Navigation – Plan du site

Quelques occurrences économiques en anthropologie

Laurent Bazin et Monique Selim

Texte intégral

1A partir de la fin du XVIIIe siècle, les sciences économiques, mais aussi la philosophie et les sciences sociales qui se constituent progressivement, sont orientées par la nécessité d’analyser les transformations contemporaines des révolutions industrielles européennes. Elles se donnent pour objet de penser la nouveauté radicale des sociétés qui en sont issues en les différenciant de leur passé tout autant que des sociétés « archaïques » ou « primitives » que les conquêtes coloniales ont infériorisées. Les cadres théoriques et les catégories conceptuelles des sciences sociales sont forgés dans ce contexte. Si leur pertinence a nourri de constantes interrogations, ils n’ont été que partiellement renouvelés.

2Quelques réflexions s’imposent donc sur les articulations entre anthropologie et économie, tout d’abord en revisitant le courant qui se dénomma l’anthropologie économique. Cette relecture, à partir de la production anthropologique actuelle, permettra de mettre en évidence tout à la fois des oublis et des transformations notables de la discipline anthropologique pour laquelle l’économique fonctionne aujourd’hui comme un fait « marginal » ou dérivant d’orientations finalisées. Dans la perspective de redonner à l’économique une pertinence centrale, on examinera quelques-unes des pistes épistémologiques qui se présentent. Deux exemples illustreront cette démarche.

L’économique en substance

3Lorsqu’il reconsidère l’histoire de l’émergence du capitalisme, le point de départ de Karl Polanyi n’a guère d’originalité. La grande transformation qu’il met d’abord en évidence, c’est l’autonomisation de l’économie et l’invention d’institutions spécifiquement consacrées aux activités économiques : l’entreprise et le marché (Polanyi, 1983). Son apport essentiel tient sans doute à ce qu’il a tenté d’approfondir les implications théoriques de ces conceptions, en les confrontant en particulier à des phénomènes économiques décrits par des ethnologues. Cette opération le conduit à remettre en cause certains instruments conceptuels fondamentaux de la théorie économique classique en montrant que, centrés sur le système capitaliste, ils ne peuvent rendre compte des réalités existant ou ayant existé dans des contextes différents. Les perspectives qu’il ouvre stimulent un essor de l’anthropologie économique dans les années 1950-60 et au-delà. Ses réflexions se referment sur l’ambiguïté de la conservation du clivage institué entre le capitalisme et les autres systèmes économiques. Elles redessinent ainsi la frontière – cernant le monde capitaliste – à l’intérieur de laquelle un dispositif économique situé hors du social serait régi par les règles spécifiques de la recherche de l’intérêt maximal.

4Polanyi tire ses conclusions d’un renversement des perspectives habituelles : s’il n’existe des institutions à finalité économique que dans les sociétés capitalistes, c’est que dans les autres sociétés l’économie est enchâssée (embedded) dans des institutions dont la finalité n’est pas économique, mais religieuse, politique ou  politico-religieuse. A partir de ce constat sont entrepris des efforts pour caractériser les différentes formes d’encastrement de l’économique dans le social. Alors que Mauss entretenait une certaine confusion en théorisant le don comme « phénomène social total », confusion qui permettra ultérieurement que certaines de ses notions, en particulier le couple don/contre-don, soient réutilisées dans le sens d’une occultation de l’économique, Polanyi et son équipe cherchent à identifier de façon plus systématique « la place changeante de l’économie » dans les sociétés et dans l’histoire, en la figeant toutefois dans un cadre institutionnel (Polanyi et Arensberg, 1975).

5L’un des mérites de Polanyi est d’avoir engagé une réflexion sur la nature même de l’économique. Constatant que la définition « formelle » de l’économie dans la théorie classique ne s’applique qu’au système capitaliste en raison de sa logique intrinsèque (les échanges sont subordonnés à un calcul rationnel), il lui oppose une définition « substantive1 », à la fois empirique et plus globale. Dans les faits, il en limite pourtant l’exercice en renonçant à étendre la portée critique de ses conclusions et à les réinvestir sur les institutions du capitalisme dont l’autonomie et la finalité économique ne signifient en rien qu’elles se réduisent à une mécanique « économique ». Les rapports de travail sont, par exemple, toujours des rapports de domination, et Polanyi lui-même s’est intéressé à la question du travail, qui constituait depuis deux siècles un problème politique aigu, débordant le cadre des entreprises. Quant au mode de fonctionnement de ces dernières, quelques travaux économiques avaient commencé à montrer, à partir des années 1930, qu’il engageait des logiques diverses n’ayant pas le profit maximal pour finalité exclusive2. Il est vrai cependant que les travaux de Polanyi et de son équipe se centrent sur une théorie de l’institutionnalisation de l’échange, de la distribution et de la répartition des richesses, en laissant de côté les systèmes de production.

6Néanmoins, en ce qui concerne le capitalisme, les questionne­ments achoppent sur une certaine confusion entre institutions et fonctions – pour reprendre les termes que Maurice Godelier appliquait dès 1969 à la critique d’un autre paradigme – qui restreint les réflexions sur les logiques et les enjeux de l’échange dans le cadre du marché et sur la nature des rapports marchands. Godelier reprenait quelques-uns des problèmes théoriques de l’analyse économique pointés par Polanyi, en les réexaminant dans une orientation marxiste. Il propose notamment une définition « matérialiste » de l’économique. Pourtant, dans ce même ouvrage, en entreprenant de préciser l’objet d’une anthropologie économique, Godelier le circonscrit d’emblée à l’étude des sociétés sans marché, domaine « délaissé par l’économie politique ». Tout intérêt potentiel pour l’entreprise et le marché dans les sociétés contemporaines, tout examen des modes d’enchâssement de l’économique et du social au cœur même des sociétés capitalistes, toute interrogation sur la nature des rapports engagés derrière la relation marchande sont donc évacués hors du champ de l’anthropologie et, à leur tour, délaissés aux autres disciplines des sciences sociales.

7Ainsi s’organisait une réflexion générale sur les phénomènes économiques, dont le point de départ est une critique des théories économiques classiques (concernant le fonctionnement du capitalisme). Elle aboutit cependant à renforcer l’assignation de l’anthropologie à l’allogène et à l’« exotique », maintient corollairement l’amputation de la discipline d’une partie de son objet et limite considérablement son intérêt vis-à-vis des autres sciences sociales (et économiques) puisque ce dernier tient largement à l’efficacité critique d’une comparaison généralisée. Il s’agit d’un problème constant de l’anthropologie qui, dans les années 1960-70, s’érige en un champ disciplinaire rigide au sein duquel les différents courants théoriques se rejettent mutuellement l’accusation d’ethnocentrisme et s’affrontent sur la légitimité des différentes facettes du clivage sociétés industrielles/sociétés « primitives » qu’ils proposent.

8L’anthropologie économique anglophone s’organise autour de la dichotomie reconstruite mais conservée par Polanyi. Mal tranchée par ce dernier, la question du domaine d’extension du paradigme utilitariste peut être réitérée indéfiniment. Un courant « formaliste » (dans la terminologie qu’inaugure Polanyi) conserve, dans l’étude de sociétés non capitalistes, l’hypothèse de la rationalité et la théorie de la rareté (cf., par ex., Firth, 1967). L’orientation « substantiviste » est reprise en particulier par Marshall Sahlins (1976) dans l’étude de « sociétés primitives » qu’il situe aux antipodes de systèmes socio-économiques « capitalistes » et dont il fait l’emblème de « sociétés d’abondance » : les échanges y obéiraient à des logiques strictement irréductibles à la recherche d’un intérêt « économique ». Lorsqu’il révise sa position en s’engageant plus avant dans la critique des « utilitarismes » (formalistes, fonctionnalistes, marxistes), Sahlins tente de réinscrire la logique des pratiques dans un ordre culturel (symbolique) déterminant pour chaque société. Cette position le conduit cependant à dissoudre les ressorts et les effets de l’économique. Il situe alors l’opposition entre sociétés occidentales et « sociétés primitives » au niveau du lieu dominant de la production symbolique (les relations sociales pour les « sociétés primitives », le système économique pour les civilisations occidentales). Somme toute très classique, sa conclusion reformule en les superposant la dichotomie entre le social et l’économique et l’antinomie primitif/capitalisme. Il élucide mal, en définitive, une contradiction qui consiste à caractériser les sociétés occidentales par quelques traits de leur système économique (mode de production dominant, selon la terminologie marxiste) tout en niant que ce dernier soit déterminant.

Le matérialisme entre systèmes économiques « traditionnels » et capitalisme

9A l’écart de ces débats (à l’exception de Godelier3), se constituait en France une anthropologie économique marxiste qui devient rapidement le pôle le plus actif et le plus innovant de la discipline dans les années 1960-75. Le cadre théorique (néo)marxiste apparaît alors comme un métalangage unifiant un large éventail de problématiques ainsi que les différentes disciplines des sciences sociales et de la philosophie. Dans les limites d’un partage des rôles disciplinaires non remis en cause, liant les anthropologues à l’étude des sociétés « primitives » ou « traditionnelles », s’ouvre la possibilité pour ces derniers, à partir d’une analyse de la situation coloniale, de proposer de nouvelles formulations des hypothèses générales élaborées par Marx et Engels sur la formation et l’expansion du capitalisme4. Deux orientations principales se dégagent en effet de l’anthropologie économique française. La première vise l’analyse des formes économiques antérieures à la colonisation et leur réinsertion dans une théorie générale marxiste (identification des modes de production ; réévaluation et extension des hypothèses du matérialisme historique). La seconde, qui accompagne l’élaboration théorique de la notion de sous-développement comme l’effet de l’« impérialisme » colonial, entreprend l’examen approfondi de l’exploitation par le capitalisme des systèmes de production « traditionnels ».

10Sur ces deux lignes théoriques, qui se rejoignent chez certains auteurs, l’anthropologie économique se fait histoire, reprenant certaines prémisses de Georges Balandier (1955) et s’opposant à la méthode structurale de Claude Lévi-Strauss. Elle partage cependant avec cette dernière certains excès théoricistes : en particulier l’accent mis sur une modélisation qui évacue l’examen des mutations sociales et économiques des sociétés contemporaines. Par exemple, lorsqu’il a entrepris de discuter de l’Anthropologie économique des Gouro de Claude Meillassoux (1964), Emmanuel Terray a restreint sa lecture en excluant les chapitres consacrés aux transformations de la période coloniale qui lui semblent « beaucoup moins neufs et originaux que son analyse de l’économie traditionnelle » (1969 : 96), ce qui est déjà l’effet d’un refus d’effectuer un déplacement des problématiques autour de la figure centrale de l’Etat. La Côte-d’Ivoire, où exercent ces deux anthropologues, n’était déjà plus dans la conjoncture coloniale. Elle est alors le cadre de l’émergence d’un Etat-parti autoritaire qui est lui-même la base de l’enrichissement rapide d’une bourgeoisie politique privée de toute possibilité de participation au capitalisme industriel, ce qui complique quelque peu une analyse du « mode de production » en vigueur.

11Ainsi, l’approfondissement historique sur les sociétés lignagères aboutit à neutraliser une partie des propositions de Balandier. L’approche des situations « actuelles », sous l’angle de la « transition au capitalisme » ou de l’articulation des modes de production, privilégiait une lecture en terme de confrontation de systèmes économiques figés dans une description archétypale et détachés d’une partie de leurs ancrages sociopolitiques puisque sont négligés les Etats postcoloniaux conçus comme superstructures relayant le capitalisme. On notera toutefois le développement parallèle de débats polémiques, auxquels les anthropologues ne participeront que de manière marginale et qui concerneront principalement les contextes africain et sud-américain, autour de l’émergence et de la nature des bourgeoisies d’une part et de celles des classes ouvrières d’autre part. Ces courants ont été confronté à de sérieux problèmes théoriques qui expliquent la virulence des débats. Les classes supérieures comme inférieures échappent en effet aux systèmes explicatifs habituels, forgés à partir de l’histoire de l’industrialisation européenne. Les franges laborieuses ne sont guère perçues autrement que sous l’angle restrictif de leur résistance à la domination capitaliste (étrangère, coloniale ou postcoloniale) et à la prolétarisation. Les différentes facettes des solidarités familiales, tribales ou ethniques d’une part, l’extension faible du salariat et ses rapports avec les diverses formes de petite production marchande ou d’économie rurale, d’autre part, interpellent des chercheurs que hante la question d’une conscience de classe insaisissable (Agier et al., 1987). Des questions similaires surgissent à propos de bourgeoisies formées à partir d’élites intellectuelles, que l’on examine sous l’angle de leur connivence avec le capitalisme étranger, en les définissant largement de façon négative par leur décalage avec le modèle historique de l’Occident.

12Quelles que soient les réserves que l’on a pu émettre à l’égard de ses hypothèses et de ses développements, l’anthropologie économique marxiste a néanmoins considérablement renouvelé l’appréhension des sociétés lignagères. L’évidence de la parenté est dissoute définitivement par Meillassoux dès 1960 lorsqu’il s’attaque au problème délicat d’en rechercher les fondements économiques. L’approche méthodique consistant à recentrer l’analyse tant sur le procès de travail et de production que sur l’inégalité d’accès aux biens et aux ressources (de subsistance, de prestige, matrimoniaux) aboutit immédiatement à révéler les rapports de domination, et notamment ceux qui s’exercent dans le cadre de la parenté « réelle », symbolique ou métaphorique. L’examen du contenu matériel des rapports hommes/femmes et aînés/cadets permet à Meillassoux (et à ceux qu’il inspire par la suite, en particulier Pierre-Philippe Rey et Terray) d’ouvrir une réflexion sur les « modes de reproduction » et de montrer l’importance d’une maîtrise par les aînés de lignage de la production et des échanges, dont l’instrument principal tient à la suprématie sur le mariage et l’alliance, la circulation des individus, la destination et la destinée de la progéniture. Les rapports de domination ainsi mis en évidence impliquent le contrôle voire l’appropriation directs des producteurs plutôt que des moyens de production et définissent un pouvoir dont est souligné le caractère littéralement aliénant (à travers les possibilités de réduction des dépendants en esclavage ou en captivité) ou qui fut qualifié un temps de « totalitaire ». Ces différents auteurs ont contribué ainsi à élaborer une anthropologie de la domination dont la puissance heuristique, tout à fait notable, est cependant atténuée par la schématisation excessive qu’engendrait une lecture du réel qui en autonomisait les ressorts économiques sans considération pour l’efficacité propre du symbolique (Augé, 1979).

13Il est fréquemment fait allusion à l’ampleur des divergences qui opposent les anthropologues marxistes entre eux5 et, plus particulièrement, celles qui séparent Godelier des trois africanistes évoqués plus haut. La conjugaison, bien connue, qu’opère Godelier entre le paradigme néomarxiste et le structuralisme de Lévi-Strauss se traduit par l’importance qu’il confère à des questions reléguées au second plan par Meillassoux dès 1960 : celles des techniques endogènes ou empruntées (comme part des forces productives), du procès d’appropriation de la terre (moyen de production) et des relations inter-communautaires (comme l’une des composantes de ce procès). Ainsi, l’influence de Polanyi, notoire chez Meillassoux dans les différentes formes de relations que celui-ci différencie (prestation/redistribution, échange réciproque, échange marchand), apparaît à un tout autre niveau dans le souci constant de Godelier de mettre en évidence l’enchâssement de l’économique – et donc des rapports de production – dans les institutions sociales. En découle une approche singulière de la parenté qui, de superstructure déterminée par les nécessités de la production agricole (Meillassoux) acquiert, chez Godelier, le statut d’institution fonctionnant comme rapport de production. Des critiques ont pu lui reprocher d’éluder de la sorte la question de l’origine de la parenté et des fondements de la position dominante qu’elle occupe dans un certain nombre de sociétés, réitérant ainsi les objections qu’il formule lui-même à l’égard de Polanyi. Godelier rejette de son côté l’idée de systèmes de production qui émaneraient d’une sorte de nécessité matérielle et ne seraient pas en eux-mêmes une construction sociale et historique. Cette position originale sur les outils conceptuels du marxisme (redessinant le schéma infra/superstructures), affirmée dès ses premiers articles, sera constamment retravaillée et étoffée jusqu’à L’idéel et le matériel (1984) au prix d’une complexification des concepts. Quoi qu’il en soit, c’est bien sur le caractère artificiel d’une distinction entre des rapports qui seraient en propre économiques et des rapports qui seraient politiques, religieux, destinés à la reproduction, etc., qu’insistait Godelier, avec la volonté d’en retenir les conséquences théoriques et, tout à la fois, de conserver du marxisme sa méthode hiérarchisant les différents niveaux d’analyse des formes de structuration et de production du social.

14C’est, en définitive, sur le statut théorique de l’économique que portaient les débats. Ceux-ci sont toutefois exprimés – et leur objet partiellement voilé – par des désaccords qui se sont fixés sur le contenu des concepts néomarxistes et les relations que ces derniers entretiennent entre eux. Le rejet du cadre théorique rigidifié du marxisme à la fin des années soixante-dix favorisera un désintérêt radical pour la dimension économique des phénomènes ou son appréhension au moyen d’un empirisme étroit évacuant ambitions théoriques autant qu’analyses globales.

15Les recherches de cette époque se sont centrées autour de la mise à jour de formes d’altérité économique. Celles-ci sont donc constamment envisagées relativement aux conceptions abstraites d’une modernité capitaliste qui en est le miroir. Ces orientations impliquent en effet que les diverses propositions théoriques soient soumises à une vérification réflexive impossible à mener à son terme puisqu’elle se trouve grevée par les découpages épistémiques et condamnée à confronter entre eux des matériaux et des approches hétérogènes. L’opposition traditionnel/moderne se voit corollairement reconduite sous différents avatars. Reproduite indéfiniment à l’intérieur même des divers objets et terrains de la discipline, elle tend à restreindre les champs d’observation et d’interprétation, en masquant une partie des dynamiques de production du social et donc de l’économique. Les contextes postcoloniaux, qui fournissent l’essentiel des études, sont rejetés du côté d’une tradition mouvante, ou bien disséqués par un fil séparant une modernité industrielle « étrangère » et une économie « indigène ». Dans les recherches africanistes, en particulier, la disjonction introduite a rendu possible une limitation des objets aux seules franges « endogènes » de l’économie, qui se prêtent à l’observation d’une altérité nourrissant les problématiques anciennes de l’articulation des modes de production tout autant que celles, plus récentes, se décalant sur l’informel, les prolétariats urbains ou les commerçants traditionnels et « ethniques ».

16En France, l’emprise du paradigme marxiste, comme celle de son adversaire structuraliste, s’est traduite par une posture théoriciste reléguant sur un plan secondaire l’analyse conjoncturelle des situations observées et rigidifiant les classifications des sociétés selon des modèles élaborés au XIXe siècle plutôt qu’elle ne contribuait à leur dépassement. Dans ce contexte, les analyses de Gérard Althabe, accordant, par exemple, une attention soutenue et nuancée aux processus d’internalisation de la monnaie et des relations marchandes6, apparaissent fort isolées. Associés au capitalisme et à l’universalité abstraite dans laquelle on les tient, instruments essentiels de la domination coloniale, l’argent et le marché sont en effet considérés comme les voies d’altération des formes de cohésion sociale étudiées par les ethnologues et expurgés partiellement ou totalement du champ des recherches. En marge de l’anthropologie économique française, l’originalité des travaux d’Althabe tient à sa démarche qui, observant l’économique en préservant l’unité des phénomènes et des événements dans lesquels il prend sens, met à jour l’enchaînement successif de leurs articulations, restituant de la sorte les dynamiques de production symbolique, idéologique et matérielle de la domination.

17Cette approche reconstitue pleinement le sens de la conjoncture singulière ouverte par une « décolonisation conservatrice » en vigueur tant à Madagascar que dans les deux Congo. Elle offre la possibilité d’une intelligibilité des logiques sociales dont l’affrontement façonne les rapports sociaux internes aux mondes villageois et conjuguant ces derniers avec l’Etat. L’analyse des processus d’édification de l’Etat postcolonial et de production de son autorité est en effet centrale chez Althabe alors qu’elle est rejetée comme secondaire par les anthropologues marxistes. Elle permet de saisir les contradictions qui résultent de l’autochtonisation de la domination politique, alors que les structures et les institutions étrangères de la domination coloniale sont conservées et maintiennent un ordre fondé sur la subordination aux Européens7. L’analyse joint les situations globales et locales dans une problématique centrée sur les multiples niveaux de leurs articulations. Celle-ci guide l’interprétation des modes d’existence et de circulation de l’argent ainsi que des formes d’acceptation, de rejet ou de réélaboration des relations marchandes, selon des voies qui, dans les contextes étudiés, sont tracées par leur signification originelle d’instrument de la coercition coloniale et remodelées par les tentatives de dépassement et de réagencement des clivages, de l’autorité et de la soumission. Les travaux d’Althabe dissolvent le cantonnement dans l’altérité qui caractérise la majeure partie des recherches anthropologiques. Cette dernière ne relève plus d’une donnée a priori intangible, dont la pureté pourrait être atteinte par l’abstraction des influences de la colonisation (justifiant un refoulement du présent), mais au contraire d’un rapport social dont les modalités d’élaboration ne peuvent être disjoints des objets d’analyse.

Confinement de l’économique dans les approches finalisées

18Les débats et les questions de fond ouverts par l’anthropologie économique paraissent aujourd’hui bien lointains, si ce n’est radicalement oubliés, enfouis ou occultés par une part des anthropologues. Dans les perspectives qu’ils ouvraient, et bien au-delà des paradigmes marxologiques, l’économique constituait un domaine d’évidence dont l’importance ne pouvait guère faire l’objet de dénis et, dans le même temps, enjoignait des regards critiques sur ses ancrages, ses idéologisations, ses articulations. Paradoxalement, la mise en crise de l’économie s’est retraduite, dans le champ de l’anthropologie, par des mouvances contradictoires, dont la première est un certain refoulement de la dimension économique des phénomènes vers une indignité épistémique impropre à un académisme aux frontières de plus en plus étroites.

19Corollairement, l’intérêt pour l’économique s’est trouvé délaissé aux anthropologues « périphériques » d’une discipline dite appliquée, le terme pouvant s’entendre dans sa polysémie intrinsèque. Les thématiques du « développement » – impliquant dans leur logique même, et dès leur origine (les indépendances), une optique intégrationniste – pourraient être estimées exemplaires du passage d’une volonté de finalisation à une soumission idéelle aux découpages et modelages des objets par les organismes de financement, en dépit de la qualité de certains travaux réintroduisant les institutions de développement comme un des acteurs de la dynamique des rapports sociaux. Notons parallèlement que, dans les orientations institutionnalistes des sciences économiques, tout comme dans certaines mouvances de la sociologie économique qui ré-émerge aujourd’hui sous l’impulsion de Mark Granovetter (1985), l’économie est appréhendée comme un espace d’interactions et de transactions égalisant fictivement les agents dans un jeu dont le politique se signale par son étrange absence. L’enchâssement des champs se trouve ainsi extraordinairement réduit au plan conceptuel alors même qu’il se donne pour finalité.

20La globalisation économique, qui met un terme au tiers-mondisme – dont le développement était un des pivots et qui donne à voir une hégémonie des modèles capitalistes de production et de rapports marchands – a eu plusieurs prolongements anthropologiques plus ou moins « attendus ». La bipartition de la discipline en tendances « nobles » et statutaires d’un côté, précaires et au rabais de l’autre, s’est accentuée au point de faire de l’économique et de ses transformations mondiales une sorte d’impensé négligeable pour une très large frange des anthropologues se concentrant sur la spéculation ethnographique sous ses versants historiques ou post-modernes. Ainsi, les nouvelles tendances de l’« ethnologie de la France » à investir les entreprises sous l’angle du patrimoine, de la mémoire et de la transmission des savoir-faire se traduisent par une occultation, au cœur même de la production capitaliste, des rapports de domination et d’inégalité.

21Parallèlement, un ensemble de sous-thèmes s’est développé en liaison avec l’envahissement du marché et la sacralisation de l’entreprise et de la rentabilité, donnant matière à des appels d’offres autant nationaux qu’internationaux. Citons pêle-mêle la figure de l’entrepreneur (micro ou de taille moyenne), du commerçant, du « business ethnique » et des « cultures d’entreprise » ou d’institutions (grandes écoles, hôpitaux, etc.) ; les modes d’ajustement au capitalisme, « structurel » en Afrique ou dits de « transition » dans les pays post-communistes (la Russie, l’Est, etc.) ou néo-communistes (la Chine, le Vietnam, etc.). Notons au passage le décalage entre les conceptualisations actuelles de la transition au marché triomphant et les anciens regards de l’anthropologie économique sur la transition au capitalisme. Ceux-ci se donnaient pour objet une interrogation sur la nature du capitalisme, sur ses modes d’expansion et les contradictions qui conduiraient à sa subversion. Pour ceux-là, au contraire, l’économie de marché apparaît comme le terme apodictique d’une adaptation qui monopolise l’attention. Les problématiques, s’appauvrissant pour ne retenir dans le champ des observations que les formes de compatibilité (ou, ce qui revient au même, de résistance) avec les institutions du capitalisme libéral, s’inscrivent dans une philosophie de l’histoire nécessaire qui, à la différence de la période antérieure, n’est ni explicite ni assumée théoriquement.

Quelques voies de réinsertion de l’économique en anthropologie

22Cette division interne de l’anthropologie entre deux sphères, dont l’une se polarise sur l’économique dans une subordination intellectuelle aux dominances du moment et l’autre l’écarte avec dédain au profit de structures supposées pérennes, peut être estimée peu fructueuse pour l’essor de la discipline et se présente elle-même comme un symptôme de la période présente. Dans cette conjoncture pesante et limitative, repenser de manière rigoureuse et problématique l’économique en anthropologie paraît d’autant plus indispensable que la mondialisation s’impose comme un ensemble de recompositions hiérarchiques mais aussi symboliques, imaginaires et culturelles. Elle refaçonne les visions des acteurs individuels et des groupes sociaux et ethnoculturels tout en redonnant aux logiques du classement et de la rupture une nouvelle force de durcissement. La perspective de totalisation de l’anthropologie, qui constitue tout à la fois son originalité et son apport essentiel, se voit là convoquée dans son orientation propre de découverte des articulations (Althabe) des données, des faits et des conceptions tendanciellement autonomisés comme des domaines spécifiques d’intérêt par les autres disciplines des sciences sociales.

23Prenons, pour exemple, une hypothèse des économistes aboutissant à considérer que, dans le passage actuel à une économie-monde, l’inégalité est, en tant que telle, un moteur d’efficacité de la croissance8. Cette proposition – pour décisive qu’elle soit dans le champ strict de l’économie où de surcroît elle se referme – s’ouvre en revanche sur une pluralité d’investigations anthropologiques interrogeant, dans la singularité des contextes examinés, les acceptions pensées et pensables de l’inégalité, les limites infiniment variables de l’acceptabilité de l’inégalité et de ses degrés. Le politique, exclu de l’économique dans le constat cité, est alors réintégré par l’analyse anthropologique comme lieu central de transmutation de ces perceptions de l’inégalité en opérateur de cristallisation de dynamiques sociales ou, au contraire, de reproduction.

24Les rapports sociaux de travail (dont l’ancienne coupure entre salariat et non-salariat s’avère moins pertinente que jamais), les entreprises9 et plus globalement les institutions (de production, de service, de « médiation », comme les ONG10 et les associations) constituent actuellement les domaines d’investigation qui permettent d’envisager la réinsertion de l’économique dans l’anthropologie. A la différence des monographies closes antérieures, leur appréhension requiert d’évidence une mise en situation dans le cadre de la globalisation dont ils sont les premiers pivots. L’internationalisation et l’imposition des principes marchands qui les atteignent confèrent de surcroît une nouvelle pertinence aux thématiques, abordées jadis par Althabe, de l’argent et de sa circulation d’une part, des formes d’expression du marché d’autre part. Enveloppe creuse, signe pur et a priori vide, l’argent s’offre au regard comme une matrice de condensa­tions imaginaires illimitées et d’investissements symboli­ques qui, par définition, croisent et coagulent les champs d’insertion des acteurs. Le marché est pareillement un modèle abstrait qui, se prêtant aux concrétisations et aux mises en fiction les plus diverses, est un opérateur particulièrement malléable de configuration et de démultiplication des relations agonistiques mais aussi de classement et d’assujettissement (cf. Sélim, 1996). En outre, certaines des questions antérieures soulevées par l’anthropologie économique pourraient se révéler aujourd’hui une source d’inspiration pour l’analyse des avatars divers de la solidarité, de la protection sociale et de la générosité ou encore de la dette11. Ces derniers se juxtaposent, s’affrontent ou conjuguent leurs effets en combinant l’éventail des communautés imaginaires d’intérêt ou de destin ainsi que l’ensemble des sphères dans lesquelles s’engendrent les liens d’allégeance, de dépendance et d’appartenance.

25Par ailleurs si, sur de tels espaces d’investigation, la domination est le premier niveau de base de lecture, son déchiffrement sémantique révèle l’édification de l’Autre en une figure référentielle centrale et, en corollaire, reconstruit l’identité dans son architecture politique, ethnoculturelle et religieuse. Dans cette optique, les processus de légitimation, leurs emboîtements et l’enchevêtrement de leurs articulations dessinent des axes d’une réflexion anthropologique. Cette dernière, tout en replaçant l’économique dans une position nodale, restitue la situation globale dans laquelle il prend sens et surtout les modalités selon lesquelles cette situation globale lui confère une signification partielle, amplifiée ou déterminante. Les mécanismes de production du statut de l’économique dans l’esprit des acteurs et les rapports sociaux au sein desquels ils se meuvent, l’évolution de ce statut en fonction d’événements microlocaux et de mutations globales, émergent ainsi comme des carrefours de comparaisons d’autant plus importantes que l’espace appréhendé – que ce soit au plan virtuel, fictif ou « réel » –implique le « monde » comme entité contrainte ou onirique.

Deux exemples d’articulation de l’entreprise avec le politique

26On illustrera ces propos par la confrontation brève de deux exemples, l’un en Côte-d’Ivoire et l’autre au Vietnam. Partant de l’entreprise et des rapports sociaux de travail comme substrat économique, ils déroulent l’ensemble des chaînes d’une compréhension intérieure des assignations produites par les acteurs quant aux différentes scènes qui composent leur univers global. Rappelons que ces deux complexes politico-économiques se présentent apparemment aux antipodes l’une de l’autre. Les Etats communistes et postcoloniaux d’Afrique ont en commun d’instituer un ordre coercitif dans lequel prime le politique, organisé sous l’égide d’un parti unique et voué à transformer la société selon des projections dont la nature diverge cependant radicalement d’un contexte à l’autre. Le parti communiste vietnamien s’impose, dans la rupture avec l’ordre colonial assimilé à l’adversaire capitaliste, comme l’ordonnateur d’une égalisation et d’une homogénéisation des conditions économiques d’existence et, en corollaire, comme le seul creuset de différenciations établies sur la base de l’allégeance politique. Il fonde son autorité sur la mobilisation suscitée par une longue guerre de libération.

Côte-d’Ivoire

27Il en va tout autrement de la « décolonisation conservatrice » qui, en Côte-d’Ivoire, transforme la figure de l’ancien dominant en alliée et modèle et, en fait, selon l’expression d’Althabe (1972), acteur imaginaire des gouvernants, dont la manipulation symbolique vient constamment rappeler qu’elle est l’origine même de leur autorité. Dans ce contexte, l’objectif idéologiquement mal défini mais très prégnant du développement économique, sur lequel se justifie l’Etat, est la poursuite d’une égalité de statut avec l’ancien dominant. Il maintient ce dernier dans une position de supériorité dont le dépassement est de ce fait l’objet de tentatives aussi constantes que vouées à l’échec.

28La trajectoire d’une entreprise suivie de 1991 à 1995 (Bazin, 1998) en offre une illustration saisissante. Celle-ci fut créée en 1989 par un industriel ivoirien publiquement consacré, au terme d’une décennie de sévère récession, comme une figure exemplaire et particulièrement rare du développement national. L’entreprise apparaît elle-même comme la scène d’un théâtre idéologique dans lequel les conflits se polarisent sur les enjeux de la reconquête de l’économie par des acteurs autochtones. Le rejet des cadres supérieurs africains, acculés à la démission par de constantes dénégations de leur autorité, le repli du fondateur sur une position d’extériorité et la nomination de cadres français dans les postes-clés des directions financières et techniques marquent, en 1993, un dénouement qui pourrait surprendre. Ce dernier accomplit néanmoins le retour d’une conformité de l’entreprise avec un schéma hiérarchique commun dans l’ensemble du tissu industriel. L’« ivoirisation », enclenchée seulement à partir de 1967, n’a en effet entamé ni l’importance réelle du capital étranger ni l’ordonnancement interne des classements fondés sur le partage d’une soumission effective ou idéelle aux Européens. Si le nombre des cadres occidentaux s’est considérablement réduit, leur présence, se concentrant sur les fonctions de supervision de la gestion et de la production, apparaît comme le reflet de l’importance conférée à la circulation de l’argent d’une part, à la maîtrise de la technique d’autre part. L’une et l’autre se présentent certes comme les points névralgiques du fonctionnement de la production capitaliste mais n’en sont pas moins, et de ce fait même, érigés en attributs de la domination étrangère. Leur appropriation par les fractions sociales supérieures africaines – ivoiriennes ou allogènes – concentre les enjeux sociaux essentiels qui, tant dans les entreprises que dans le champ politique global, engagent les modes d’instauration de l’autorité et de sa contestation.

29Les plans d’ajustement structurel, amorcés dans les années 80 et visant l’insertion de l’économie locale dans le procès général de la mondialisation, entérinent, dans les visions locales, une tutelle que l’acteur symbolique occidental exerce sur l’Etat par le biais des organismes financiers internationaux et qui redouble, au plan des significations, l’emprise étrangère sur les entreprises. A ces deux niveaux, la suprématie étrangère s’inscrit dans les consciences comme la sanction de l’accaparement des richesses par les puissants. Elle étaie la contestation d’une hégémonie politique dénoncée comme la voie principale de l’enrichissement et de l’exploitation économique, discréditée par son échec à juguler la dégradation économique. L’intériorisation des rapports de force internationaux, qui mettent face à face et en prolongement de l’ordre colonial le monde « développé » de l’Occident et le « sous-développement » qualifiant l’infériorité « indigène », localise, en particulier dans le domaine des activités économiques, un affrontement politique diffus. L’étranger y est produit comme le vecteur d’un cantonnement de la domination politique hors de la sphère de l’entreprise.

30Ces logiques d’ethnicisation de la domination trouvent leur cohérence dans les jonctions qu’elles opèrent avec l’économie politique de la parenté. Projetée tant sur les rapports de travail que sur la structure politique qu’elle entremêle, la parenté s’avère en effet un opérateur symbolique retraduisant efficacement les rapports hiérarchiques sous la forme de liens d’allégeance personnelle et exprimant, dans le langage de ses contradictions propres, des tensions et des conflits de différents ordres (Bazin, 1999). Ainsi, dans l’entreprise déjà évoquée, la parenté apparaît comme le registre principal de la dévalorisation des cadres et des dirigeants autochtones, en permanence replacés dans une position symbolique d’aînés pour y être violemment accusés de favoritisme et, réciproquement, de manquements envers leurs subordonnés.

31L’idiome de la parenté, s’étendant aux rapports clientélistes et de même origine géographique ou ethnique. Il déploie ces derniers sur l’ensemble des hiérarchies politiques et conjoint par une allégeance commune au président de la République. La parenté se trouve ainsi le réceptacle de contradictions sociales et politiques globales nourrissant des ressentiments d’autant plus intenses – à tous les niveaux hiérarchiques – qu’ils enferment les sujets dans une série de liens conflictuels de dépendance qui relie l’autorité des aînés à celle de l’Etat. Si les rapports réels ou symboliques de parenté s’avèrent un gisement de solidarités et d’assistance nécessaires à la promotion (par l’école et l’emploi) à laquelle chacun aspire, ils sont dans le même mouvement le lieu de déceptions, de sentiments d’abandon ou de persécution aggravés par une précarisation générale des conditions économiques d’existence. La clôture des hiérarchies dans un champ de parenté métaphorique redouble les dénonciations de plus en plus vives des liens de parenté comme la cause d’une stagnation des conditions économiques d’existence, au plan individuel et à celui de la société. Dans l’entreprise, comme au niveau de l’Etat, les dominants européens se voient ainsi relégitimés par l’extériorité qui leur est attribuée.

32L’ex-parti unique, miné dans sa base idéologique du développement, s’est progressivement replié sur des fondements de plus en plus ténus, que le coup d’Etat de décembre 1999 a balayé de façon inattendue. Faisant suite à la concession du multipartisme en 1990 et à une scission consécutive à la mort d’Houphouët-Boigny, l’exaltation d’une essence nationale ethnicisée marque, à partir de 1994, une tentative d’inversion des schémas antérieurs de légitimation. Cette dernière n’est cependant pas parvenue à voiler un discrédit, spécialement attaché à la personne du président destitué, lié, d’une part à l’accaparement passé et présent des richesses publiques et, d’autre part, au resserrement des allégeances politiques sur un faisceau réduit de liens familiaux, matrimoniaux et ethniques.

Vietnam

33Si l’entreprise ivoirienne offre à l’observation un modèle où la rupture entre dominants et dominés autochtones se nourrit de la réaffirmation de la domination étrangère (occidentale), la configuration vietnamienne inscrit à l’opposé un processus de légitimation des rapports internes de domination. Celui-ci fonctionne par la revitalisation symbolique permanente d’une domination étrangère externalisée à abattre, qui englobe l’Occident capitaliste mais le dépasse largement, y compris dans ses frontières communistes, comme le montre la guerre de 1979 avec la Chine. Dans les deux cas, le médiateur étranger intervient dans l’édification imaginaire des rapports sociaux, au cœur même de la structure hiérarchique endogène dont la scène du travail, marquée par l’exploitation et la subordination, constitue l’archétype.

34L’ouverture du Vietnam à l’économie de marché depuis 1986, prônée par l’Etat communiste reprenant le modèle chinois du « socialisme de marché » en vigueur depuis 1978, a eu pour conséquence sur les entreprises une injonction à la rentabilité qui s’est traduite selon deux voies apparemment opposées mais parfois concomitantes. Entre la faillite et le profit se glissent, en effet, la possibilité de formules échelonnées qui touchent une partie de l’entreprise uniquement, séparant dès lors les ouvriers en deux couches distinctes selon leur atelier d’affectation. Les uns sont voués à un accroissement intensif de la production, impliquant une surexploitation, tandis que les autres subissent un arrêt différé de production, les laissant dans un dénuement inférieur à la survie. Dans tous les cas, la domination s’exerce sur un mode politico-économique en voie de durcissement, et les bénéfices, rares ou abondants, se partagent dans la couche des détenteurs du pouvoir microsocial, image fidèle de la structure affichée de l’Etat-parti. Si la mondialisation économique est le point de départ de cette mutation – par laquelle la société passe d’un ordre hiérarchique axé sur la coercition politique à une organisation en classes qui pourrait être « classique » si elle ne façonnait pas l’accumulation économique à partir de la concentration politique monopoliste – elle a aussi d’autres effets tout aussi déterminants dans la rhétorique de la légitimité et, partant, dans le déroulement de la légitimation aux différents niveaux sociétaux.

35L’Autre, comme figure imaginaire négative à expulser, acquiert, dans le contexte d’une transformation nécessaire des logiques de la domination, de nouvelles références. L’envahissement des rapports marchands et la multiplication des biens inaccessibles pour la majeure partie de la population dessinent son entrée et rendent encore plus nécessaire, en regard de la production de la cohésion des dominants et des dominés, un affrontement fantasmatique avec l’Autre. L’investigation ethnologique, lieu de face à face avec un étranger, est, dans cette optique, une matrice de dévoilement des enjeux et des tensions qui agitent les rapports sociaux. Leur théâtralisation dans l’entreprise débouche sur deux lignes aisément schématisables. La première offre en spectacle une incorporation des schèmes de la domination étatique, par laquelle s’opère toute promotion dans une division du travail ordonnancée par la suprématie du politique. Pour ces acteurs ascensionnels, repérables, par ailleurs, par le caractère ostentatoire de possessions matérielles étrangères qui s’amoncellent dans leurs maisons individuelles, l’ethnologue étranger doit être refoulé avec force à la périphérie du champ social et neutralisé tant dans son regard que dans ses implications relationnelles. Derrière le paravent de cette orchestration du pouvoir se profilent ceux, majoritaires, qui, faute d’avoir envisagé ou d’avoir pu espérer le partager, le subissent. Massés dans les pièces d’immeubles collectifs, autrefois réservées à leurs supérieurs et qui leur sont aujourd’hui allouées, ou encore dans de minuscules maisons, vestiges d’une autre époque, ils engagent avec l’Autre un rapport « protégé » qui, par miettes difficiles, restitue une histoire faite de privations, d’ordres et d’impossibles refus. Pour ces derniers, le marché – bien qu’ils n’accèdent pas à ses richesses – a valeur concrète : le choix désormais réalisable de quitter l’entreprise et d’acheter tout simplement du riz frais, soit de ne plus se voir imposer le riz moisi ou pourri qui était distribué par le biais des tickets de rationnement. Au-delà de cette nouvelle « liberté », la polarisation économique dans le cadre de l’architectonique politique suscite des ressentiments plus ou moins exprimés selon la légitimité historique personnelle que s’accordent les sujets. La dénonciation d’un partage des ressources, dont l’emploi, dans les sphères restreintes de la parenté des couches supérieures de l’autorité est au centre des discours.

36Ces accusations doivent être replacées dans un contexte global où, depuis la révolution de 1954, les adresses de parenté se sont généralisées dans l’amputation des anciennes adresses hiérarchiques de la colonisation. La société a été métaphoriquement produite en un espace de parenté doublement clos par la fermeture politique. A un autre niveau, cet enfermement dans une « famille endogamique », symbolique étendue à la nation réunifiée, s’est développé dans le cadre de pénuries matérielles largement partagées, neutralisant la différenciation économique et exhaltant la verticalité de la « vertu politique ». L’irruption des biens du marché, les licenciements et le chômage bouleversent cet ordonnancement. L’incrimination des franges subalternes à l’égard des directions d’entreprise – accusées de garder les emplois pour leurs enfants et de ne plus les donner à ceux des ouvriers comme autrefois – pointe un fossé grandissant que le terme d’« inégalité » qualifie à un niveau externe et réducteur en regard de l’univers de pensée des acteurs, en dépit du fait qu’il désigne une réalité objective. La fracture s’investit dans l’articulation des champs enchevêtrés dans les logiques et les pratiques de vie. L’imaginaire de la parenté, comme pivot de l’unification politique contre un ennemi extérieur aux connotations agrégées par les époques (colonialisme, impérialisme, capitalisme, etc.), se brise sous l’effet de la fiction d’un marché du travail monopolisé dans l’endogamie politique en voie d’enrichissement très rapide.

D’une comparaison ethnologique

37Les situations ivoiriennes et vietnamiennes – pour lointaines qu’elles puissent paraître à un observateur qui s’en tiendrait aux seules définitions « culturelles » – invitent à des réflexions croisées non seulement sur l’« évidence » de l’économie politique, mais aussi sur son enchâssement dans la symbolisation de la parenté et le caractère précaire de l’édification idéologique de cette dernière. Son instrumentalisation politique ne résiste guère à de réelles entames économiques. Les contradictions ne sont qu’étouffées. Ceci a, de ce fait, pour corollaire, dans ces deux pays, des constructions politiques emphatiques de l’identité nationale qui corroborent des processus actuels récurrents dans le cadre de la mondialisation. Appréhender ces resserrements de reculturalisation dans l’entre-soi sur le seul mode « culturel » paraît d’autant plus une impasse que leur cristallisation endogène s’inscrit dans un épuisement de formes de pouvoir délégitimées par l’évolution économique à la fois interne et globalisée. L’Etat-parti vietnamien est parti à la conquête de l’intégration au marché mondial, convoquant le nationalisme dans une nouvelle rhétorique martiale. A l’inverse, en Côte-d’Ivoire, où la prospérité du système économique était autrefois constituée comme le signe d’une supériorité nourrissant le mépris envers les pays voisins, le gouvernement destitué en décembre 1999, en proclamant la valeur intrinsèque de l’identité nationale, tentait d’opérer la disjonction de cette dernière avec la performance économique.

38L’histoire de ces pays montre des scénarios différents de régimes de coercition, l’un néocolonial, l’autre communiste qui, pour survivre dans une conjoncture globale d’injonction à la démocratie marchande sous l’effet du libéralisme économique, puisent dans les légitimations de l’ethnicisation, positive et négative, internalisée et externalisée. Ils convoquent à une réflexion comparative plus générale sur les modes d’efficience imaginaire des idéologies politiques d’Etat. Plus concrètement, en regard des objectifs initiaux de cet article concernant les différents régimes de passage entre économie et anthropologie, ils invitent à reconsidérer les apports de l’anthropologie économique comme ses impasses, liés les uns comme les autres à la période précise dans laquelle se situaient les auteurs de ce courant novateur et fécond.

39La globalisation du capitalisme – qui rend caduques toutes les oppositions structurales entre deux formes archétypiques de société, dont le partage renvoie toujours à une autoréférenciation ethnocentrique, et ce dans toutes les disciplines12 – oblige à repenser les schèmes logiques latents ou explicites de rupture qui ont aidé à l’élucidation de la conjoncture alors présente. Parce que le capitalisme ne connaît plus de limites, il convient sans doute d’englober les situations par l’analyse, en tentant de restituer des singularités qui ne se laissent pas réduire à des partitions paradig­mati­ques mais prennent toute place dans des extensions différenciées de la complexité du monde.

Haut de page

Bibliographie

Agier M., Copans J., Morice A. (dirs.). Classes ouvrières d’Afrique noire. Paris, Karthala, 1987.

Althabe G. « Problèmes socio-économiques du Nord-Congo », Cahiers de l’Institut de science économique appliquée, V, n° 5 (131) 1962, 189-282.

Althabe G. Oppression et libération dans l’imaginaire. Paris, Maspéro, 1969.

Althabe G. Les fleurs du Congo. Une utopie du Lumumbisme. Paris, Maspéro, 1972 (rééd. L’Harmattan, 1997).

Althabe G. Anthropologie politique d’une décolonisation. Paris, L’Harmattan, 2000.

Althabe G. et Sélim M. Démarches ethnologiques au présent. Paris, L’Harmattan, 1998.

Augé M. Symbole, fonction, histoire. Paris, Hachette,1979.

Balandier G. Sociologie actuelle de l’Afrique noire. Paris, PUF, 1955.

Bazin L. Entreprise, politique, parenté. Une perspective anthropologique sur la Côte-d’Ivoire dans le monde actuel. Paris, L’Harmattan, 1998.

Bazin L. « La parenté : miroir et enlisement des hiérarchies en Côte-d’Ivoire », Journal des anthropologues, n°77-78, 1999, 193-215.

Bazin L. et Sélim M. (dirs.). « Anthropologie, entreprise, entrepreneurs », Journal des anthropologues, n°66-67, 1996.

Bazin L. Bourdarias F. Sélim M. (dirs.). « Nouvelles configurations économiques et hiérarchiques », Journal des anthropologues, n°77-78, 1999.

Bouvier P. La socio-anthropologie. Paris, Armand Colin, 2000.

Copans J. Les marabouts de l’arachide. Paris, Le Sycomore, 1980 (rééd. L’Harmattan, 1988).

Coriat B., Weinstein O. Les nouvelles théories de l’entreprise. Paris, Livre de poche, 1995.

Détienne M. Comparer l’incomparable. Paris, Seuil, 1999.

Firth R. (dir.). Themes in Economic Anthropology. ASA monographs 6. London, Tavistock, 1967.

Geffray C. Chroniques de la servitude en Amazonie brésilienne. Paris, Karthala, 1995.

Godelier M. Rationalité et irrationalité en économie. Paris, Maspéro, 1969.

Godelier M. L’idéel et le matériel. Paris, Fayard, 1984.

Granovetter M. « Economic Action and the Social Structure : The Problem of Embeddedness », American Journal of Sociology 91, n°3, 1985, 481-510.

Hours B., Selim M. Une entreprise de développement au Bangladesh. Le centre de Savar. Paris, L’Harmattan, 1989.

Hours B., Selim M. Essai d’anthropologie politique sur le Laos contemporain. Marché, socialisme et génies. Paris, L’Harmattan, 1997.

Meillassoux C. « Essai d’interprétation du phénomène économique dans les sociétés traditionnelles d’auto-subsistance », Cahiers d’études afri­caines, 1, 1960.

Meillassoux C. Anthropologie économique des Gouro de Côte-d’Ivoire. Paris, Mouton, 1964.

Meillassoux C. Femmes, greniers et capitaux. Paris, Maspéro, 1975.

Polanyi K. La grande transformation. Aux origines économiques et politiques de notre temps. Paris, Gallimard, 1983 (éd. originale angl. 1944).

Polanyi K., Arensberg C. (dirs.). Les systèmes économiques dans l’histoire et dans la théorie. Paris, Larousse, 1975 (éd. originale angl. 1957).

Pouillon F. (dir.). L’anthropologie économique. Courants et problèmes. Paris, Maspéro, 1976.

Rey P.-P. Colonialisme, néo-colonialisme et transition au capitalisme. Exemple de la Comilog au Congo-Brazzaville. Paris, Maspéro, 1971.

Rey P.-P. Les alliances de classe. Paris, Maspéro, 1973.

Rey P.-P. Capitalisme négrier. Paris, Maspéro, 1976.

Sahlins M. Age de pierre, âge d’abondance. L’économie des sociétés primitives. Paris, Gallimard, 1976 (éd. originale angl. 1972).

Sahlins M. Au cœur des sociétés. Raison utilitaire et raison culturelle. Paris, Gallimard, 1980 (éd. originale angl. 1976).

Sélim M. L’aventure d’une multinationale au Bangladesh. Paris, L’Harmattan, 1991.

Sélim M. « Economie et marchés imaginaires au Laos », Cahiers des sciences humaines 32, n°3, 1996, 531-553.

Terray E. Le marxisme devant les sociétés « primitives ». Paris, Maspéro, 1969.

Haut de page

Notes

1 « Procès institutionnalisé d’interaction entre l’homme et son environnement qui se traduit par la fourniture continue des moyens matériels permettant la satisfaction des besoins ».
2 Cf. Coriat et Weinstein (1995).
3 Le débat sur la rationalité a lieu plutôt en sociologie et en économie qu'en anthropologie. L'hypothèse de la rationalité – simple ou modulée en une « rationalité limitée » qui vise à rendre compte de l'impossibilité pour tout agent calculateur d'une connaissance parfaite – reste le postulat fondamental des théories économiques actuelles.  
4 Tels Meillassoux (1975), Rey (1971, 1973, 1976) ou Copans (1980).
5 Voir, outre Augé (1979), la remarquable présentation dirigée par Penouil (1976).
6 G. Althabe (1962, 1969, 1972, 2000).
7 Pour un bilan récent, voir la préface in Althabe (2000). Cf. également Bazin (1998).
8 Mouhoub el Mouhoud, communication orale, colloque « Transformations du travail et croissance économique », Travail et Mondialisation, IRD/IREPD, Grenoble, 2-3 déc. 1999.
9 Sélim (1991) ; Hours et Sélim (1997) ; Bazin (1998).
10 Hours et Sélim (1989).
11 Par exemple Geffray (1995).
12 Tels Meillassoux (1975), Rey (1971, 1973, 1976) ou Copans (1980).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent Bazin et Monique Selim, « Quelques occurrences économiques en anthropologie », Socio-anthropologie [En ligne], 7 | 2000, mis en ligne le 15 janvier 2003, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/97 ; DOI : 10.4000/socio-anthropologie.97

Haut de page

Auteurs

Laurent Bazin

CNRS–CLERSE

Monique Selim

IFRESI-IRD

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Revues.org