Navigation – Plan du site

Les enfants de la rue à Abidjan

Léa Salmon

Texte intégral

L’ambiguïté de la notion d’exclusion sociale

1La notion d’exclusion sociale désigne l’action d’exclure de la société, c'est-à-dire de séparer un individu ou un groupe de la société. Ce mot vient du latin excludere qui signifie renvoyer, mettre en dehors de. Si la définition sémantique est incontestable, cette notion contient en revanche un champ conceptuel très étendu. En effet, elle peut aussi bien désigner les personnes rejetées à cause de leurs états-attributs physiques (minorités ethniques ou de couleur, personnes handicapées, personnes âgées...) que les personnes rejetées à cause de leurs actions (personnes droguées, alcooliques, ou déviantes). Cette définition large s'applique aussi à un rejet par le fait de valeurs religieuses ou d'opinions politiques autres. Enfin, certaines personnes sont tout simplement exclues par suite de leur inaction (volontaire ou non), ce sont surtout les chômeurs de longue durée.

2C’est cette pluralité des formes d’exclusion utilisée par le discours commun qui la rend incompréhensible, comme vidé de son sens originel. Aujourd’hui presque tous les fléaux sociaux portent le nom d’exclusion sociale. On assiste alors à un éclatement du concept, ce qui rend le phénomène difficile à traiter et les mesures non adaptées.

3Le concept d’exclusion a donc été déconstruit puis reconstruit grâce à la définition des seuils de normalité. Il s’agit des seuils en deçà desquels une personne peut être considérée comme normale ou anormale. Ces seuils de normalité ont un caractère soit explicite, soit implicite. Dans le premier cas, il s’agit des normes juridiques écrites qui s’appliquent à tout le monde, nul n’est censé ignoré la loi. C’est donc à juste titre que les personnes qui n’ont pas respecté la loi ou ont mené des actions allant à l’encontre des règles juridiques sont considérées comme des hors normes ou des hors la loi. En revanche, le caractère implicite de la normalité fait allusion aux seuils tacites existant dans la vie professionnelle et privée. Il s’agit des normes économiques, scolaires, culturelles, etc. Toutefois, ceux-ci ne suffisent pas à reconnaître les individus qui sont dans une situation d’exclusion parce qu’ils sont implicitement définis par la société. Ils peuvent cependant contribuer à les y conduire, du fait de leur caractère stigmatisant. En effet, une personne peut vivre en dessous du seuil de pauvreté avec une vie familiale stable ou inversement et avoir une vie normale ; mais le problème de l’exclusion va se poser si cette personne intériorise l’effet négatif de son problème et refuse de faire des efforts pour s’en sortir. Cette personne aura tendance à accumuler les handicaps selon l'expression de Xiberras1.

4Par ailleurs, le terme d’exclusion doit être saisi dans sa globalité pour être opératoire. C’est à dire qu’il doit être perçu comme une triple rupture :

5– une rupture du lien social

6– une rupture du lien des institutions

7– une rupture du lien symbolique.

8Le lien social est ce qui unit un individu à la société, autrement dit ce qui le rend socialement repérable des autres (de par sa fonction sociale et économique). La rupture du lien des institutions s’opère quant à elle lorsque l’individu est rejeté de la sphère scolaire et familiale (les deux principales institutions de socialisation). Enfin, on entend par rupture du lien symbolique le rejet des valeurs spirituelles des représentations collectives.

9On peut considérer que cette trilogie des ruptures se manifeste dans les pays africains et dans d’autres pays sous-développés d’Amérique Latine, à travers une catégorie d’enfants livrés à eux-mêmes, qu’il est communément admis d’appeler les enfants de la rue.

Le concept d'enfant de la rue

10Cette population infantile de la rue est constituée de mineurs de sexe masculin (dans la grande majorité des cas) dont l’âge varie selon les pays entre huit et dix-huit ans, parfois plus. Ces enfants se retrouvent dans la rue car c’est le seul endroit qui leur demeure accessible.

11Si on arrive à déterminer de façon relativement simple la composition des jeunes de la rue, il est en revanche difficile de définir précisément ce concept qui s’avère mal connu. Ainsi, par exemple, le terme enfant de la rue semble recouvrir une classe de population uniforme, notamment par l'âge comme le sous-entend le mot enfant. Toutefois, est-ce aussi simple ? Le terme d'enfant a en effet une connotation précise dans une société africaine et désigne un individu qui n'est pas reconnu comme adulte par le corps social, ceci l'excluant des droits, privilèges mais aussi obligations qui sont attachés à cet état. De fait, un enfant est une personne en voie de socialisation, les modalités diffèrent selon les ethnies. Bien que l'âge légal de la majorité, la reconnaissance d'un statut d'adulte dans la sphère moderne de la société, soit de 21 ans en Côte d'Ivoire, les jeunes peuvent être reconnus comme adulte avant ou après cet âge dans la société traditionnelle. Ainsi, l'enfant est adulte dès l'âge de 18 ans chez les Malinkés tandis qu'il faut atteindre l'âge de 28 ans pour l'être chez les Sénoufos. Par ailleurs, la société, encore à dominante traditionnelle, ne reconnaît pas vraiment cette disposition légale entre la tradition et une modernité importée. Ainsi, le terme enfant en apparence précis est bien plus flou quand on le transpose dans le système de valeur africain, un enfant au sens social pouvant être âgé de huit ans comme de trente ans.

12Par ailleurs, les définitions proposées jusqu’à présent sont floues et imprécises. Soit elles prennent en compte les causes qui ont conduit les enfants dans la rue, on parle alors de définition analytique, soit elles définissent le concept en fonction des normes et valeurs développées par les enfants de la rue, il s’agit alors d'une définition normative, soit enfin la définition descriptive privilégie les conditions d’existence des enfants.

13La définition la plus récente postule qu’« un enfant ou un jeune de la rue est un mineur sans protection adéquate et qui a élu domicile dans la rue2 ». Deux remarques peuvent être formulées au regard de cette définition. D’une part, le terme de la rue est utilisé au sens large et désigne un espace multivarié. La rue peut aussi bien désigner un marché, une gare ou un terrain vague, etc. D’autre part, cette définition fait abstraction de la notion du temps. En effet, à partir de combien de temps peut-on considérer ces jeunes comme des enfants de la rue ? Certains rentrent chez eux après un séjour plus ou moins long passé dans la rue, d'autres travaillent chaque jour dans la rue et retournent le soir dans leur famille, parfois d'ailleurs certains ne parviennent jamais à quitter la rue.

14Le problème de la définition du concept implique aussi celui de l’évaluation du nombre des enfants de la rue et influence in fine les politiques sociales. En effet, pour pouvoir lutter contre un fléau il faut au préalable identifier la cible. Il paraît ainsi pertinent de retenir une définition prenant en compte la complexité du phénomène. C’est donc une définition d'ordre descriptif des conditions de vie qui semble être la plus pertinente d'un point de vue opérationnel.

15L’Unicef définit les enfants de la rue en fonction des paramètres suivants :

16– ils habitent la ville

17– les relations familiales sont faibles si elles existent

18– les enfants développent des stratégies de survie

19– la rue est leur habitat principal et remplace la famille en tant qu’instance de socialisation

20– les enfants sont exposés à des risques spécifiques importants.

21Ces enfants de la rue sont à distinguer des enfants dans la rue qui travaillent dans la rue et qui rentrent quotidiennement dans leur famille. Toutefois, ils ont des caractéristiques communes qui sont liées à la vie menée dans la rue. Ils développent des stratégies de survie parce que la rue leur fournit des ressources nécessaires pour survivre, mais c’est à eux de tirer un profit de ces ressources en prenant des initiatives, en menant des actions dynamiques pour rester en vie et se protéger contre d’éventuelles menaces.

22Il paraît aussi intéressant de noter que cette population infantile suscite des réactions méprisantes et le plus souvent excluantes dans les pays en développement. Celles-ci se manifestent par un labelling qui varie selon les pays. Ainsi, au Pérou, les enfants de la rue sont nommés pajaro frutero ou oiseau fruitier, car ils volent des fruits au marché pour se nourrir. Au Rwanda, ils portent le surnom de saligoman ou sale gamin, au Zaïre ils font figure de moineaux, etc.

Le contexte ivoirien

23La particularité de la société ivoirienne réside dans sa dualité fondée sur deux formes d’organisations différentes qui coexistent avec plus ou moins de succès : une forme traditionnelle et une forme moderne. Les événements historiques expliquent en grande partie cette dualité. Nous allons voir que cette coexistence se traduit par une désorganisation profonde, les référentiels changeant en fonction des circonstances.

24L’évolution de la famille ivoirienne illustre bien le caractère ambivalent de cette société. La famille évolue peu à peu d’une structure étendue traditionnelle à un schéma « moderne ». Ce processus induit une bipolarisation apparente, les deux formes coexistant encore. On peut escompter à terme, si la Côte d’Ivoire suit les schémas démographiques courants, que la forme nucléaire devienne dominante. Cependant, la famille étendue, celle qui, selon P. du Prey, ajoute à la famille conjugale les cousins, les oncles, les alliés, demeure une entité qui parvient encore à s’imposer, particulièrement lors de circonstances difficiles (décès, problèmes dans la sphère des activités économiques, perte d’emploi nécessitant des ressources temporaires originaires in fine de la famille étendue,...).

25Les enfants et les jeunes (élément majeur de toute famille) occupent une place considérable dans la société ivoirienne. Cette catégorie de population est importante au plan démographique, environ 57% de la population ivoirienne est composée de personnes de moins de 20 ans. Les jeunes et les enfants sont par ailleurs l'objet de nombreuses attentions, surtout dans la sphère traditionnelle. Afin de mieux appréhender les facteurs entravant le développement de l’enfant dans la société moderne, nous allons préciser les modalités de sa socialisation dans le contexte traditionnel ivoirien.

La société traditionnelle :

Le processus de socialisation en milieu villageois

26A l'origine, la société ivoirienne est essentiellement rurale et c'est dans le village que se déroulent les principales activités sociales d'ordre traditionnel. La société traditionnelle ivoirienne est caractérisée par une organisation socio-économique de type communautaire (la gemeinschaft selon F.Tönnies) fondée sur la solidarité et l’union des groupes. Il s’agit ici de la solidarité mécanique de Durkheim car les comportements y sont similaires et il existe une conscience collective, un « état représentatif, cognitif et émotionnel, qui embrasse, outre la personne elle-même, tous les individus du groupe, de même que les intérêts et les valeurs culturelles ». (Durkeim, 18933).

27Dans ce type de société, deux pôles prédominent : la famille étendue ou élargie et la classe ou le groupe d’âge. Ces pôles de socialisation primaire et secondaire ont aussi un rôle politique, religieux, militaire nécessaire au bon fonctionnement de la communauté. Nous centrerons donc l'analyse du processus de socialisation en milieu villageois autour de la famille étendue et des sous groupes d’appartenance, c’est-à-dire les classes d’âge. 

Le rôle prépondérant de la famille étendue

28La famille étendue s’inscrit ici dans le cadre de référence villageois où prédomine l’attachement aux valeurs culturelles ainsi que le respect des normes coutumières. La famille étendue représente le lieu de socialisation initiale. La socialisation fait référence aux mécanismes par lesquels l’être humain est amené à participer aux normes, valeurs, et modèles de comportement de son groupe d’appartenance.

29En Afrique, et plus particulièrement en Côte d’Ivoire, l’enfant appartient dès sa naissance à une communauté, un lignage qui représente à la fois l’autorité, la protection et l’affection. Cette appartenance provient du fait que l'enfant représente l'ancêtre et perpétue le nom de la famille, il assure donc la continuité du lignage. Ainsi pour les Malinkés, i ka dei sro, i yre loh, l'homme se survit dans son enfant.

30L'autorité se manifeste par une pression communautaire – du village au niveau supérieur et de la famille étendue à un niveau inférieur – exercée sur ses membres : par exemple la violation de la coutume est considérée comme un préjudice qui mérite une sanction, les rebelles étant exclus du groupe. En revanche, le respect des règles établies octroie à l’individu un certain nombre de droits comme par exemple celui d’être protégé et soutenu dans les moments difficiles par le village et la famille étendue.

31La famille étendue n'est pas seulement un lieu de contraintes et de droits. Elle est aussi le lieu privilégié d'éducation des enfants et des jeunes. L’éducation dispensée par la famille étendue fait primer l’intérêt du groupe sur l’intérêt individuel puisque l’enfant est d’abord membre d’un groupe avant même d’être un individu. La référence à un groupe est donc un processus nécessaire à la société traditionnelle qui a une double fonction : comparative comme normative. Comparative, ce qui renvoie à Festiger pour qui chaque fois que l’homme a un problème d’évaluation ou qu’il se trouve dans l’incertitude, il se réfère à son groupe de référence. Normative, parce qu’elle permet l’intégration des normes au niveau de l’individu.

32L’enfant fait l’apprentissage de ces normes de façon progressive, ceci dès son entrée dans le monde des adultes. En Côte d’Ivoire, l’enfant est prématurément en contact avec les adultes qui lui apprennent à hiérarchiser les priorités et à se responsabiliser. Par exemple, l'aide d'un enfant aux travaux des champs est plus importante pour le groupe que le fait de satisfaire son désir individuel en lui permettant d'être inactif et de s'amuser. La hiérarchisation et la responsabilisation de l'enfant lui impose donc d'aller au champs, dès que le groupe le perçoit comme une nécessité. En outre, le contact prolongé avec les réalités quotidiennes permet à l’enfant de se comporter comme les autres membres du groupe. A ce propos, Durkheim relèvera que « lorsque l’enfant remarque que tout le monde autour de lui se comporte toujours de la même manière dans les mêmes circonstances, il considère qu’il est impossible de se comporter autrement4 ».

33Bien que de façon générale les sociétés traditionnelles ivoiriennes favorisent la primauté du groupe au travers de l’éducation, les modalités de la socialisation dévolue à la famille étendue varient d’une ethnie à l’autre. Le rôle est identique, mais les moyens et manifestations de la socialisation diffèrent.

34Ainsi chez les Malinkés du nord, on observe une répartition du travail et une éducation différenciée selon le sexe, qui renvoie à la place interne future de l'individu adulte dans la famille étendue. Ainsi, la mère apprendra très tôt à sa fille comment tenir un foyer tandis que le père initiera le garçon aux petits travaux d’élevage et de gardiennage des animaux. En outre, l’éducation théorique de l’enfant se fera par l’enseignement de la sagesse à travers les contes et les légendes du groupe. Suite à cette éducation on considère alors que l’enfant, entre sa dixième et sa quinzième année, est devenu autonome et qu’il est en âge de prendre des initiatives et des risques. On le mettra donc dans des situations où il sera en mesure de montrer sa bravoure face à un danger. Après cette sorte de parcours initiatique, le jeune ayant atteint sa dix-huitième année est supposé être socialisé et entre réellement dans le monde des adultes par le biais du mariage.

35Chez les Malinkés, le processus de socialisation se déroule donc en trois étapes, l'éducation appliquée et théorique initiale, la mise en pratique de l'acquis favorisant l'autonomisation et enfin l'accès au mariage qui donne une place entière dans la société.

36La socialisation de l'enfant se fait de façon différente chez les Sénoufos. Le processus de socialisation se déroule selon quatre étapes d'une durée respective de sept années. La base du processus d'assimilation des normes et valeurs est le poro5. Le poro peut être considéré comme une science qui permet de comprendre l’essence de l’homme et d’apprendre les différentes techniques de dépassement de soi. En effet, pour les Sénoufos, l’enfant en naissant est identique à un animal, et seul l’enseignement dispensé par le poro (métaphysique, sociologique, politique et technique) lui permettra de devenir une personne socialisée.

37La première étape appelée Kouord débute à l’âge de 7 ans, c’est à cette période que l’enfant fait l’apprentissage de petites corvées et de certains mots symboliques. La seconde étape correspond à celle du Dain. Il s’agit de la période pendant laquelle le jeune adolescent intègre les valeurs religieuses et les rites d’initiations. La troisième étape, dite Tcholo, permet au jeune homme d’apprendre les mystères qui lui étaient auparavant cachés. Il approfondira ainsi les enseignements de la théologie, de la philosophie, ainsi que l’étude des comportements sociaux. La quatrième étape constitue la dernière partie du processus de socialisation. On la nomme Kaffono parce qu’elle permet d’atteindre la connaissance suprême et l’intronisation parmi les initiés.

Le rôle des classes d’âge dans la socialisation des enfants en milieu villageois

38Panoff et Perrin6 définissent les classes d’âges comme un « ensemble d’individus ayant approximativement le même âge, de l’un ou de l’autre sexe, et qui sont organisés de manière cohérente en un groupe socialement reconnu, soumis aux mêmes “rites de passage”, ayant le même statut au sein de la société globale et exerçant les mêmes activités ».

39Cette définition montre bien que les classes d’âge sont des groupes organisés, ayant leurs propres règles et qui peuvent jouer un rôle important dans l’éducation de l’enfant. En effet, dans ces classes d’âge l’enfant fait l’apprentissage des normes communes par accord volontaire. Il s’agit d’une socialisation associative selon l’expression de M.Weber qui se différencie de la bande en milieu urbain à cause de son caractère officiel et formel au sein du groupe social.

40Toutefois, il peut arriver que l’enfant ne s’adapte pas dans sa classe d’âge et rejette « l’ordre social à l’état naissant » (P. Erny7). Dans ce cas, l’enfant n’est jamais mis en face de son échec : un statut particulier lui est attribué et par exemple il peut lui être proposé de faire un effort moins important. En plus de la classe d’âge, l’enfant est souvent en contact avec ses frères et soeurs ; ceux-ci participent aussi à l’éducation des plus jeunes.

41Cette étude de la socialisation en milieu villageois va nous permettre d'éclairer les dysfonctionnements de la société moderne urbaine, dus à la perte des valeurs traditionnelles, qui induisent une perte et un mélange des références. L'individualisation de la société moderne se heurte alors à l'importance du groupe dans une société traditionnelle où l'économique, tels que l'ont conçu A.Smith et ses successeurs néo-classiques8 n'a guère de sens.

42Il n'est pas erroné de considérer que l'avènement du modernisme en Côte d'Ivoire est fils de la colonisation. L'apport colonial a été tant technique qu'éducatif et psychologique. Les colons européens désireux d'exploiter les potentialités de ce pays ont commencé par importer des cultures commerciales telles que le café et le cacao. L'exportation de ces produits nécessitant des infrastructures (ferroviaires, routières et portuaires), celles-ci ont été mises en place dans un pays où, initialement, les seules voies de communication étaient des pistes. De plus, l'école a été conçue tout d'abord pour les fils de chefs dans le but de former une élite locale sur laquelle la puissance coloniale pourrait s'appuyer. Les changements psychologiques induits, bien que très lents, tiennent essentiellement à la mise en évidence auprès des ivoiriens des facteurs apparents de la superstructure du modernisme. Ce sont la monétarisation des échanges, l'arrivée d'instruments technologiquement avancés, la mise en place d'une administration impersonnelle substituant à la palabre traditionnelle des règles technocratiques sans appel.

43Ces principaux apports de la colonisation furent ensuite adaptés et utilisés après l’indépendance par les élites ivoiriennes comme fondement de la stratégie de développement du pays. La période post-coloniale est donc d'une certaine manière le continuum de la modernité initiée par le colonialisme.

44Toutefois, ce modernisme faiblement endogénéïsé a engendré une désorga­ni­sa­tion voire une anomie de la société ivoirienne. Cette désorganisation a profondément appauvri les relations humaines et a introduit un nouveau type de rapports sociaux basés sur l’individualisme. Cela se traduit par une désorganisation de la famille qui ne remplit plus correctement son rôle de socialisation, un système scolaire inefficace qui ne parvient pas à insérer les jeunes et le développement d'un milieu urbain hostile. De cet environnement désorganisé et désordonné l’enfant devient la première victime.

La Société moderne :

Lieu de désorganisation et de désocialisation

45Le concept de désorganisation sociale désigne ici la perte des valeurs traditionnelles et de la conscience collective ainsi que la valorisation de l’individualisme. Selon Coulon9, « Il y a désorganisation lorsque des attitudes individuelles ne peuvent trouver satisfaction dans les institutions, jugées périmées, du groupe primaire ».

46Cette désorganisation a modifié les rapports sociaux entre individus de la micro-société (composée de la famille, de l’école ou du travail), et de la macro-société (représentée par la ville) ainsi que les modes de socialisation. La socialisation consistant à inculquer normes, valeurs et croyances, on pourrait émettre l’hypothèse qu’une absence ou une insuffisance de socialisation conduit à la désocialisation.

La désorganisation de la famille traditionnelle

47Le processus de désorganisation de la structure familiale traditionnelle fut amorcé d'une manière formelle avec les lois de 1964 relatives au mariage10 qui allaient à l'encontre des institutions originelles. En effet, les principales dispositions de ces lois faisaient état de la suppression de la dot et de la polygamie, puis encouragaient la liberté de choix du conjoint, ceci dans le but de responsabiliser les époux et de les libérer du joug de la famille étendue. Par ailleurs, il a été instauré le régime de la communauté des biens dont le chef de famille est le principal garant, en l'occurrence l'homme. Cette dernière disposition ne manque pas d'ironie, si l'on prend en considération le fait que l'organisation de certaines ethnies ivoiriennes est d'ordre matrilinéaire et que les femmes assurent le bon fonctionnement de l'institution familiale. La famille de la modernité légale devient alors la famille composée du père, de la mère et des enfants.

48Il faut aussi souligner que ce facteur légal n'est pas le seul dans l'explication de la transformation de la famille. Les contraintes socio-économiques ont ici aussi leur mot à dire. La transformation de la structure de la famille s'est effectuée assez rapidement en milieu urbain. En effet, de nombreux citadins sont en fait d'anciens migrants qui se trouvent confrontés à deux types de problèmes qui distendent les liens d'avec la famille étendue. Le premier problème, d'ordre économique, est celui du coût de la vie en zone urbaine, tout spécialement à Abidjan. Il est assez difficile de survivre avec des ressources limitées, ce qui implique une plus grande difficulté à assurer des transferts aux personnes restées au village. Par ailleurs, la crise économique et une certaine lassitude des urbains à se voir dépouillés du fruit de leur travail par les parents (au sens large) restés au village, a amené de nombreuses personnes à être plus réticentes à maintenir des liens avec ces derniers. Le second problème repose sur l'éloignement géographique et le coût des transports. Le retour au village pour voir les parents ou à l'occasion d'événements particuliers (mariage, décès,...) n'est guère aisé car bien que les infrastructures routières soient assez développées en Côte d'Ivoire, elles n'abolissent ni les distances ni l'impact financier de ce retour aux sources.

49Enfin, on peut recenser une dernière raison d'ordre mimétique et ostentatoire. Si la chute de l'empire français a détruit le mythe de la toute puissance de l'homme blanc, celle-ci n'a pas aboli le pouvoir d'attraction du modernisme, réel ou supposé, qu'il représente. Pour certaines catégories de la population ivoirienne, notamment la fraction la plus éduquée qui a fait ses études à l'étranger, la famille monogame devient le symbole de la modernité. Reproduire ce schéma assure à l'individu qui fonde ce type de foyer un double positionnement, interne et externe à la société ivoirienne. Le positionnement interne permet de se séparer de la masse traditionnelle ivoirienne et de se désigner ainsi comme membre de la société moderne, l'Autre devient alors le villageois polygame. Le positionnement externe permet de tenter de se placer à égalité avec l'homme blanc, du moins sur ce plan, de se faire reconnaître par lui comme évolué...

50Quelles que soient les raisons du changement progressif de la structure familiale, cette dernière n'a pas été le seul élément modifié sous l'influence du modernisme. Un de ses effets sur les enfants tient au fait que les rapports parents-enfants ont considérablement changé, ceci en raison de la divergence d'intérêts suscitée par la société moderne. Les parents sont absorbés par leurs obligations respectives et n’ont pas assez de temps pour s’occuper de leurs enfants. En ville, ces derniers deviennent des poids pour leurs parents qui doivent assurer seuls leur éducation et ne peuvent guère leur confier de tâches significatives, contrairement au village où les enfants sont éduqués par la famille étendue et participent étroitement aux travaux de la communauté. Les enfants en milieu urbain n’ont donc pas ces relations étroites et gratifiantes nécessaires à leur épanouissement que leur offrait la communauté traditionnelle.

51Bien que les enfants soient les plus touchés par cet appauvrissement des relations et la perte des valeurs traditionnelles, il n’en demeure pas moins vrai que les parents sont également affectés. « Ils sont eux-mêmes en quête d’identité dans une société où ils se confrontent aux réalités nouvelles avec leurs références traditionnelle » (Unesco, op.cit.). Ceci n'est pas sans conséquence pour des enfants qui observent la désorientation de leurs propres parents et de leurs amis. L'effet secondaire de la désorganisation de la structure familiale traditionnelle se traduit ainsi par un affaiblissement de la référence parentale pour les enfants. L'intensité de la recherche d’identité des parents semble dépendre du caractère urbain ou non de leur origine, ainsi que de la durée de leur installation en ville.

52Cette recherche d'identité est ainsi plus importante chez les nouveaux citadins11 qui ont immigré en ville il y a quelques années ou qui viennent d’immigrer. Ils sont à cheval sur les deux cultures, villageoise et urbaine, et doivent s’adapter à un nouvel univers où règnent compétition et concurrence entre individus. Leur désir de retourner un jour au village montre leur attachement à celui-ci et l’ambiguïté de leur insertion en ville. De ces nouveaux citadins, J.M. Gibbal distingue les ruraux prolétarisés qui sont doublement désintégrés. En fait, il s’agit de populations immigrées (souvent étrangères et pauvres) qui vivent également dans l’espoir de retourner dans leur village. Mais par manque de moyens financiers, ils ont très peu de contact avec les membres de la famille restés à la campagne. Ils vivent dans des bidonvilles, repliés sur eux-mêmes, et ne sont pas intégrés à la ville.

53Dans cet environnement agressif, les parents essaient tant bien que mal de donner une éducation convenable à leurs enfants. Cependant, ils se désengagent lorsqu’ils se sentent démunis et c’est l’école qui doit assurer la socialisation des enfants, en leur apprenant non seulement des connaissances, mais aussi les règles de conduites dans un groupe social élargi. Dans ces conditions, il peut arriver que les parents perdent de leur crédibilité auprès de leurs enfants ou ne constituent plus des modèles à suivre du fait de leur ignorance, mais aussi  parce que certains cherchent à combler leur malaise dans, par exemple, l’alcoolisme. De tel vecteur de pertes de références pour les enfants peuvent constituer des éléments d'explication du phénomène des enfants de la rue, fuyant la misère et la violence parentale. L'effet indirect induit sur les enfants par la mutation de la structure familiale semble donc être assez fort pour les enfants de migrants, toutefois il n'est guère moindre pour les enfants de citadins d'origine, quoique les raisons soient différentes.

54La situation est autre pour les citadins, ceux qui sont nés en ville, car ils sont les mieux intégrés. Cette intégration en milieu urbain s’est réalisée au détriment de la culture traditionnelle. N’envisageant pas de vivre un jour au village, les citadins se sentent moins solidaires vis-à-vis des villageois, et ont choisi un mode de vie individualisé. Toutefois, lorsqu’ils se sentent menacés ou malades, ils ont recours aux pratiques villageoises et en viennent à combiner les deux modes de vie, traditionnel et moderne. En réalité, ils présentent une dualité de comportement, faisant appel aux valeurs ancestrales ou aux valeurs modernes selon leurs besoins.

55Cette ambivalence se retrouve aussi bien dans les familles d’analphabètes que dans celles où les parents sont instruits. Ainsi, il n’est pas rare de voir un haut fonctionnaire aller se faire soigner dans les hôpitaux les plus spécialisés et compléter le traitement par des formules magiques recueillies chez le guérisseur du village. Cette dualité présente l’inconvénient qu'ils ne savent plus quelles normes et valeurs inculquer à leurs enfants. Par conséquent, ces derniers se retrouvant sans valeurs réelles, perdent confiance en leurs parents. C’est à l’école que reviendra le rôle d’éducation que les parents ne peuvent plus donner.

56De façon générale, les parents arrivaient difficilement à s’adapter à la culture moderne, mais avec le concours des plus anciens ils y parvenaient et travaillaient durement dans l’espoir d’un avenir meilleur. Mais cette illusion a vite été remplacée par le désespoir, avec l’avènement de la crise qui a affecté tous les ivoiriens en général et ceux qui vivaient de façon modeste en particulier. Ces derniers ont vu leur pouvoir d’achat diminuer, des charges telles les frais scolaires et sanitaires prenant une part croissante dans le budget familial. Suite à la crise, l'Etat, qui connaissait alors d'importants problèmes budgétaires, a diminué son appui au secteur éducatif (notamment les aides financières) et ce sont les parents qui doivent désormais s’acquitter des frais. Le système scolaire, qui est chargé de prendre la relève de parents en situation de difficultés, semble ne parvenir qu'imparfaitement à assurer son rôle de socialisation des enfants.

Le caractère excluant du système scolaire

57Le système scolaire ivoirien représente aujourd’hui le lieu d’exclusion d’un nombre relativement important d’ivoiriens de tous les âges et de tous niveaux (allant du primaire jusqu’au supérieur), alors même qu’il a été, jadis, le lieu de formation de l’élite ivoirienne. Bien qu'il existe peu de données statistiques précises sur le nombre de déscolarisés en Côte d’Ivoire, on estimait en 199112 que 102.000 enfants du primaire étaient exclus chaque année du système éducatif, et que 70% des élèves inscrits en premier cycle n’atteignent pas le second cycle. Trois grandes raisons permettent d'expliquer cette éviction du système scolaire, elles correspondent par ailleurs à des périodes importantes de l’histoire de la Côte d’Ivoire, de la colonisation à nos jours.

58Selon un rapport de l'Université Nationale de Côte d'Ivoire13, la première raison serait imputable à la colonisation française. En effet, pendant cette période les ivoiriens furent obligés de suivre des cours à l’école française, de manière à participer à la gestion de la colonie et  tenter d'assurer une continuité après le départ des Français. C’est ainsi qu’une élite ivoirienne fut formée, parmi laquelle ont compté nombre des pères fondateurs de la République de Côte d'Ivoire, dont l’ancien Président Félix Houphouët-Boigny.

59Toutefois, le nombre de personnes ayant accès à l'école française était assez restreint, la plupart du temps seuls les enfants de chefs tribaux ivoiriens étaient scolarisés. Le système était de par sa conception excluant. La conséquence en était que la puissance coloniale avait dû se résoudre à recruter certains Africains éduqués natifs d'autres pays dans des emplois qualifiés, notamment dans l'administration coloniale du fait du relatif manque d’intérêt accordé par les autorités françaises à l’éducation en Côte d'Ivoire, comparé à d’autres colonies telles le Togo ou le Dahomey (Cohen, 1984).

60Aussi, après l’indépendance de la Côte d’Ivoire, le système scolaire colonial fut remplacé par un système purement ivoirien, contenant de nombreuses réminiscences du système français. Mais ce nouveau système faisait abstraction des réalités locales. Dès lors, la génération d’élèves de la décennie soixante s’est contentée d’apprendre de façon mécanique les leçons qu’on lui enseignait, bien qu'à cette époque les personnes scolarisées n’étaient pas très nombreuses et l’instituteur pouvait encore s'occuper individuellement de tous ses élèves. La décennie soixante ne fut ainsi que le prolongement de l'ère coloniale.

61Il en est autrement de la décennie suivante (1970-1980) qui marque la seconde période importante de l’histoire du système scolaire ivoirien et laisse apparaître la deuxième grande raison de l'exclusion due au système éducatif, en l'occurrence un mirage technique.

62Durant les années soixante-dix, les autorités gouvernementales et le corps professoral, conscients de l’inefficacité d'un système éducatif ivoirien calqué sur celui de la France, vont entreprendre une nouvelle expérience en Côte d’Ivoire : celle de l’introduction de l’enseignement télévisuel dans les écoles primaires. Les émissions éducatives projetées à la télévision étaient ainsi censées faciliter l’apprentissage de l’écriture et de la lecture de la langue française ainsi que l’acquisition des connaissances mathématiques de base. Autrement dit, l’objectif visé était de rendre l’école plus attrayante pour les enfants. Ce procédé était en expérimentation et devait s’étendre sur six ans. Après quoi, les élèves devaient être orientés selon leurs aptitudes, soit au collège pour poursuivre des études, soit dans un centre de formation complémentaire afin d'entrer dans la vie active.

63Le projet n’a cependant pas abouti à cause des nombreux problèmes techniques qu’il a engendré. En effet, le matériel de télévision importé d’Europe n’était pas adapté à la Côte d’Ivoire. En outre, les instituteurs ivoiriens, dans la majorité des cas, n’étaient pas qualifiés pour ce type d’enseignement. Le projet fut donc arrêté.

64La troisième raison des dysfonctionnements du système éducatif intervient lors de la décennie 80 et tient essentiellement aux conséquences de la crise économique. Il convient au préalable de rappeler le contexte économique de cette époque qui a fortement influencé la prise de décisions relatives au système éducatif. La fin du boom des matières premières tropicales et l'endettement excessif de la Côte d'Ivoire ont considérablement détérioré les comptes extérieurs de ce pays, menaçant l'équilibre de l'économie entière. Pour remédier à cette situation, le Fonds Monétaire International met en place, dès 1981, conjointement avec les autorités ivoiriennes, un programme de stabilisation. La Banque Mondiale interviendra également14. Ces politiques avaient pour objectif de mettre en place un certain nombre de mesures de politique économique destinées à réduire les déficits publics et restaurer la compétitivité de l'économie ivoirienne, ceci devant permettre le redressement des comptes extérieurs.

65Ces mesures ont d’abord consisté à réduire les dépenses publiques dans leur ensemble. Ainsi, certains avantages acquis par les fonctionnaires, les professeurs et les étudiants ont vu leur importance diminuer ou ont été supprimés. En ce qui concerne les étudiants, il a été décidé de réduire le montant des bourses et d’augmenter le loyer des résidences universitaires, ce qui pénalise les étudiants originaires de familles modestes. Par ailleurs, l’accès à l’Université et aux Grandes Ecoles de Yamoussoukro a été rendu plus difficile pour les nouveaux bacheliers. En 1984-1985, seulement 2/3 des bacheliers ont été autorisés à s’inscrire à l’Université. En conséquence, 1/3 des élèves ont été exclus du système scolaire supérieur, alors même qu’ils étaient titulaires du baccalauréat, avec peu de chance de trouver un emploi, leur niveau de qualification étant jugé inadéquat par de nombreux employeurs potentiels. Cette proportion s’est accrue au fil des années.

66Le processus d'orientation-sélection des étudiants ne s'est pas cantonné à l'admission aux études supérieures. Des sélections ont également été instituées au niveaux de l’enseignement secondaire et primaire. Ainsi, en classe de première, il a été instauré un examen d’entrée en terminale appelé bac probatoire. Seuls les élèves qui réussissaient avec succès cet examen étaient admis à passer le baccalauréat, même s’ils n’étaient pas certains par la suite de pouvoir s’inscrire à l’Université pour les raisons qui viennent d’être mentionnées.

67La seconde sélection importante s’effectue en classe de troisième où la réussite au BEPC détermine l’orientation en classe de seconde. La majorité des élèves étant recalée à cet examen, ils sont soit autorisés à redoubler leur classe, soit renvoyés de l’école. Seule une minorité d’élèves accède à une classe supérieure.

68Enfin, la troisième sélection a lieu à l'école primaire en classe de CM2 et se traduit aussi par la présence d’un examen. De nombreux élèves n’arrivent pas à passer le cap du CM2 à cause de la rigidité du système et viennent augmenter le nombre des exclus, qui se retrouvent à la rue sans qualification.

69La crise par les diverses restrictions qu'elle a imposé et certaines procédures de sélection additionnelles ont fait du système scolaire ivoirien un système inégal et excluant. Inégal, car les enfants de familles citadines éduquées et aisées ont in fine plus de chances de résister à ce parcours du combattant éducatif que des enfants de familles immigrantes illettrées et pauvres. Excluant, au vu du nombre d'enfants qui quittent chaque année le système sans diplôme ou juste avec le bac et peu de chance de s'insérer dans le monde du travail formel. Par ailleurs, le tableau ne serait pas complet si l'on omettait de mentionner les années blanches et autres perturbations qui ont affecté le déroulement du cursus éducatif. En effet, au début des années quatre-vingt-dix, suite soit à des mouve­ments estudiantins ou à des revendications du corps professoral ivoirien15, de nombreuses grèves ont éclaté, notamment à l'Université. Outre leur effet sur la scolarité des jeunes, qui se sont retrouvés complètement désoeuvrés, ces mouvements ont pu induire un effet social plus profond. En effet, ils pourraient avoir induit une perte de prestige de l'institution scolaire qui ne serait plus perçue comme un facteur de socialisation par les jeunes, les poussant à trouver d'autres voies (poursuite des études à l'étranger pour ceux qui en ont les moyens financiers, abandon pur et simple des études pour d'autres,...).

70Aujourd’hui, on estime à près de 14.000 le nombre des enfants de la rue à Abidjan et à plus de 20.000 en Côte d’Ivoire. Le point commun de ces enfants aux histoires très diverses est d'avoir été en situation d'échec scolaire et par là même rejetés par le système éducatif. L’étude de l’exclusion des jeunes de la rue serait incomplète sans prendre en compte la dimension urbaine qui constitue l’un des facteurs explicatifs les plus importants du phénomène, outre la désintégration familiale, et les difficultés du système scolaire.

L’urbanisation croissante en tant que facteur d’exclusion

71La Côte d’Ivoire est parmi les pays les plus urbanisés de l’Afrique Noire, elle a connu une très forte croissance urbaine depuis son indépendance en 1960. En effet, la population urbaine qui représentait environ 32% de la population ivoirienne en 1960 (soit près de 1,2 millions de personnes) compterait aujourd'hui pour plus de 51% de la population ivoirienne (soit environ 7,1 millions d'individus)16. Le taux de croissance annuel moyen de la population urbaine entre 1960 et 1995 est estimé à 7,3%. Toutefois, dans les années 1980 on a assisté à un ralentissement de la croissance annuelle moyenne de la population urbaine en raison de la crise économique, ce taux diminuant à environ 4,5%. L'essentiel de la croissance urbaine s'est porté sur Abidjan, ville la plus peuplée de Côte d’Ivoire. Cette ville a ainsi évolué, du statut de ville moyenne avec guère plus de 125.000 habitants en 1955, à la qualité pas toujours enviable de mégapole des années quatre-vingt-dix avec une population estimée à 2,5 millions d'habitants en 1995 selon l’Institut National de Statistique d'Abidjan.

72Cette évolution impressionnante trouve dans un premier temps son explication dans un phénomène purement mécanique d’évolution démographi­que. Ainsi la Côte d’Ivoire n’échappe pas à ce commun dénominateur des pays d’Afrique et d’Amérique Latine où le taux de croissance démographique est important. La population ivoirienne atteignait 13,89 millions en 1994, alors qu’elle n'était que de 8,33 millions en 198017. Ces dernières années, le taux de croissance démographique était d'environ 3,7% par an. Il convient de rappeler qu’en Côte d’Ivoire, le solde migratoire est un élément important de la croissance démographique. On estimait ainsi qu'entre 1965 et 1975, les migrations comptaient pour 48% de l'accroissement total de la population, soit 1,3 millions de personnes. En 1990, la population étrangère atteignait 30% de la population totale du pays avec une prédominance des Burkinabés. Ces derniers représentent la moitié de l’effectif des étrangers en Côte d’Ivoire.

73L'importance démographique d'Abidjan est explicable par le fait que c'est une ville attrayante. Elle concentre en effet 60% des emplois du secteur secondaire (industrie) et 70% des emplois du secteur tertiaire (services et commerces). Abidjan est donc un véritable marché du travail qui encourage l’exode rural. Les villageois en quête d’un travail rémunérateur et valorisant quittent massivement la campagne pour se rendre dans la capitale, espérant ainsi sortir de leur misère. Toutefois, la ville d’Abidjan étant dans l’incapacité de satisfaire la demande d’emplois formels de la population active, il en résulte un important développement du secteur informel (surtout dans le commerce), avec un taux de croissance de 11,9% par an sur la période 1965-198518.

74La ville, qui ne peut fournir de travail à tous ceux qui le désirent, devient de fait un facteur d'exclusion majeur, induisant une désorganisation sociale, laissant les gens d'autant plus désemparés que les espoirs étaient grands. La survie s'organise alors, d'autant plus difficile que le schéma d'urbanisation d'Abidjan n'a pu faire face en terme d'infrastructures (logement, transport, adduction d'eau, électricité, hôpitaux et dispensaires) à la croissance de la population.

75Dès lors, les immigrés (internes ou externes) survivent en ville sans travail valorisant, ni statut souhaité. Désillusionnés, certains se sacrifient pour donner à leurs enfants une instruction qu’ils n’ont pas eu alors que d’autres préfèrent rester en ville et vivre dans des conditions de vie difficiles avec des logements précaires et exigus plutôt que d’affronter la honte d’un échec suscitée par le retour au village. Ces ruraux se retrouvent dans des quartiers populaires où ils sont obligés de partager la même concession (la cour commune) que d’autres familles d’origine différente. Certains de ces quartiers populaires, dont quelques-uns sont d'ailleurs considérés par les autorités comme parfaitement illégaux, ont connus une forte croissance. Cohen (op.cit.) mentionne que le quartier d'Abobo Gare est passé de 20.000 habitants en 1969 à 200.000 en 1980, ce sans grande extension de sa superficie.

76Les cours communes sont donc marquées par une hétérogénéité ethnique et par l’extériorité de la vie quotidienne, l'intimité étant, ici, une notion relative. Ainsi, tous les faits et gestes de la quotidienneté sont vus et sus de toute la cour. De plus, les enfants d’une même cour sont très proches et il arrive que les plus grands influencent les plus petits à cause de la proximité.

77C’est dans cet univers, sociologique et anthropologique, que naissent la plupart des enfants de la rue.

Haut de page

Notes

1 M. Xiberras, Les théories de l’exclusion, Paris, Méridiens Klincksieck, 1994.
2 R. Lucchini, Enfant de la rue : identité, sociabilité, drogue, Genève, 1993.
3 E. Durkheim, De la division du travail social, Paris, PUF, 1994.
4 E. Durkheim, L’éducation morale, Paris, Alcan, 1925.
5 M. Rémy, La Cote d'Ivoire aujourd'hui, Abidjan, Jeune Afrique, 1983.
6 M. Panoff, M. Perrin, Dictionnaire de l’ethnologie, Paris, Payot, 1973.
7 P. Erny, L'enfant et son milieu en Afrique Noire, essais sur l'éducation traditionnelle, Paris, Payot, 1972.
8 L’ouvrage d’A. Smith, Recherche sur la nature et les causes de la richesse des nations (1776) est généralement considéré comme le fondateur de l'économie moderne, en tant que discipline scientifique. Le courant néoclassique considère la société comme un ensemble d'individus libres et égaux. L'individu ou agent est rationnel, capable d'effectuer un calcul économique. Cette théorie, fondée sur l'individualisme et la détermination des prix relatifs des biens en termes monétaires, offre peu de sens dans des sociétés traditionnelles basées sur le groupe et où l'échange est souvent effectué en nature, sans détour par une monnaie au sens où l'entendent les économistes.

L'article de M. Mauss, « Essai sur le don » (1924) a mis en évidence un phénomène fondamental de l'anthropologie économique, qui montre bien à mon sens les limitations de l'économique dans les sociétés traditionnelles. Il analyse en effet le phénomène du potlatch, chez les indiens d'Amérique du Nord, qui est une cérémonie ostentatoire donnant lieu à des festivités publiques, une distribution suivie d'une destruction de biens. Les groupes participant à la cérémonie tentent de se dépasser les uns les autres, d'affirmer leur prestige par le volume d'apport et de destruction de bien. Cette cérémonie est incompréhensible, voire hérétique, pour un économiste néoclassique. Il s'agit en effet d'une destruction de ressource rare qui ne peut se justifier dans la sphère économique.

9 A. Coulon, L’Ecole de Chicago, Paris, PUF, 1992.
10 Ces lois sont rappelées dans Unesco, Développement de l’enfant dans les familles les plus pauvres en Afrique, Paris, 1988.
11 J. M. Gibbal, Citadins et villageois dans la ville africaine, l’exemple d’Abidjan, Paris, Maspero, 1974.
12 H. Koné, E. Zinsou, Besoins en formation des jeunes déscolarisés en milieu urbain ivoirien, Université nationale de Côte d'Ivoire, Abidjan, 1991.
13 Ibid.
14 Pour des précisions quant à l'intervention des bailleurs de fonds multilatéraux en Côte d'Ivoire se référer à J. P. Azam, La faisabilité politique de l'ajustement au Cote d'Ivoire, CERDI, Université d'Auvergne.
15 Il n'est pas question de nous prononcer ici sur le bien fondé de tel ou tel mouvement de contestation. Nous les considérons simplement comme une manifestation d'un malaise des participants du système éducatif, que ce soit le corps professoral ou les étudiants.
16 World Bank, Cote d'Ivoire, Statistical Profile, 1993.
17 L’état du monde 1995 : annuaire économique et géopolitique mondial, Paris, Maspero, 1995.
18 Source : Institut National de Statistique d’Abidjan, 1990.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Léa Salmon, « Les enfants de la rue à Abidjan », Socio-anthropologie [En ligne], 1 | 1997, mis en ligne le 15 janvier 2003, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/76 ; DOI : 10.4000/socio-anthropologie.76

Haut de page

Auteur

Léa Salmon

Clermont-Ferrand

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Revues.org