Navigation – Plan du site

La monnaie hantée par l’argent

Pierre Lantz

Texte intégral

1Le sens commun et l’opinion publique formés par la vulgarisation économique de l’enseignement et des mass media diffusent l’idée que, depuis l’effondrement de l’URSS, le monde est un vaste marché ; individus et nations sont soumis inexorablement à ses lois. La plus connue, parce qu’elle semble correspondre à l’expérience commune des achats nécessaires à la vie quotidienne, est la prétendue loi de l’offre et de la demande. Comme il ne peut échapper à personne que nous payons en monnaie et au comptant nos achats courants, par exemple dans les marchés parisiens, nous sommes incités à croire, selon la conception empiriste de la construction des concepts, que le modèle de l’économie de marché est une simplification et une généralisation de ce que nous observons lorsque nous comparons les offres des marchands avant de nous décider. Et pourtant il n’en est rien puisque, si l’on considère non plus un marché local mais l’ensemble des marchés de tous les produits, lorsque l’offre et la demande sont équilibrées, la monnaie ne peut avoir qu’un prix nul1.

2La monnaie ne peut donc, dans le modèle de l’équilibre général de marché, remplir aucune des fonctions qui lui sont traditionnelle­ment attribuées, notamment être l’intermédiaire des échanges, puisque, lorsque s’est établie une égalité entre l’offre et la demande, elle n’est demandée par aucun des échangistes. Les résultats de l’analyse formalisée des conditions de l’équilibre économique confirment ce que Walras avait déjà présupposé : le modèle de l’économie de marché est incohérent sans l’existence d’un secrétaire de marché – donc d’un centre comme le connote le terme même de secrétaire – qui fixe les prix en fonction de la connaissance qu’il peut seul enregistrer de toutes les offres et de toutes les demandes. Un raisonnement en termes d’équilibre partiel ne tiendrait pas compte de la substituabilité des biens et de l’interdépendance des divers types de marché (biens de production, de consommation, travail, etc.). On peut donc conclure que dans le modèle de l’économie de marché :

« Toute la société est impliquée dans l’action de chaque paire d’échangistes au point que c’est la notion d’accord bilatéral qui se dissout. (...) L’individu de la théorie économique moderne ne peut agir librement qu’en se conformant strictement à la situation prédéterminée au niveau de l’ensemble de la société 2. »

3Dans ce qu’on a l’habitude d’appeler l’économie orthodoxe, le paradoxe est ainsi de considérer que les prix relatifs des biens sont l’expression de leurs rapports en valeur et de présupposer l’existence de la monnaie sans pour autant lui accorder aucun rôle actif dans la formation des prix. Cette conception repose sur le principe philosophique que le lien social peut se former par la coïncidence des intérêts des individus. Selon ce présupposé, les prix relatifs sont l’expression de la valeur réelle des marchandises, et la stabilité des prix est la preuve que les ressources disponibles ont été utilisées au mieux des intérêts de tout un chacun, de tous (la société) et de chacun (les individus).

4Les individus ont beau être égoïstes, avoir des goûts et des aspirations différents, ceci n’a aucune importance puisque le seul critère de leur conduite effective est de se comporter en agents économiques rationnels, d’orienter leur activité en recherchant l’affectation la plus avantageuse exprimée en termes monétaires des ressources matérielles et « humaines » dont ils disposent. La stabilité de l’ordre social sera assurée par la connaissance qu’ont les individus du « modèle de l’économie dans laquelle ils vivent » ; leurs anticipations seront par hypothèse rationnelles3. Les individus de l’économie politique classique n’ont pas d’identité mais sont tous identiques. Les relations sociales se résument à la recherche de la plus grande richesse possible. Or, celle-ci ne peut être appréhendée en termes d’économie rationnelle, de calcul économique, qu’en estimant la valeur portée par les quantités de biens divers dont les prix sont l’approximation4.

5La critique récente de l’économie politique n’a pu démontrer rigoureusement les présupposés et les insuffisances de la théorie de la valeur qu’en recourant, pour les détourner dans son sens, aux techniques sophistiquées développées par les écoles orthodoxes. Pourtant, celles-ci sont généralement peu soucieuses de s’interroger sur la pertinence des axiomes qui mènent à ces impasses. Les axiomes constitutifs de la discipline étant confondus avec des articles de foi. On croit trouver des solutions aux problèmes en recourant à des modèles de plus en plus imaginatifs et astucieux, à des techniques mathématiques plus savantes. En revanche, chez les économistes hétérodoxes, la démonstration des apories auxquelles mènent les axiomes de l’économie néoclassique est éclairée par une réflexion sur les principes philosophiques constitutifs de la discipline dans son ensemble. La mise en évidence du rôle de la monnaie dans la dynamique des relations économiques s’est alors accompagnée d’une remise en cause de la théorie de la valeur sous toutes ses formes. Marx prétendait démontrer scientifiquement l’exploitation par la mise en évidence du rapport entre la valeur produite par le travail moyen socialement nécessaire et le salaire, prix de la seule reproduction de la force de travail. La critique de la critique de l’économie politique (Marx) élaborée au cours des années 19705 a montré que les glissements entre travail concret et travail abstrait, valeur d’usage et valeur d’échange, dans la tentative marxienne de construction d’un modèle du taux d’exploitation, révélaient l’impossibilité de mesurer la plus-value, tandis que l’inégalité d’alors – et plus encore d’aujourd’hui – entre les revenus du capital et ceux du travail est la manifestation criante de l’existence de l’exploitation elle-même.

6Prendre comme objet de recherche le rôle de la monnaie correspondait à un bouleversement de la méthode d’analyse. Au lieu de rechercher une réalité substantielle derrière l’expression des prix, on s’interrogeait sur les relations entre les institutions financières et le langage par lequel « les sujets marchands » expriment pertes et profits6. Par ce biais, l’économie critique abandonnait implicitement le paradigme de la physique galiléenne où l’on découvre les lois cachées de l’ordre du monde, exprimées en fonctions mathématiques. Le rapport entre les sciences sociales se transformait. Alors que le marxisme vulgaire tend à faire dériver les relations sociales des intérêts économiques de classe qu’elles révèlent, dissimulent, déplacent, transposent, faisant ainsi de la sociologie le complément nécessaire mais subordonné de l’économie politique, on s’interrogeait sur la manière marchande de se représenter les relations sociales en problématisant la séparation entre le privé et le social qui en est constitutive.

7La lutte contre l’économisme « bourgeois » ou « marxiste » menée jusqu’alors dans des directions diverses convergeait sur l’esquisse d’un nouveau paradigme mettant l’accent sur la circulation de la monnaie qui n’était plus considérée comme la simple expression phénoménale de la valeur. La question de la création de la monnaie n’était plus occultée par l’étude, jugée auparavant plus légitime d’un point de vue matérialiste, de la production de valeur. L’analyse du monnayage permettait la distinction entre le support ou le gage métallique de la monnaie et sa validation par les autorités qui frappent les pièces et, au fur et à mesure que se développe la forme européenne du grand commerce international, émettent des billets.

Les circulations de bonne foi

8De ce point de vue, qui met en relief le rôle des institutions, la circulation de la monnaie repose sur l’articulation entre deux types de croyances sans lesquelles elle n’aurait pas de validité : croyance dans la bonne foi de mes interlocuteurs économiques, croyance dans la capacité et la volonté des autorités supérieures d’agir selon les règles de conduite qu’elles invoquent dans la gestion de la monnaie. Ainsi, même le règlement au comptant suppose que le payeur n’utilise pas de la fausse monnaie ou des espèces n’ayant pas cours légal. Il suffit que la rumeur ou les mass media, pour quelque raison que ce soit, présentent comme un événement la mise en circulation de fausse monnaie, alors que celle-ci est pourtant permanente, pour que la suspicion affleure dans les achats de la vie quotidienne, comme on l’a éprouvé récemment à Paris avec les pièces de dix francs. Les relations que l’on peut définir grossièrement comme horizontales entre acheteur et vendeur supposent que chacun suive les règles de la communauté politique qui régit la circulation monétaire. Les autorités souveraines sur un territoire, définies comme celles qui sont au-dessus de toutes les autres, décident des espèces qui ont cours légal : toujours évidemment celles qu’elles ont elles-mêmes frappées ou émises. Pour autant celles-ci n’ont pas toujours le monopole de la circulation sur un territoire politiquement circonscrit.

9Quoi qu’il en soit, il suffit pour le moment de rappeler que la relation monétaire « horizontale » serait impossible sans la confiance des autorités supérieures qui garantissent la circulation de la monnaie. En d’autres termes, il faut que les autorités qui contrôlent l’émission ou la circulation de monnaie jouissent de quelque crédit pour que la monnaie s’écoule de façon capillaire :

« La monnaie suppose dans sa constitution la référence hiérarchique à l’autorité supérieure tout en étant égalitaire dans le principe de son usage7. »

10Pas de crédit du langage monétaire dans lequel s’énoncent les échanges et les paiements sans crédibilité des engagements entre firmes, commerçants, groupes, individus. Une « autorité » souveraine ne peut imposer son langage en termes de thalers, de livres tournois, de yens ou d’euros sans qu’il ne soit effectivement pratiqué par les acteurs économiques. Ce qui suppose non seulement l’acceptation de la terminologie utilisée mais que les engagements pris en ces termes soient tenus durablement. La stabilité monétaire repose sur la croyance en la permanence du langage dans lequel s’énoncent les prix ou, en cas de changement de monnaie comme aujourd’hui avec l’euro, des relations de conversion entre la monnaie nationale ancienne ou la monnaie nouvelle et les devises extérieures à la zone monétaire. A certains égards, l’analyse de la monnaie a rempli le programme de la critique de l’économie politique en démontrant l’impossibilité d’expliquer les relations effectives du marché par les seuls concepts des sciences économiques.

Limites de l’approche holiste

11Le savoir emprunté à l’anthropologie ou à l’histoire de l’antiquité rappelle la recherche de jadis sur les origines, comme s’il fallait faire surgir l’archaïque sous-jacent des institutions actuelles pour nous rassurer sur l’avenir de nos sociétés. On ne pourrait qu’acquiescer à cette idée si l’insistance mise sur la hiérarchie des valeurs ne conduisait pas subrepticement, quoique de façon logique, à étudier les sociétés du point de vue de celles qui se situent au sommet de cette hiérarchie. L’approche holiste interdit par construction une mise en doute radicale des valeurs des castes dominantes puisqu’elles sont constitutives du lien social. Certes les castes dominées se réfèrent à d’autres valeurs, mais les « englobés » sont néanmoins supposés accepter leur place plus ou moins subordonnée. Sinon l’ordre socioéconomique disparaîtrait, ce qui est par définition impossible en dehors de « l’exception moderne » qui « érige une valeur proprement asociale », le sujet humain8.

12Partir de la hiérarchie sociocosmique pour expliquer les comportements à l’égard de la monnaie revient, finalement, à n’envisager ceux-ci que dans le rôle qu’ils jouent dans la formation ou le maintien du « lien social » en considérant comme anomalies les emballements qui font monter la Bourse et les paniques qui la font chuter.

13La représentation holiste postule la stabilité d’un ordre social dont le paradigme est le système indien des castes. Le commerce est une valeur subordonnée aux valeurs religieuses au point qu’il n’est pas « oiseux de se demander si l’on peut parler d’économie dans l’Inde traditionnelle » et que la notion de pouvoir est écartée :

« Le “pouvoir” est une notion qui tout en jouant un rôle central dans la science politique contemporaine n’a guère justifié ce rôle tant elle est obscure. »

14Daniel de Coppet précise :

« la raison de ce rejet : [la “ hiérarchie de valeur ” de chaque société] est faite d’autorité et non de pouvoir, lequel, sur fond d’égalité, oppose le même au même, ouvrant au conflit et à Mars un champ partiel, unifié et plat9. »

15Il est difficile, dans ces conditions, de comprendre le rôle de la monnaie dans les conflits qui se déroulent effectivement à l’intérieur de la société et entre les sociétés, à moins de ne considérer, par exemple, les meurtres qui ensanglantent la société Are-Are, dont le paroxysme aboutissait à des paiements en monnaie de perles de coquillage et de dents de dauphin, comme l’expression dramatique de la représentation par les Are-Are de leur système sociocosmique. La violence serait ainsi englobée dans les relations d’autorité qui maintiennent le Tout. Se demander quels effets de pouvoir elle pourrait viser pour les individus et les groupes qui s’y adonnent serait une question impertinente10.

16L’anthropoéconomie holiste n’accepte ainsi d’accorder un rôle à la monnaie que pour le sous-estimer comme enjeu des conflits sociaux.

17Décidément la monnaie est un objet bien difficile ou peut-être aussi trop inquiétant ; l’économie classique la neutralise comme problème économique en la subordonnant à l’échange de marchandises ou de services producteurs caractérisés par leur valeur. Lorsque la monnaie joue un rôle propre, c’est un signe de mauvais fonctionnement de l’économie. Au surplus, même ce rôle est aujourd’hui impossible selon le monétarisme, puisque tous les agents économiques, considérés par définition comme rationnels, sont suffisamment bien informés pour réagir immédiatement à toute décision des autorités centrales, politiques et financières. Par exemple, toute création de monnaie pour relancer la production suscite aussitôt chez les agents une réaction de défiance qui anticipe l’inflation à venir. Non seulement l’Etat ne doit pas agir, mais l’ajustement des agents économiques sape à la base les décisions des autorités politiques.

18Des économistes de formation marxiste ou keynésienne, en mettant l’accent sur l’aspect institutionnel de la monnaie et en réhabilitant la monnaie comme ciment des sociétés les plus archaïques comme les plus modernes, méconnaissent, en subordonnant celle-ci à sa fonction jugée principale, les bouleversements générateurs d’historicité qu’autorise le contrôle individuel ou collectif d’importantes masses monétaires. En l’occurrence, les anthropologues « holistes » ont joué un mauvais tour aux économistes soucieux de prendre du recul par rapport à leur discipline et à la culture occidentale. A force d’éviter l’ethnocentrisme qui nous incite à interpréter les Mélanésiens selon nos catégories familières, nous sommes poussés à expliquer nos institutions en sous-estimant la distance entre leurs sociétés et les nôtres. Cette orientation scientifique, dont les résultats sont d’ailleurs indiscutables, est solidaire d’une position politique : nos sociétés « individualistes » s’effondreraient, pensent ces anthropologues, si elles n’étaient consolidées par des institutions holistes dont notre système de valeurs individualistes nous empêche de percevoir l’importance. L’enseignement de Louis Dumont nous invite en effet à penser qu’un système de valeurs purement individualistes étant incompatible avec l’existence de toute société viable, les sociétés contemporaines qui se croient individualistes risquent constamment de dégénérer en régimes totalitaires.

L’argent, transgression de la monnaie

19Il est peut-être temps de tourner à nouveau le regard trop lointain du côté des désirs, des jeux et des fantasmes avec le pouvoir et aussi vers des luttes et des conflits effectifs de pouvoir où l’argent joue un rôle qui, pour être bien connu, n’en est pas moins fondamental. L’argent, c’est le côté transgressif de la monnaie, point de vue qui est le rappel d’un autre truisme : l’impossibilité de dissocier l’ordre et sa transgression. L’ordre a besoin de la transgression pour s’affirmer, et celle-ci n’aurait de sens sans celui-là. Et pourtant les transgressions peuvent détruire définitivement l’ordre établi : certaines propriétés de l’argent expliquent son rôle corrosif.

20Les sciences sociales ont du mal, pour les découvrir, à se débarrasser de leur atavisme positiviste, qui les pousse à postuler que la société est donnée et qu’il faut donc rechercher les conditions du lien social11. Il s’agit toujours de constituer la société en refusant de prendre en considération cette évidence que :

« loin de créer un lien par les choses ou un lien d’âmes, le paiement monétaire moderne sert bien plutôt à couper le lien entre les échangistes12. »

21Il faut ajouter, pour comprendre le rôle de l’argent, que cette rupture du lien interindividuel serait impossible sans la présence d’un pouvoir politique qui, dans les sociétés contemporaines, prend la forme de l’Etat. C’est en effet d’un même mouvement que l’Etat établit son emprise sur la société et assouplit les contraintes familiales, religieuses, bref d’affiliation, qui pèsent sur les individus dans les sociétés traditionnelles. En promettant de stabiliser la valeur de sa monnaie, l’Etat fait espérer aux individus qu’ils pourront acquérir ou conserver une certaine indépendance, bénéficier d’une certaine marge de liberté dans la détermination de leurs relations sociales. Les enquêtes de Jean-François Laé et de Numa Murard ont montré que cette indépendance n’existe pas lorsque les ressources monétaires sont faibles et irrégulières. Les travaux de Monique Pinçon-Charlot et de Michel Pinçon révèlent, parallèlement, que les connivences familiales et les relations mondaines sont beaucoup plus contraignantes dans la très grande bourgeoisie que dans les strates moyennes de la société. C’est la permanence et la régularité des revenus, non le souci de capter les flux d’argent, qui relâchent les contraintes sociales13.

22Ainsi, selon le point de vue auquel on se place – la personne privée ou, au contraire, l’activité professionnelle – le paiement sera considéré comme rupture ou comme lien. Evidemment, un individu ne peut exercer une activité professionnelle sans être formé. Pour acquérir des locaux, acheter des machines, une entreprise doit emprunter. L’individu est ici un débiteur et les prêteurs sont des créanciers. Se poser la question de la constitution du « sujet marchand » implique d’emblée que la monnaie soit considérée par hypothèse comme ce qui éteint la dette. Il faut que les sommes avancées aient été utilisées productivement pour qu’une partie des recettes soit affectée au remboursement de la dette (emprunt initial plus intérêts)14.

23Mais on ne peut s’en tenir à ce point de vue pour comprendre la circulation des monnaies : celle-ci échappe au circuit bouclé de la monnaie dans la société. Si l’on se place du point de vue de la pluralité et non de l’unité, on observe, dans le passé comme aujourd’hui, la tentative de chaque unité politique pour imposer le monopole de sa monnaie sur son territoire tout en s’efforçant de la faire circuler à l’étranger. Déjà les rois lydiens qui, au VIIe siècle avant notre ère, ont transformé les richesses gisantes et immobiles de leurs mines d’électron (alliage d’or et d’argent) en richesses mobilières par la frappe de pièces figurant l’emblème de la royauté, ont imposé leur monnaie dans les territoires conquis par la guerre. Elle :

« servira, dans les territoires soumis, au paiement du tribut au souverain, puis à la généralisation de la fiscalité. »

24Mais aussi en même temps :

« les dynasties de Lydie utilisent pour leurs conquêtes des guerriers qu’ils rémunèrent, qui deviennent donc des mercenaires, au sens strict de l’étymologie latine de merx, merces, mercenarius impliquant l’usage de la monnaie15. »

25La monnaie a toujours cristallisé des usages différents, voire opposés. Elle tire sa puissance de leur concrétion qui est aussi une réunion des contraires : rapprochement entre les services du prêtre pour un sacrifice de ceux, temporaires, du mercenaire qui n’hésitera pas à se mettre au service de l’ennemi s’il paie mieux. Le pouvoir politique, jusqu’à l’abandon de l’étalon-or, s’est servi des propriétés précieuses de la monnaie pour se renforcer en estampillant des biens dont le crédit ne vient pas que de lui. Mais, en même temps, il manifeste sa force en tentant d’invalider les monnaies émises par d’autres puissances. En fait, la plupart du temps, plusieurs monnaies circulent sur un même territoire, monnaies des riches et monnaies des pauvres, l’or (ou l’argent) et le billon, monnaies à prétention universelle, la livre, puis le dollar, et autres monnaies nationales. Et, toujours l’invention de nouveaux moyens de paiement, destinés à accroître la quantité d’unités monétaires en circulation, a accompagné et favorisé le déclenchement et la prolongation des guerres. Ainsi, par exemple, les Etats-Unis n’ont décidé d’unifier la circulation de leurs billets de banque que lorsqu’il fallut financer la guerre de Sécession (National Bank Act de 1863)16.

Monnaie et « mondialisation »

26La monnaie résiste à ceux qui dénient son rôle, à ses contempteurs comme à ses apologistes. Si elle peut devenir l’instrument provisoire et faillible d’une tentative de domination politique mondiale, qualifiée communément de « mondialisation », c’est aussi parce que la détention d’un dollar donne à certains le sentiment de participer, fût-ce modestement, au pouvoir suprême, à la souveraineté, d’avoir acquis quelque parcelle de liberté. Dans les songes iréniques et les rêves sulfureux, la monnaie se transforme en argent, « volonté de liberté frappée dans le métal », selon Dostoïevsky17.

27Le modèle de marché comme l’anthropologie échouent devant une institution qui a le caractère paradoxal d’échapper au cadre institutionnel et d’exprimer le désir d’autonomie et de puissance des individus. Aspiration à échapper aux contraintes de la raison économique alors que l’universalisation de l’échange marchand prétend en même temps faire échapper aux servitudes traditionnelles. La monnaie tient sa validité de la relation qu’elle établit entre cette tradition et le calcul des intérêts dont se sert le pouvoir hiérarchique pour s’étendre sans parvenir toutefois à en maîtriser les effets. Pour l’individu singulier qui n’est ni seulement un agent ni uniquement un acteur, l’argent exprime inversement la croyance (peu importe qu’elle soit illusoire) que l’on peut se débarrasser des contraintes comme des servitudes. Par là, il est tout autant asocial que socialisant, anarchique que hiérarchique et, de toute façon, éprouvé subjectivement. Cette expérience vécue, selon une expression tombée en désuétude et pourtant indispensable, est trop centrale pour être négligée.

Haut de page

Notes

1 Jean Cartelier, La monnaie, Paris, Flammarion, 1996, p. 37.
2 Ibid, pp. 55-56.
3 Ibid, p. 56.
4 Ibid, p. 47 ; et Pierre Lantz., Valeur et richesse. Aux marges de l’économie politique, une approche de l’idée de nature, Paris, Anthropos, 1977.
5 Collection « Intervention en économie politique », Grenoble, Presses universitaires de Grenoble / Maspéro.
6 Carlo Benetti et Jean Cartelier, Marchands, salariat et capitalistes, Paris, Maspéro, 1980, p. 92.
7 « Introduction générale », Michel Aglietta et André Orléan (dirs.), La monnaie souveraine, Paris, Odile Jacob, 1998, p. 11.
8 Louis Dumont, Homo hierarchicus, le système des castes et ses implications, Paris, Gallimard [1966], Tel, 1986, pp. 212 et 211.
9 Daniel de Coppet, « Une monnaie pour une communauté mélanésienne », in Aglietta et Orléan, op. cit., p. 161.
10 Benetti et Cartelier, op. cit., pp. 12-13.
11 Ibid, pp. 12-13.
12 Mark Anspach, « Les fondements rituels de la transaction », in Aglietta et Orléan, op. cit., p. 54.
13 Jean-François Laé et Numa Murard., L’argent des pauvres, la vie quotidienne en cité de transit, Paris, Seuil, 1985 ; Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot, Nouveaux patrons, Nouvelles dynasties, Paris, Calmann-Lévy, 1999.
14 Benetti et Cartelier, op. cit., pp. 11 et 22 sq.
15 Jean-Marie Thivaud, « Fait financier et instrument monétaire » in Aglietta et Orléan, op. cit., p. 112.
16 Jean Denizet, Le dollar. Histoire du système monétaire international, Paris, Fayard, 1985, pp. 16-17.
17 Cité par Joachim Schacht, Anthropologie culturelle de l'argent, [1967], Paris, Payot, 1973, p. 71.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Lantz, « La monnaie hantée par l’argent », Socio-anthropologie [En ligne], 7 | 2000, mis en ligne le 15 janvier 2003, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/99 ; DOI : 10.4000/socio-anthropologie.99

Haut de page

Auteur

Pierre Lantz

Université Paris VIII

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Publications de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Revues.org