avec diverses catégories de passé matériel, et les distributions inégales de « grandeurs » entre collections et musées - comme le fait Irène Maffi dans le cas jordanien – la question est de savoir comment l’ancien régime des objets de mémoire et de leurs civilités peut se combiner ou s’effacer au profit de nouvelles références et de nouveaux partages. Mercedes Volait montre, avec Muriel Girard, que la demande de protection patrimoniale s’était engagée de manière croisée autour de la Méditerranée et que les images patrimoniales actuellement mises en œuvre ont hérité des repré-sentations anciennes, tout en professant la réalité nouvelle, ce qui rend douteuse l’hypothèse d’un patrimoine postcolonial10.

26Sur un autre plan, au cours des constructions des États-Nations, bien des « amis d’objets » semblent avoir été dépossédés, tant matériellement que symboliquement, de leurs dispositions individuelles à l’expérience historique au fur et à mesure de l’élaboration d’un mouvement collectif dédié au « patrimoine » et à l’histoire nationale. Dans le monde postmoderne, l’ouverture de musées publics peut susciter de nouvelles prises de parole devant de potentiels objets d’attachement, qu’ils soient nationaux ou exotiques, qu’ils relèvent de la haute culture ou de ses marges, comme dans le cas des musées de l’Yonne, à rebours d’une instru-mentalisation univoque. La prolifération des objets patrimonialisés dont on jouit et pour lesquels on se bat – ou non – pose à nouveaux frais les questions de l’adhésion des citoyens à un dépôt de valeurs, voire à un « common interest », sinon à un enjeu territorial qui va des lieux de mémoire à la protection du cadre de vie (Juliette Dutour et Monique Poulot). Tout ceci compose ce qu’on pourrait nommer la « moralité » du patrimoine dans les représentations collectives : c’est là un champ d’enquêtes, entre épistémologie, esthétique et politique, tel que le dessine le cas de la verrerie de Biot ou celui des beautés provençales11.

27Si l’histoire du patrimoine a été longtemps prise dans une logique de réparation, quant à des œuvres ou à des objets saisis et collectés, quant à des monuments mutilés ou négligés, quant à des lieux ou à des pratiques effacés ou recouverts, ce qui interdisait de la penser autrement que sur le mode de la restitution de l’authentique, il n’en va plus de même aujourd’hui. Même quand il est réguliè-rement purifié ou refait à neuf, le sens patrimonial n’est jamais univoque, qui inscrit à chaque instant sa négociation au sein des mondes du patrimoine, pour reprendre la fameuse expression de Howard Becker.

Haut de page

Notes

1 Je me permets de renvoyer à Dominique Poulot, Musée, nation, patrimoine, 1789-1815, Paris, Gallimard, 1997, « La légende du patrimoine », pp. 11-33.
2 Le rôle de l’État dans la constitution des collections des musées de France et d’Europe, Paris, Direction des Musées de France, 2001.
3 Pratiques culturelles des Français, Paris, Ministère des affaires culturelles, 1974, p. 175.
4 La Documentation française, pp. 5-7.
5 J.-P. Babelon, A. Chastel, La notion de patrimoine, Paris, Liana Levi, 1994.
6 M. Segalen, « Le patrimoine et l’Europe », Journal du CNRS, n° 184, mai 2005.
7 Pierre Nora, Les lieux de mémoire, Paris, Editions Gallimard, 1984-1992.
8 Luigi Bobbio, Le politiche dei beni culturali in Europa, Bologne, Il Mulino, 1992.
9 Yves Aguilar, « La Chartreuse de Mirande. Le Monument historique, produit dun classement de classe », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 42, avril 1982, pp. 76-85.
10 Geoff D. Porter, « Unwitting Actors: The Preservation of Fez’s Cultural Heritage », Radical History Review, 86, Spring 2003, pp. 123-148, et plus largement Barbara Kirshenblatt-Gimblett, Destination Culture : Tourism, Museums, and Heritage, Berkeley, University of California Press, 1998.
11 Jean-Louis Fabiani, Beautés du Sud. La Provence à l’épreuve des jugements de goût, L’Harmattan, 2006.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Poulot, « De la raison patrimoniale aux mondes du patrimoine », Socio-anthropologie [En ligne], 19 | 2006, mis en ligne le 31 octobre 2007, consulté le 23 juin 2017. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/753

Haut de page

Auteur

Dominique Poulot

Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UMR CNRS 8177 IIAC

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Publications de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Revues.org