Navigation – Plan du site

Sertorius ou Prospero ?

Les émigrés entre le plein et le délié
Stéphane Dufoix

Texte intégral

1L’exil est un thème qui a sa place dans l’étude des formes de récit de l’aventure de l’homme. La plupart des religions font de l’exil ou du retour d’exil le fondement de la condition humaine ou, au contraire, le nécessaire passage vers le dépassement de cette condition. La littérature y reconnaît l’un de ses thèmes majeurs. Il est la trame de l’histoire, de la migration des premiers hominidés hors de leur berceau d’Afrique orientale jusqu’aux fantastiques déplacements de populations du XXe siècle. Il est enfin au cœur de l’invention du politique sous sa forme territoriale, car il interroge constamment la relation entre le territoire et l’appartenance individuelle ou collective à la polis.

2En ce sens, la condition d’immigré/émigré est effectivement celle à partir de laquelle se pense le mieux la relation entre les sociétés nationales et les tensions inhérentes aux conflits d’appartenance, de nationalité et de loyauté. L’ici et le là-bas sont souvent marqués par une valence inverse à la proximité physique. L’ici est le vrai lointain, tandis que le là-bas est l’horizon le plus proche, jusqu’à ce que la vie, l’action et la réflexion dans la société d’accueil transforment cette relation et ses polarités, la plupart du temps sans intervention volontaire de ceux qui changent parce que le monde autour d’eux a changé.

3Pourtant, l’exil n’est pas réductible à un vécu phéno­méno­logique incomparable d’un individu à un autre au point qu’il peut se passer d’un lieu de référence où s’accomplira le retour, pour devenir un « exil intérieur1 ». Il ne peut pas être uniquement subsumé sous une forme symbolique qui serait le produit sui generis de l’agrégation statistique de tous ceux qui ont quitté leur pays. Les noms donnés à ces ensembles varient selon les motivations, réelles ou supposées, de ce départ : immigration pour les raisons économiques, émigration ou émigration politique pour les raisons politiques. Quand les raisons n’ont pas d’importance et que seule compte la présence à l’étranger intervient alors le terme de diaspora, dont les théoriciens post-modernistes ont fait la définition même de la condition humaine au temps de la globalisation2.

4Face à ces visions purement individuelles ou collectives de l’exil – dont nous ne nions pas par ailleurs l’existence – nous voulons montrer l’importance de l’étude précise des modes d’organisation de l’expérience collective à l’étranger au regard des liens avec l’Etat d’origine. L’existence à l’étranger d’émigrés politiquement actifs en lutte contre le régime en place dans leur pays et l’organisation de ce combat viennent perturber l’image réificatrice de communautés rassemblées par leur situation d’éloignement.

Le plein et le délié

5La question essentielle qu’il faut se poser pour comprendre les différentes formes d’organisation sociale et politique à l’étranger est la suivante : quel est le rapport collectif aux autorités en place dans le pays d’origine ? Si ce rapport est celui de la continuité, il existe sur le territoire du pays d’accueil une communauté politique – au sens large – en lien direct avec le centre étatique. Le fondement de ce lien est double, social et juridique. Il s’agit, d’une part, du maillage d’associations et d’institutions fonctionnant avec et autour de l’ambassade : églises, centres culturels, consulats, bibliothèques, etc., formant de la sorte un réseau actif d’individus. Il s’agit, d’autre part, du droit positif qui fait de chaque national vivant sur ce territoire étranger un ressortissant bénéficiant de la protection de son Etat où il peut, en dernière extrémité, se réfugier dans les locaux diplomatiques. L’extraterritorialité de ces derniers garantit en effet l’existence du territoire de l’Etat et donc la validité du droit positif au cœur même du territoire étranger. Comme l’imposition du pouvoir politique sur son propre territoire3, la délégation4 du pouvoir étatique en terre étrangère est passé d’une forme ambulante, où l’ambassade était le nom de la caravane en marche, à une forme résidentielle. L’ambassade comme lieu assure alors, objectivement, la présence de l’Etat et marque la persistance du lien politique par-delà l’espace5. Nous appelons « colonie » la communauté, souvent considérée comme « naturelle », organisée autour de cette logique6.

6Il peut exister une autre communauté politique fonctionnant à l’étranger, cette fois-ci autour de la rupture du lien avec l’Etat, de la négation de la légitimité de ce dernier et, par conséquent, du refus de tout contact avec les services diplomatiques. Elle regroupe tous ceux, individus ou groupements, qui, ne serait-ce que par ce refus, se sont mis en posture politique permanente contre le régime en place dans leur pays d’origine. Ils prétendent, de fait, représenter collectivement le « vrai » pays, la « vraie » nation. Nous appelons « exopolitie » cet espace politique antagoniste à l’étranger7.

7Pourtant, cette dissociation entre la nation – et/ou le peuple – et l’Etat, entre la légalité et la légitimité, n’a pas la naturalité de l’identité entre les deux. L’exopolitie oscille nécessairement entre l’instauration d’une continuité avec le pays et la prise en compte de la rupture produite par un double éloignement par rapport au pays : physique, mais aussi juridique.

La mise entre parenthèses de l’espace et du temps politiques

8Dans sa logique, l’exopolitie fonctionne comme Sertorius, ce général romain du 1er siècle après Jésus-Christ qui s’était révolté contre Sulla et avait formé en Espagne un autre Etat romain doté d’un Sénat et de diverses institutions. La tragédie éponyme écrite par Pierre Corneille lui fait prononcer une phrase qui résume parfaitement la situation : « Rome n’est plus dans Rome, elle est toute où je suis8 .» La nation n’est plus sous l’autorité de l’Etat, elle est elle-même en exil. Mais n’est-elle pas, du coup, totalement détachée du territoire et de la société, c’est-à-dire de la population qui, dans sa grande majorité, est restée au pays ? Les émigrés politiquement actifs sont toujours, pour prendre une métaphore calligraphique, légèrement transformée9, entre le plein et le délié, entre le « plein » de légitimité et de nation, à défaut de lien juridique avec l’Etat, et le « délié » du pays, de la terre et de ses habitants. Cette dernière possibilité, c’est celle que décrit William Shakespeare dans « La Tempête », où Prospero, le duc de Milan, est obligé de fuir son duché devant le complot ourdi par son propre frère. Sa frêle embarcation l’emmène vers une île presque déserte, seulement peuplée par Caliban, un demi-humain fils d’un diable et d’une sorcière, et par Ariel, un esprit aérien, tous deux sujets de la magie pratiquée par Prospero10.

9Cette magie sociale nécessaire pour faire « tenir » une société politique à l’étranger, en l’absence des cadres sociaux et territoriaux dont elle se revendique pourtant, implique une capacité collective à suspendre le temps et l’espace politiques pertinents. Détachés de l’Etat par la dissociation entre la légalité et la légitimité, ils se replient – par le travail symbolique qu’accomplissent les exilés – sur un nouveau corps collectif qui devient l’espace-temps de la nation ou du peuple par rapport à celui de l’Etat et de ses représentants. L’exopolitie est nécessairement un « avant », un « plus tôt » et donc un « plus vrai » auquel il faudra revenir politiquement en revenant physiquement au pays comme si rien ne s’était passé dans l’intervalle. C’est un aspect que l’on retrouve dans toutes les exopolities, même quand elles sont révolutionnaires, car leur progressisme s’accommode toujours d’une conception de la nation et de la terre ancrée dans un passé non dégradé.

10La formation de cet espace-temps politique à la fois national et transétatique ne va pas sans conflits. Le plus fondamental est évidemment l’état de guerre permanent entre la colonie et l’exopolitie, mais cette dernière est souvent elle-même fortement divisée sur la définition de l’espace-temps pertinent, c’est-à-dire sur les bornes de l’exopolitie, à la fois temporelles (à partir de quelle date le fait de rester au pays devient-il synonyme de compromission ?) et spatiales (quels groupes sur quels territoires en font partie ou non ?). Les frontières de l’espace politique à l’étranger sont non seulement mouvantes, elles ne sont pas identiques pour tous les groupes car l’inter-reconnaissance est au principe de l’appartenance.

11Cette société fondée politiquement par les exilés est en définitive caractérisée par la délicate gestion des décalages, non seulement entre l’« ici » de la lutte et de la nation11 par rapport au « là-bas » du territoire et du régime, mais aussi, dans un même pays d’accueil, entre ces deux « ici » que sont la colonie et l’exopolitie, chacun étant l’autre, le traître, le « là-bas » de son ennemi, voire avec l’« ici » qu’est cet autre groupe émigré à qui est dénié la légitimité exopolitique au nom d’une compromission passée, réelle ou non, avec le régime. Car l’image de migrants politiques arrivant tout politisés dans le pays d’accueil pour continuer la lutte ne doit pas cacher le processus de politisation qui peut aussi affecter les colonies à la suite d’une crise politique au pays – un coup d’Etat par exemple – et ainsi entraîner la recomposition de la structuration de l’expérience collective à l’étranger par la formation de deux espaces antagonistes. Jamais sécants, ils se renvoient sans cesse les images inversées de Sertorius et de Prospero. Dans leur jeu de miroirs, qui peut tourner au jeu de massacres ou au jeu de dupes, se joue la définition du lien conservé, soit avec l’Etat soit avec la nation, et le risque de la déliaison et de l’isolement. Car dans l’« exîle » de Prospero, loin de tout, seule la magie contenue dans les livres peut déclencher la tempête qui remettra l’histoire sur ses pieds en inversant le cours des vents.

Haut de page

Notes

1 Cette formulation fait écho à l’existence des « émigrés de l’intérieur », ces écrivains et intellectuels opposés au régime mais tolérés par lui, formant une sorte d’îlot de résistance dans le pays quand la majeure partie de la lutte se fait de l’étranger ; ceci non sans ambiguïté d’ailleurs, et non sans méfiance de la part des émigrés extérieurs comme le montrent, au XXe siècle, les débats houleux sur le problème au sein des communautés russes et allemandes.
2 La nouveauté de l’attention portée à la question du rapport identitaire des émigrés et de leurs descendants au pays, au peuple ou à la nation d’origine fait souvent croire à la nouveauté du phénomène en tant que tel. Malheureusement, cette attention tend toujours à réifier le groupe référent en postulant l’existence sociale de ce qui n’est qu’une agrégation statistique présentée, outre « diaspora », sous les termes de « réseau » ou de « tribu ». Cf. R. Cohen et P. Kennedy, Global Sociology, New York, New York University Press, 2000, ainsi que la création, la même année, autour du programme Transnational Communities de l’Université d’Oxford, d’une nouvelle revue intitulée Global Networks. Sur les « tribus » des relations internationales, cf. M. Walzer, « Le nouveau tribalisme », Esprit,  novembre 1992, repris in M. Walzer, Pluralisme et démocratie, Paris, Edition Esprit, 1997, pp. 111-129, ainsi que J. Kotkin, Tribes. How Race, Religion and Identity Determine Success in the New Global Economy, New York, Random House, 1993, et A. Appadurai, Modernity at Large. Cultural Dimensions of Globalization, Minneapolis, University of Minnesota Press, 1997.
3 Sur cette question, voir la comparaison des marquages politiques processionnels dans le Royaume-Uni du XVIe siècle, le Bali du XIVe et le Maroc du XIXe, faite par C. Geertz, « Centres, rois et charisme : réflexions sur les symboliques du pouvoir », in C. Geertz, Savoir local, savoir global, Paris, PUF,  1986, pp. 153-182.
4 Comme l’a déjà montré E. Benveniste, l’étymologie est essentielle à la compréhension des logiques historiques et sociales qui disparaissent souvent sous les concepts et les pratiques qui font oublier leur origine. Les deux verbes latins « lego » (envoyer avec une mission) et « ligo » (lier, attacher) sont étroitement liés au point que « delego » (déléguer, charger de) côtoie « deligo » qui signifie à la fois « attacher, lier » et « choisir, élire ». 
5 Sur la mise en place des ambassades modernes, c’est-à-dire de la résidentialité du représentant de l’Etat, cf. L. Bély (dir.) avec le concours d’I. Richefort, L’invention de la diplomatie, Moyen-Age – Temps modernes, Paris, PUF, 1998, ainsi que M. Kingston de Leusse, Diplomate. Une sociologie des ambassadeurs, Paris, L’Harmattan, 1998.
6 Bien que nous n’ayons pas la place de développer l’argument, il est à noter que le système des colonies dans l’Antiquité fonctionnait d’une manière analogue puisque l’allumage du feu dédié à la déesse Hestia fondait à la fois la création de la colonie et le lien gardé avec la cité-mère. Cf. A.-J. Graham, Colony and Mother City in Ancient Greece, Manchester, Manchester University Press, 1964. Le terme de « colonie » est fréquemment utilisé par les services étatiques, en France comme ailleurs. C’est ainsi que les Renseignements généraux désignent, de façon générale, l’ensemble organisé d’une population étrangère ou d’origine étrangère (la colonie polonaise, algérienne, chinoise…). Plus proche de nos préoccupations, les « résidences » à l’étranger des services secrets soviétiques comportaient une section « émigrés russes » et une section « colonie soviétique ».
7 S. Dufoix, « Exil et politique. Eléments pour une sociologie de la politique en émigration : l’exemple des Hongrois, des Polonais et des Tchécoslovaques en France de 1945 à nos jours », thèse de science politique sous la direction de M. Lazar, Université de Paris I, 1997, 2 vol., 786 p.
8 P. Corneille, « Sertorius », acte III, scène 1, in P. Corneille, Théâtre complet, op. cit., p. 193.
9 En effet, il est important de signaler que l’étymologie de « délié » en français ne renvoie pas à « deligatus » (détaché) mais à « delicatus » (délicat, léger), faisant ainsi référence à la finesse du trait.
10 La métaphore insulaire est très intéressante. Dans la littérature, l’île habitée est le lieu de l’utopie et d’une plus grande égalité des individus. L’île déserte est, en revanche, celle où se manifeste plus que jamais la hiérarchisation, même quand elle est le lieu d’un nouveau départ, comme le montrent D. Defoe (Robinson Crusoë) et W. Golding (Le seigneur des mouches), y compris quand les protagonistes sont des enfants, pour ne prendre que deux exemples très connus. Dans le cas de J. Verne (Deux ans de vacances), la catastrophe humaine est évitée de justesse par le sauvetage des enfants robinsons.
11 Pour être exact, il faudrait même insister sur les « ici » de la lutte, puisque l’exopolitie est un espace transétatique où chaque « ici » sur un territoire d’accueil doit gérer sa commune appartenance à l’exopolitie par rapport à des « là » exopolitiques fonctionnant sur d’autres territoires.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Dufoix, « Sertorius ou Prospero ? », Socio-anthropologie [En ligne], 9 | 2001, mis en ligne le 15 janvier 2003, consulté le 28 mai 2017. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/8

Haut de page

Auteur

Stéphane Dufoix

Université de Paris X - Nanterre

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Publications de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Revues.org