Navigation – Plan du site

Texte intégral

1La période actuelle, marquée par l’internationalisation des échanges, tend à conférer à l’économie, dans les idéologies, une position hégémonique. De ce fait, elle place le politique dans une dépendance de plus en plus nette. Si l’ensemble des sciences sociales ont trouvé là des objets d’étude stimulants, sociologues et anthropologues se voient particulièrement convoqués à renouveler leurs réflexions comme leurs méthodologies. Il s’agit d’appréhender les données actuelles de la fabrication des rapports sociaux, dont les ordonnancements micro- et macrosociaux ne peuvent plus se penser dans les échelles différentes d’isolement historique privilégié, entre autres, par l’ethnologie.

2Coordonnée par Monique Sélim, anthropologue de l’Institut de recherche pour le développement (IRD, ex-ORSTOM), cette livraison de Socio-anthropologie s’ouvre par une relecture des modes antérieurs de connection de l’anthropologie à l’économique. Le courant d’anthropologie économique se présente, aujourd’hui, comme un détour d’autant plus nécessaire qu’il intervenait dans une époque de croissance économique, cette dernière donnant matière à toutes les comparaisons avec la conjoncture actuelle, en particulier dans les conceptions socio-anthropologiques du statut de l’économique.

3L’importance accordée ici à des analyses passées et présentes de la monnaie et de l’argent, dans leur manque comme dans leurs investissements, invite le lecteur à réexaminer les notions et les pratiques engagées dans deux champs : les rapports marchands d’une part ; le travail et les rapports de production de l’autre. La réémergence de l’idée même d’alternative prend son sens dans les visions d’un envahissement du marché producteur de relégation. Soulignons néanmoins l’écart séparant les propositions actuelles des utopies antérieures qui se définissaient contre le marché. On observe aujourd’hui des tentatives de réinventer de nouvelles comptabilisa­tions des substrats de l’échange tandis que se font jour des formes de rationalisation des pénuries et de la privation d’emploi, au nom même de valeurs érigées dans la lutte contre l’aliénation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Éditorial », Socio-anthropologie [En ligne], 7 | 2000, mis en ligne le 15 janvier 2003, consulté le 25 avril 2017. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/96

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Publications de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Revues.org